Circoncision gratuite de 158 enfants au Cedeps de Guédiawaye :Les autorités invitées à un accompagnement de cette initiative annuelle

La structure dénommée «Les initiateurs de Guédiawaye» a procédé hier, à la circoncision de 158 enfants vulnérables issus des départements de Guédiawaye et Pikine. Ces enfants, âgés entre 3 et 18 ans, ont pris d’assaut tôt le matin, les locaux du Cedeps de Guédiawaye, en compagnie de leurs parents, pour se faire circoncire, par des médecins spécialistes, venus de l’hôpital Aristide Le Dantec.

Selon Mamadou Niang, président de l’Association, ils sont à leur troisième édition pour venir en aide aux parents démunis, qui n’arrivent pas à payer les frais de cette opération pour leurs enfants.

«C‘est juste pour venir en aide aux parents vulnérables. En 2011, qui consacre notre première édition, nous avions fait circoncire 55 enfants de la banlieue, l’année qui suit, nous en avions fait de même avec 134 enfants.

Et pour cette année, nous avons 158 enfants, que nous avons faits opérer. Il faut rappeler, que nous n’avons rien demandé à leurs parents, sinon que d’acheter les habits et des badges à 200 francs Cfa», a-t-il indiqué.

Cette initiative fait suite au constat que beaucoup de jeunes hommes en banlieue, âgés de plus d’une vingtaine d’année, ne sont pas encore circoncis.

C’est ainsi que «Les initiateurs de Guédia­waye» ont décidé de mettre fin à ce problème. Le coût global de l’opération est estimé à  1,5 million de francs Cfa, selon les responsables de la structure, qui ont par la suite condamné le manque d’appuis de la part des autorités locales, à leur initiative sociale.

«Des correspondances ont été envoyées mais sans suite. Seuls les pharmaciens du département ainsi que de bonnes volontés se sont manifestés, pour appuyer cette noble initiative», a regretté le président Mamadou Niang. 

Pour sa part, le Major Sadibou Badji, a regretté l’insuffisance des intrants médicaux, qui auraient pu permettre de circoncire beaucoup plus d’enfants : «Vous voyez que beaucoup de parents sont venus, parce qu’ils ont entendu parler de l’initiative. C‘était pour eux, une belle occasion de faire circoncire leurs enfants. Malheureusement, ce sont les médicaments qui manquent».

Raison pour laquelle, Mohamed Diagne, coordonnateur de la structure, a lancé un appel aux autorités sanitaires du pays, pour un appui médical annuel, afin de faire bénéficier de cette opération le maximum d’enfants vulnérables.  Les parents ont salué l’initiative, tout en espérant qu’ils auront beaucoup plus d’enfants à circoncire l’année prochaine avec l’appui des autorités médicales. 

  • Écrit par  Abdou Latif MANSARAY

latifmansaray@lequotidien.sn 

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*