Charlottesville: Trump accuse les médias d’avoir déformé ses propos

Le président américain Donald Trump a estimé jeudi que ses déclarations après les violences de Charlottesville, au cours desquelles.

Le public apprend (encore davantage) combien les médias Fake News sont malhonnêtes. Ils ont totalement déformé ce que j’ai dit sur la haine, le sectarisme, etc. Honte!», a-t-il tweeté au petit matin.

Le président Trump a suscité un profond malaise aux États-Unis, y compris dans son camp républicain, en affirmant qu’il y avait des torts «des deux côtés» dans ces violences au cours desquelles un sympathisant des théories sur la suprématie blanche a tué une jeune femme qui manifestait avec des antiracistes, en fonçant dans la foule avec sa voiture.

M. Trump s’en est également pris jeudi au sénateur Lindsey Graham, figure conservatrice qui a pour habitude de ne pas mâcher ses mots envers le président et qui l’a vigoureusement critiqué pour sa prise de position après ces incidents en Virginie (est).

«Lindsey Graham en quête de publicité a faussement indiqué que j’ai dit qu’il y avait une équivalence morale entre le KKK, les néo-nazis et les suprémacistes blancs et les gens comme (Heather) Heyer», la femme de 32 ans mortellement renversée samedi, a relevé M. Trump. «Un mensonge tellement dégoûtant».
«Il ne peut tout simplement pas oublier son fiasco électoral», a poursuivi le président, semblant faire référence à la candidature de Lindsey Graham aux primaires républicains pour l’élection présidentielle de 2016.
Le sénateur de Caroline du Sud a considéré que M. Trump avait «effectué un pas en arrière» mardi «en suggérant de nouveau qu’il existe une équivalence morale entre les néo-nazis suprémacistes blancs et les membres du KKK ayant participé à la manifestation de Charlottesville» et les personnes comme Heyer.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*