Certaines épouses africaines refusent de participer au budget familial en France-le mari doit tout assumer : Il faut rompre avec certaines pratiques ( France, Sénégal et Afrique)

femmes senegalaisesLa solidarité africaine est difficile voire impossible en Occident, chacun ayant des charges lourdes à assumer.

Un enfant c’est un budget : entretenir un enfant dans les normes est une grande charge nécessaire et indispensable pour l’éviter de lorgner chez le voisin ou de le tenter de voler et d’aller en prison.

Les salaires sont relativement bas et nos familles sont grandes et les besoins conséquents.

Comment dès lors certaines femmes refusent de participer à la gestion familiale comme si le modeste salaire du mari peut combler tous les besoins des familles.
On a remarqué en France et ailleurs en Occident des couples brisés, des familles disloquées et c’est souvent l’argent qui est en cause.

Les causes sont multiples et variées mais on retiendra celle-ci avancée par la professeure d’histoire et géo, militante associative S Balaba :  les maris n’hesitent pas a prendre ensuite de nouvelles épouses et de les mettre dans les maisons achetées avec les économies du couple ( le risque polygamique). On pourra dire aussi avec Sérigne Mansour Sy Djamil intellectuel et guide religieux sénégalais, que l’ islam t’autorise à prendre une seconde épouse jusqu’à 4 même, mais ta conscience peut te l’interdire. Nous reviendrons sur ces aspects dans un autre article sur les mutations.  

Comment, quand Khadidja la femme du Prophète a financé le commerce de ce dernier, comprendre que celles qui se réclament de la religion refusent d’aider les maris même pour acheter du sel.
A quelle est la cause de cette attitude alors que dans nos coutumes on a toujours vu nos mamans travailler, faire du commerce, du jardinage pour arrondir les angles.
Certains disent que c’est la faute des hommes ces immigrés qui vivent dans des conditions difficiles en Europe mais qui une fois au pays après 5 années d’absence et après avoir économisé beaucoup d’argent partent en vacances pour se faire prendre pour des nababs.
Certaines me disent que la faute aux femmes ou à nos cultures modernes, quand vous cherchez une femme elle vous pose comme première question que fais-tu comme travail, d’où viens–tu ?

Certains métiers, les watcc rakhassou sont éliminés, elles recherchent « gni co yor » ceux qui possèdent.
Soit mais en France et en Occident connaissant les réalités comment comprendre que 55% des femmes refusent de contribuer à la gestion de la famille au point de divorcer en assénant des insultes sur la capacité ou l’incapacité du mari de gérer la famille comme le dit l’islam. L’islam a bon dos mais il me semble que cette religion demande aux épouses et à tout le monde de s’entraider.
L’argent est la cause des divorces en France et en Europe beaucoup de femmes restent dans les traditions et refusent les exigences de la modernité.

Les temps sont durs et un seul salaire est souvent insuffisant pour gérer toute la famille.

On se demande que font nos épouses avec leurs salaires, le mari doit-il être le seul responsable de famille, pourquoi ces épouses refusent de participer. La bêtise ou la tradition qui est en faute, je dirai l’absence de bon sens.
Divorcer pour conserver le salaire qui sera forcément dépensé après le divorce ; quand la femme se retrouvera seule avec ses enfants dans son foyer qui exige de payer un loyer et des charges.

Pour mieux comprendre cette situation j’ai interrogé des femmes venues il y a peu en France, une qui est là depuis longtemps, des assistantes sociales, etc. Les réponses sont de bon sens et claires sans ambiguïté et on est amené à se demander si c’est l’inculture qui conduit à ce genre de comportement d’un autre temps
Les trois principaux postes de dépenses : l’alimentation, le logement et les transports
Les trois principaux postes du budget des ménages sont l’alimentation, le logement et les transports. Néanmoins, l’ordre diffère selon le niveau de vie du ménage : 35% pour le loyer, l’alimentation pour les plus modestes (30 %) et les transports (14 %), etc (envoi à la famille, imprévu, parapharmacie, cantine, habits, etc.
L’alimentation et le logement pèsent davantage sur le budget des ménages les plus modestes. Précisons des choses, il y a 4 saisons en France et en Europe donc il y a 4 façons de s’habiller sinon la météo se fera un plaisir de vous le rappeler. Quand il fait 0 degré dehors on a beau être un gorgorlou ou un guerrier on est obligé de s’habiller en conséquence pour éviter de tomber malade.
Les enfants doivent avoir des activités extra scolaires et cela a un coût, rien n’est en général gratuit en Europe.
En général chaque famille a au moins une voiture qu’il faut entretenir et assurer.
Il faut payer des charges mensuelles obligatoires ou nécessaires, les assurances et mutuelles, l’eau froide et chaude, l’électricité, l’ascenseur, etc.
Quelques rappels pour une famille monogame de 5 personnes, un appartement de type f5 (chaque enfant doit avoir sa chambre) dans le social est de l’ordre de 600 à 800 euros et 1400 euros dans le parc privé.
La carte de transport mensuelle Navigo est à 70 euros et pour les scolaires 35 euros.
Il est obligatoire d’assurer son appartement.
Il est conseillé d’avoir une mutuelles disons 150 euros par mois.
En hiver il faut chauffer son appartement , il faut payer l’eau, s’habiller, trouver des activités, aller au théâtre, au cinéma, au musée, etc.

Mme Ba S. Dieng, assistante sociale sénégalo-française nourrit aux deux cultures s’exprime clairement et donne à réflêchir à toutes celles qui pensent détenir la Vérité.
Pape
En 1: vu les disparités entre les salaires des hommes et femmes en France, mon salaire est le complément de revenus. Il sert à régler les avances de frais médicaux, habiller la famille, régler les frais de téléphone, les envois d’argent au pays, les assurances, les frais périscolaires… Étant gestionnaire du budget familial, cette répartition m’a semblée plus judicieuse car j’ai souhaité laisser à mon mari, “l’homme” la charge du loyer, des courses, des vacances… Bref de tous les grands symboles familiaux. C’est une façon de maintenir la “dépendance” à un “kilifa” nécessaire à l’équilibre d’un couple de “sénégalais” (peut-être même d’africains où de musulmans) qui vit dans un pays où les femmes ont leur indépendance financière.

En 2
Mon “statut” me légitime pour dire aux femmes de chez nous et aux musulmanes que pour donner un sens à la vie de couple en Europe, il faut oublier les principes qui veulent que l’homme soit le financier du couple et derrière juste un “géniteur”. Il ne prend sa place de père que pour punir, sanctionner les enfants. Pour dépasser cela, il faut qu’on participe dans la mesure de nos possibilités à la charge de nos familles. Mme BA S. Dieng ajoute ceci quand je lui ai parlé de mon fonctionnement :
Ton fonctionnement familial comme le mien sont le modèle des couples modernes et ça fonctionne bien. Moi je me sens utile quand je peux payer et participer.
Merci S. D. BA assistante sociale Franco-sénégalaise

Mme M Diallo du 94, en France depuis 20 ans, une guerrière foncièrement musulmane mais tellement ouverte au monde.
Divorcée, elle vit seule et a éconduit plus d’un homme qui pensait qu’avec les sous Mme Diallo M  tomberait dans le piège et se faire entretenir. Mme Diallo est debout dans ses bottes et gère sa famille de façon honnête et digne et voici son propos :

A la question à quoi sert ton salaire, elle répond :

A- S’offrir une vie décente et l’équilibre d’un foyer structuré.
B-Le soutoura et la fierté personnelle d’assurer les arrières de son mari. Tout est dans la base de l’éducation des parents. En toute femme sommeille une intelligence.
A bientot.

Puis j’ai interrogé une autre jeune épouse venue en France depuis moins de 7 ans. Le mari élevé dans la tradition islamique en Casamance,  ingénieur de son état, Mme Diallo diplômée en Histo-géo et assistante scolaire dans un collège. Une dame gentille, polie et respectueuse. A chaque rencontre, il y a ce sourire et cette volonté de croiser les esprits comme qui dirait «il ne faut pas perdre les bonnes manières héritées de nos parents » en cela je lui dis ici merci et bravo.

D’abord elle me dit pape moi au Sénégal c’est ma mère qui gère la maison, mon  père avait de sérieuses difficultés de santé, personne ne pouvait se douter de la façon dont la famille était gérée, c’est une question d’éducation.  Quand un membre du couple est en difficulté , c’est le couple qui se bat ensemble pour honorer la famille sans même que les enfants sachent quelquefois ce qui se trame.  C’est le sens de la retenue, du Gor, du Jom, du kersa, etc. Ma mère allait au marché vendre pour faire à manger à toute la famille. Le soutoura était une qualité des femmes et il y a heureusement des survivances. Moi j’étais étudiante et donc j’ai donné des cours du soir, j’ai travaillé au Sénégal pour payer mes études et aider ma famille. A son arrivée en France la maternité a pris le dessus et donc pendant 2 ans elle s’est occupée de sa fille et après avec ses diplômes elle a trouvé du travail dans l’éducation. Son salaire, vue que son mari s’était occupé de tout et quand bien même, dès qu’elle a eu son premier salaire, c’est elle qui a dit ; je vais assumer ça , ceci et cela, elle a partagé les charges entre le mari et elle et cela lui semblait très très normal ici ou ailleurs. Elle a continué à aider sa famille restée là-bas quitte à ce que rien ne lui reste. Le plus important c’est de gérer la famille et d’aider les parents dans le besoin. Mme Diallo continue et me donne une piste de compréhension, elle me dit qu’elle croit que les habitudes sont en cause : au Sénégal les femmes attendent beaucoup des hommes, et « gor moy defal djiguen » c’est l’homme qui doit donner à la femme » mais c’est révolue selon elle dans ce monde en crise ou un seul salaire si costaud est-il sera un moment insuffisant pour assurer les besoins de la famille.

La cause est entendue, nos hommes doivent dire la vérité aux femmes, une femme ne doit pas rechercher l’argent et surtout pas en épargnant son salaire, en refusant de contribuer à la gestion de la famille dont elle est partie intégrante.

Nos femmes en France gardent leur argent pour participer aux tontines, sortir et assister aux cérémonies familiales , baptêmes, mariages, tours, daïra, gamou, etc , toutes ces choses certainement intéressantes mais qui font perdre du temps ; alors qu’en France on a besoin de temps pour ses enfants. On ne peut se contenter  d’un seul salaire gérer une famille en france.

Voici un exemple.

Un père de famille (couple avec 3 enfants) en général dans certaines familles il y a deux femmes et plus de 10 voire 15 enfants dans un f5 ( 4 chambres) ou f4 (3 chambres)- le salon devient une chambre et la cuisine devient un lieu où certains enfants posent un matelas) travaille et gagne 1500 euros par mois son épouse travaille et gagne 1200 euros soient 2700 euros. Un montant cumulé correct et qui peut gérer de façon juste les dépenses de cette famille. Mais …

La femme refuse de participer parce que c’est à l’homme et lui seul de gérer et d’assumer la famille.

Loyer 700 euros aide au logement sous conditions de ressources pour cette famille ce sera environs 400 euros environ.
La mutuelles souvent absente imaginons qu’elle soit prise 150 euros
Les charges 200 euros.
Le transport pour le couple 140 euros et les enfants 250 euros -390 euros
Alimentation un enfant c’est au moins entre 10 euros et 15 euros par jour -estimons ce budget à 600 euros
La cantine : la majeure partie de ces enfants ne mangent pas à la cantine, disons qu’ils y mangent maternelle, primaires, collège, etc ; -150 euros /mois
Ajoutons un peu d’activité extra sportive pour que les enfants puissent se défouler : 50 euros.

J’arrête là pour éviter les maux de tête on est à environ 2000 euros et il y a des choses que je n’ai pas intégré le téléphone, les médicaments non remboursés, les envois par money gram ou western union, etc.
Un être raisonnable comprendra qu’il faut trouver une autre ressource pour équilibrer le budget familial et c’est à l’épouse de le faire ici en France et à présent partout à travers le monde.

Aux hommes qui vont au pays avec toutes leurs économies pour appâter les jeunes filles, il faut dire la vérité parce que seule la vérité triomphe sinon quand la femme comprendra que ta vie était celle du foyer ou tu vivais à 10 dans une chambre et que donc tu peux économiser plus que celui qui vit en appartement avec charges et autres. Une fois que la femme qui croyait que tu pouvais tout assumer, elle n’acceptera pas de travailler pour vivre et si elle devait travailler ce salaire lui sera réservée exclusivement( déchantement quand tu nous tient). Se dire la vérité dans un couple, se parler dans un couple, peut sauver des couples et des incompréhensions et cela ne gâchera pas la relation entre le couple et les enfants au contraire chacun aura un rôle à jouer. Mais chers hommes sachez que vous n’êtes plus seuls à porter des pantalons

Que dire de certains hommes qui passent leur temps à jouer au PMU aux jeux de hasard sans penser au budget familiale et aux charges qui ne seront pas réglées par s’il plaît à dieu, dieu dit donne toi les moyens et je t’aiderai en plus pourquoi plonger tout son salaire dans un hypothétique espoir qui n’aboutit souvent jamais.
J’ai rencontré de par mes activités de formateur des couples qui divorcent parce que l’homme devient violent et incapable de contribuer, d’assurer son rôle et c’est à la femme qui gère mais jusqu’à quand, surtout quand le mari est inconséquent et inconscient. Ces hommes qui ne participent pas à la gestion de la famille partent 2 à 3 mois en vacances, laissant seule l’épouse gérer cette marmaille et quand on lui demande avez-tout préparé avant de partir, il répond Oui tout est ok là-bas je pars tranquille. En réalité il aura acheté un sac de riz 5 litres d’huile, et des sodas et des chips et ça y est ce sera pour 60 jours, c’est l’épouse qui dans sa discrétion tentera de sauver sa progéniture en travaillant et assumant tout. Certains de nos hommes ne sont pas sérieux et ils ne sont pas mieux que certaines épouses, et il est question de parler de ces situations pour aider les couples à mieux s’entraider dans l’intérêt des enfants qui n’ont pas demandé à venir au monde.
La volonté de rester seule profite aux hommes mariés qui recherchent à tremper leur queue sous le masque du religieux chapelet à la main, alors que ce sont de faux dévots

Combien de femme en France en Italie dans toute l’Europe sont seules sans êtres seules en vérité ?

Attention au sida personne ne le dit, personne n’ose en parler ; mais la transhumance sexuelle est une des plaies que les africaines pratiquent avec un masque bien fait ; sous le tchador, le foulard ; j’en ai vu qui ne résistent pas à l’alcool et qui sont allées plus de 5 fois à la Mecque ou faire la oumra (petit pèlerinage).
Combien femmes commerçantes donnent leur sexe ou font bouger leurs dial dialis (ceinture de perles) pour que certains commerçants dans les pays arabes soient perturbés et appâtés et accepter finalement moyennant ces subterfuges ou astuces d’avoir de bons prix.
Les dérives sont nombreuses et les femmes seules sont souvent sollicitées voire harcelées par les hommes mariés qui profitent de leur célibat pour épancher leur queue sous le masque de religieux alors que ce sont de faux dévots. Pour preuve aller dans le 18 ème arrondissement de Paris vers 18 h( Château rouge, dans certaines boutiques et vous comprendrez , vous y rencontrerez beaucoup de djiegs ‘ (belles et jolies femmes mères de famille divorcées et fortunées) on pourra se demander où est-ce qu’elles prennent cet argent : ce sont les allocations familiales, la pension alimentaire et /ou les cadeaux des malhonnêtes hommes qui font fureur dans la ville à la recherche de femmes seules.
Combien de femmes-mères France, en Italie dans toute l’Europe sont seules sans êtres seules ?
Attention au sida personne ne dit mais la transhumance sexuelle est une des plaies que les africaines pratiquent avec un masque bien fait le tchador le foulard j’en ai vu qui ne résistent pas à l’alcool et qui sont allées plus de 5 fois à la Mecque ou faire la oumra.
Combien femmes commerçantes donne leur sexe ou font bouger leurs dial dialis pour que certains commerçants dans les pays commerçant du ai et autres pour appâter et avoir de bon prix.

La femme sénégalaise seule divorcée cherche le gain pour jouir de tout ce qui brille pour qu’on l’ appelle drianké ou l’homme un ndanane. ( on retrouve cette figure chez beaucoup de femmes africaines)
Il y aurait trop à dire sur la situation de nos femmes en Europe mais aussi de nos hommes il faut revoir notre éducation et faire avec cette modernité qui en réalité n’est pas aliénante, c’est l’être humain qui s aliène dès lors que ´´c’est lui qui choisit le chemin qu’il veut; entre Vertu et dérive.
L’Europe n’est pas cause des divorces, c’est notre représentation du couple, de l’argent, etc, qui nous conduisent à l’égarement, voire à la perte et nos enfants sont les victimes innocentes de nos turpitudes.
Les professionnels de l’action sociale, les juges aux affaires familiales, les médiateurs sont confrontés aux multitudes de conflits dans les couples africains et ils sont à présent formés pour mieux appréhender et gérer de façon heureuse ces situations inconcevable en Occident.

« j’ai trouvé cette pépite dans divers médias du Sénégal et il veut tout dire sur cette relation nébuleuse avec le pouvoir de l’argent et la dignité des uns et des autres :
Une belle et élégante drianké se confie :

Le marabout et moi une une histoire de fesses-

« Lui, c’est notre marabout. Plus encore le mara de notre famille depuis son arrière grand-père. Il est jeune et beau, vraiment un tombeur de dames. Mais au delà, il avait la manie de ne s’intéresser qu’aux fesses. Quand nous sommes ensemble, avec les membres de la famille ou autres talibés, c’est un érudit. Il ne parle que de Dieu, des anges… Mais dès lors que je suis avec lui, il perd le nord. Il complimente ma jolie plastique, ma taille de guêpe… Et comme je sais que j’ai un arrière-train qui fait retourner beaucoup d’hommes, je sais que le mara ne rêvait que de me le poteler. J’avoue que je l’adore et j’aime bien sa compagnie. C’est peut-être même de l’amour. Mais j’ai eu peur. Parce que je sais qu’en général, ces gens vous marient, vous font vivre des premiers instants de folie amoureuse, vous cajolent, vous mettent le feu au cul. Et après, ils vous abandonnent. Parce qu’il y a pleines de filles qu’ils rencontrent et qui sont belles à vous couper le souffle et encore plus jeunes, plus fraîches, plus disponibles. Alors je me suis rétractée. Je n’ai pas voulu être sa troisième épouse. Et j’avais raison. Il a marié une autre fille que je connaissais bien et, deux ans après, j’ai su que le mara l’avait presque abandonnée sur le plan sexuel. Parce qu’il avait marié une quatrième femme. Heureusement pour moi».

On pourra terminer en disant que si l’argent contribue au bonheur il ne fait pas le bonheur. 

Pape CISSOKO

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*