Coca-Cola et Nestlé vont privatiser la plus grande réserve d’eau de plusieurs pays d’Amérique du Sud

Des sociétés privées comme Coca-Cola et Nestlé sont en train de privatiser la plus grande réserve d’eau, connue sous le nom d’aquifère Guarani, en Amérique du Sud. L’aquifère est situé sous la surface du Brésil, de l’Argentine, du Paraguay et de l’Uruguay, il constitue le deuxième plus grand système aquifère connu au monde.

Les principaux conglomérats transnationaux “avancent” dans leurs négociations pour privatiser le système aquifère. Des réunions ont d’ores et déjà été organisées avec les autorités du gouvernement actuel, comme Michel Temer, pour définir les procédures nécessaires à l’exploitation des sources d’eau par les entreprises privées. Les contrats de concession dureront plus de 100 ans.

Le premier entretien public sur ce dilemme a eu lieu le 25 janvier, le jour même de l’ouverture du vote pour la destitution du Président Dilma Rousseff. Comme le rapporte Central Politico : « Cette coïncidence a été fatale pour l’ajournement de la réunion. Il doit y avoir une autre liste de projets à accorder ou à privatiser à moyen terme, avec des ventes aux enchères pouvant aller jusqu’à un an, comme les distributeurs d’énergie Eletrobras et les sources d’eau douce. », ajoute le site de nouvelles.

Cette question s’étend au-delà de l’Amérique du Sud, car tous les êtres humains seront touchés par la décision de privatiser le deuxième plus grand système aquifère du monde.Essentiellement, les sociétés tirent profit d’une ressource naturelle qui devrait être librement accessible à tous.

Dans le cadre du Projet de protection de l’environnement et de développement durable du projet d’aquifère Guarani, connu sous le nom de Projet d’aquifère Guarani de l’ANA (SAG), l’aquifère serait géré et préservé pour les générations présentes et futures. Après la victoire des conservateurs en Argentine et le coup d’État, poussé par l’ultra-droite au Paraguay et au Brésil, seul l’Uruguay a pu voter sur la privatisation de l’aquifère.

Environ les deux tiers (1,2 million de km²) de la réserve sont situés sur le territoire brésilien, en particulier dans les États de Goiás, Mato Grosso do Sul, Minas Gerais, São Paulo, Paraná, Santa Catarina et Rio Grande do Sul. Les générations futures en souffriront si cet accord est conclu, et c’est pourquoi les organisations de défense des droits de la personne du monde entier s’y impliquent.

« La société civile organisée est attentive aux éventuelles stratégies de privatisation des groupes économiques transnationaux. Depuis 2003, l’Organisation des États américains (OEA) et la Banque mondiale, par l’intermédiaire du Fonds pour l’environnement mondial (FEM), ont mis en œuvre le projet de protection de l’environnement et de développement durable visant à rassembler et développer la recherche sur l’aquifère Guarani, dans le but de mettre en œuvre un modèle institutionnel, juridique et technique commun pour les pays du Mercosur. », indique un document de l’Organisation des droits de l’homme Terra de Direitos.


Rien ne changera si nous, en tant que population, restons les bras croisés et regardons des individus avides exploiter l’environnement et arracher des ressources précieuses aux générations présentes et futures.

 

Si vous êtes d’accord, veuillez partager cet article pour sensibiliser les gens.


 


Sources :

In the Spotlight

Départ de ZUMA ! Par Ibrahima Sene Pit

by James Dillinger in A LA UNE 0

Départ de ZUMA ! Le Vice Président de la République SUD Africaine, devenu récemment Président de l’ANC, parti majoritaire à l’Assemblée nationale, est devenu le remplaçant du Président ZUMA déchu! Paradoxalement, il ne s’est trouvé [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*