CHAMBRE D'ACCUSATION -TROISIEME RENVOI DE L'AFFAIRE KARIM WADE Le juge donne rendez-vous au 9 janvier prochain

La Chambre d’accusation qui devait statuer sur l’affaire Karim Wade (notamment sur l’inculpation de celui-ci, les réquisitoires et les commissions rogatoires engagées contre lui) a finalement opté pour un renvoi au 9 janvier prochain. L’absence du président de la Chambre d’accusation et de son suppléant en est le principal motif, selon les conseils de l’ancien ministre d’Etat, non moins fils du Président sortant Abdoulaye Wade, maintenu en prison depuis la mi-avril.

Karim Wade n’est pas encore près de humer l’air de la liberté. Et pour cause, la Chambre d’accusation de la Cour d’appel de Dakar qui devait se prononcer sur son inculpation, sur les réquisitoires présentés contre lui par Antoine Félix Diome, le substitut du procureur spécial près de la Crei, comme sur les commissions rogatoires engagées à son encontre, a finalement décidé de renvoyer l’affaire au 9 janvier prochain.

Selon la défense de l’ancien ministre d’Etat et non moins fils du Président sortant Abdoulaye Wade, c’est l’absence du président de la Chambre d’accusation et de son suppléant qui a motivé le renvoi de la procédure. Toutefois, bien loin de se déclarer vaincus, les conseils de Karim Wade ont introduit une autre requête pour obtenir la liberté provisoire de leur client.

Pour rappel, l’affaire Karim Wade qui devait être examinée par la Chambre d’accusation a été une première fois renvoyée, le jeudi 28 novembre dernier. Les magistrats de le Chambre d’accusation avaient en effet décidé de repousser de deux jours, sur demande de la défense, leur face-à-face avec le fils de l’ancien chef de l’Etat, incarcéré à la prison de Rebeuss depuis la mi-avril. Un second renvoi avait dû également être constaté par le pool d’avocats de Karim Wade qui avaient saisi l’instance juridictionnelle aux fins d’annuler toutes les poursuites contre leur client, surtout après l’invalidation de la nomination d’Antoine Diome comme substitut du Procureur près la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei).

L’ancien ministre d’Etat Karim Wade est emprisonné à Rebeuss, depuis le 17 avril dernier, dans le cadre de la traque des biens mal acquis, Celui qu’on surnommait joyeusement « ministre du ciel et de terre » a été incriminé pour malversations financières et concussion à hauteur de 694 milliards, selon sa première mise en demeure servie par le Procureur près la Crei Alioune Ndao, et minimalement 98 autres milliards découverts par les commissions rogatoires dans des comptes en banques planqués à Monaco.karim_p_ongles

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*