« CHIENNE » – Le machisme ordinaire filmé en caméra cachée

“Salope”, “chienne”, “je t’emmène à l’hôtel”, “belles petites fesses”… autant de commentaires récoltés par Sofie Peeters au gré de ses trajets dans les rues de Bruxelles. Ulcérée par ces réflexions quotidiennes, cette jeune Belge, étudiante en dernière année de cinéma, a décidé de filmer ce machisme ordinaire pour son projet de fin d’étude.

La jeune femme s’est promenée dans les rues de la capitale belge, munie d’une caméra cachée, et compile le résultat dans un film intitulé Femmes de la rue.

La projection jeudi dans un cinéma de Bruxelles de ce témoignage direct a provoqué un vaste débat national sur la question du harcèlement des femmes.

“Si tu donnes envie, c’est normal, non ?”, lui chuchote l’un des jeunes hommes. Pour la jeune femme, interviewée par la RTBF, le plus grave dans ces comportements, c’est qu’ils mettent en cause la femme avant l’homme. “C’est la question que les filles se posent en premier : ‘Est-ce que c’est moi ? mes vêtements ? quelque chose que j’ai fait ?'”

Le film a également provoqué la polémique, car certains y ont vu un aspect raciste. La plupart des séquences sont en effet tournées dans un quartier de Bruxelles où vivent en majorité des maghrébins. Sur la télévision flamande la VRT, la réalisatrice a répondu à ces critiques :

“C’était l’une de mes grandes craintes, comment traiter de cette thématique sans tourner un film raciste ? Car c’est une réalité : quand on se promène à Bruxelles, 9 fois sur 10, ces insultes sont proférées par un allochtone. Mais ces personnes ne sont pas représentatives de toute la communauté maghrébine.”

A la suite de ces débats, Philippe Close, échevin à la commune de Bruxelles, a annoncé l’entrée en vigueur au 1er septembre d’une loi prévoyant des amendes administratives pour sanctionner ces comportements. Mais comment prouver ces agressions ?

Citée par 20minutes.ch, la porte-parole de la police, Ilse Van der Keeren, affirme que “les femmes victimes de harcèlement sexuel et d’insultes doivent aller porter plainte afin que la police soit en mesure de commencer une enquête”, mais que “toutes les plaintes seront prises en considération”.

La réalisatrice du film, Sofie Peeters, n’attendra pas cette loi. Elle a préféré déménager dans une ville plus petite pour éviter – entre autres – de tels désagréments.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*