Chaque jour, de nouvelles preuves révèlent que l’administration Obama était corrompue

Il y avait tellement d’espoir en janvier 2009 lorsque Barack Obama a pris ses fonctions. C’était là le premier président noir des États-Unis, promettant d’être un leader pour tous les Américains, d’arrêter la montée des océans et d’être l’administration la plus transparente de tous les temps. Même les Noirs américains disaient que la guerre civile était enfin terminée.

Malheureusement pour l’Amérique, les choses ne se sont pas passées ainsi. Comme de plus en plus de preuves sont révélées quotidiennement dans les nouvelles du soir, il est maintenant très clair que l’administration Obama a été la présidence la plus corrompue de l’histoire de la république.

Comme nous avait averti Abraham Lincoln, le président favori de M. Obama, les menaces les plus dangereuses peuvent provenir d’ennemis intérieurs.

Tout d’abord, ce slogan sur le fait d’être un leader pour tous les Américains, sans tenir compte de la couleur si vous voulez, était une belle histoire. M. Obama n’a jamais raté une occasion de colmater le fossé racial. Pendant son mandat au Bureau ovale, les relations raciales sont littéralement tombées dans un précipice. M. Obama et la première dame Michelle ont fait la promotion d’un faux récit selon lequel l’Amérique blanche était littéralement coupable de traquer les Noirs avec joie. Ils ont suscité du ressentiment dans les communautés minoritaires contre la police, même si une étude de Harvard a révélé que les Noirs ne sont pas plus susceptibles d’être tués par la police que les Blancs.

Mais les divisions raciales, aussi douloureuses et déchirantes soient-elles, n’étaient pas les pires.

L’abus de pouvoir a commencé à devenir clair lorsqu’il a été révélé que l’Internal Revenue Serviceétait biaisé contre les conservateurs. Je ne comprends toujours pas pourquoi cette femme n’est pas en prison. Elle s’est assise là et a menti au peuple américain et au Congrès sans rendre de comptes.

M. Obama a utilisé les agences et le pouvoir impressionnant du gouvernement fédéral contre ses ennemis politiques. Il a utilisé le pouvoir de l’État contre ceux qu’il n’aimait pas.C’était une sorte de dictateur de la république bananière.

La négligence à propos des vétérans de l’armée, le “stimulus bill” qui était simplement une redistribution aux syndicats (ces “projets prêts à être ramassés” n’étaient pas si prêts après tout), la vente d’uranium aux Russes, les mensonges sur Benghazi, le scandale des courriels de Clinton qui n’a pas fait l’objet de poursuites, l’apaisement des Iraniens – de même que l’envoie de milliards de dollars en liquide au milieu de la nuit et de se vanter de la façon dont ils ont menti à la presse et au public américains, l’utilisation de sanctions financières pour financer des causes de gauche, l’utilisation de l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA) pour confisquer des biens aux Américains, etc. Je pourrais littéralement continuer indéfiniment.

Cependant, le coup-de-grace est ce que nous apprenons maintenant au sujet des élections de 2016 et de l’espionnage criminel de la campagne de Trump.

Le président des États-Unis a été mis en place. M. Trump a tout à fait raison. L’usage comme arme de nos services de renseignement et de sécurité a porté atteinte à leur réputation depuis des générations, et la primauté du droit, à laquelle cette grande nation est si attachée, a également été irrémédiablement endommagée.

Je l’ai déjà dit, l’administration Obama n’était rien de plus que la criminalité hautement organisée.

Justice sera rendue. Cela peut prendre un certain temps, mais la vérité ne cessera de se faire jour.

C’est une honte que l’administration du premier président noir ait été aussi celle qui a été la plus corrompue. C’est une occasion perdue d’avoir amélioré ce grand pays.

Ce n’est pas si difficile à comprendre. Mais c’est difficile à accepter.

Cela ne devrait pas arriver ici.

Traduction Sott.net de source.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*