Cameroun: Faute de visa, le SDF ne pourra plus apporter son soutien aux réfugiés camerounais au Nigeria

«La raison pour laquelle on ne nous a pas accordé ce feu vert est méconnue. Mais nous sommes en politique. Dans ce domaine vous trouverez toujours des gens qui vont chercher à te mettre les bâtons dans les roues», regrette Balick Awah Fidelis, maire de Bamenda II, coordinateur de la réception et la redistribution de ces dons au sein du SDF.
C’est depuis près de six mois que le Sdf avait pris la résolution de rendre visite aux Camerounais qui avaient fui les exactions de crise anglophone et s’étaient réfugiés au Nigeria voisin. Le parti de John Fru Ndi avait sollicité des dons en nature et en espèce des âmes de bonne volonté. Ceci afin de rassembler des denrées alimentaires et autres pour porter assistance à ces compatriotes nécessiteux.

Ces dons rassemblés depuis belle lurette, le leader du principal parti de l’opposition camerounaise avait sollicité un visa au niveau de la mission diplomatique du pays de Mohamadu Buhari au Cameroun pour rendre visite à ces réfugiés. La mission diplomatique n’a toujours pas répondu favorablement à la demande du Sdf. «Malheureusement, le visa, le feu vert pour transporter ces denrées pour le Nigeria ne nous a pas été accordé», regrette Balick Awah Fidelis, maire de Bamenda II.
Le Messager du vendredi 10 Août 2018 affirme que las d’attendre, le SDF a décidé de distribuer ces dons aux déplacés internes. «C’est la quintessence de la rencontre que le coordinateur a eue avec la presse le 7 août 2018 à Bamenda. Il a présenté ce contingent constitué des sacs de riz, haricots, tapioca, bidons d’huile végétale, huile de palme, couvertures, vêtements, chaussures, savons, etc.

mais aussi des médicaments aux hommes et femmes de médias», apprend-on.
D’après le journal, si la priorité c’est au déplacés internes vivant dans les deux régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, le maire de Bamenda II n’exclut l’extension de cette largesse du parti du 26 mai 1990 aux autres déplacés de ces deux régions anglophones actuellement dans les autres régions du Cameroun.
Toutefois, le SDF n’abandonne pas l’éventualité de l’assistance aux réfugiés au Nigeria. «En temps opportun nous le ferons», renchérit Balick Awah Fidelis qui invite d’ailleurs tous les déplacés internes à se rapprocher des responsables du SDF dans les différentes circonscriptions. Ces responsables prendront attache avec la coordination qui se chargera de convoyer l’aide aux intéressés.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*