Comment expliquer le déclin de l’Egypte Antique? De la faiblesse de l’esprit de la MAÂT

L’Égypte offre à l’humanité une grande civilisation, peut-être la plus grandiose jamais accomplie par l’esprit humain. Sous le règne des Pharaons, la science est en plein éveil, ses applications sont nombreuses et dans presque tous les domaines de l’activité de l’homme. Si nous ne retenons que la Chimie et les Mathématiques, la momification et la construction des pyramides témoignent du génie créateur de l’Africain de l’Égypte antique. Aujourd’hui, il faut des ordinateurs et des serveurs hyperpuissants pour gérer nos bibliothèques. Mais aucun de ces centres de lectures et de dépôt des œuvres de l’esprit ne peut être comparé à la bibliothèque d’Alexandrie (700.000 volumes selon certaines estimations). Nous sommes bien à environ trois siècles avant Jésus-Christ !

Alors, comment expliquer que dans cette Égypte là, dans cette Afrique là, l’on manque aujourd’hui du simple pain? Comment expliquer que l’on prétende aujourd’hui civiliser ceux qui hier ont offert au monde des Humains la flamboyance de la créativité spirituelle? Que s’est-il passé en Égypte?

Ces questions préoccupent les chercheurs, traumatisent les Africains aujourd’hui en proie à des  »sauveurs » toujours prêts à offrir quelques sacs de riz estampillés «Programme Alimentaire Mondial», «United Nations», etc.  Des Africains qui, en quête de vérité historique, ne cessent de fouiller au plus profond d’eux mêmes.

Selon un internaute, « la principale cause du déclin de l’Égypte reste l’esprit de la maât ( transmission du savoir aux autres sous prétextes qu’on est tous les mêmes, savoir développé par les autres pour ensuite être utilisé contre eux). Donc s’il y’a bien quelques choses à retenir, c’est que l’esprit de la maât ne marche qu’entre nous ».

Ainsi, ce fut une erreur pour les Égyptiens de s’ouvrir aux autres, de démocratiser l’accès au savoir. Cet internaute cite d’ailleurs l’exemple des secrets de la poudre à canon, des essences, les secrets des différentes sciences exactes qui ont été transmis aux Européens (les Grecs en l’occurrence) et qui ont été plus tard utilisés contre nous, les Africains.

Nous publions ci-après le point de vue du chercheur Jose Do-Nascimento, point de vue paru sur le site internet http://uhem-mesut.com/medu/1-002.php , un site internet que nous trouvons d’ailleurs très intéressant et éducatif de par la nature des informations qui s’y trouvent. C’est un site qui contribue au débat sur la compréhension de notre histoire.

**********

Quelles sont les causes du déclin de l’Egypte antique?

Examinons aujourd’hui la question du déclin de l’Egypte antique. Cette question est posée par beaucoup d’Africains. Nous autres Africains nous nous étonnons beaucoup de ce déclin. On doit d’abord se demander pourquoi nous nous en étonnons autant?

En fait ce déclin nous étonne car nous interprétons l’histoire à travers le prisme de l’évolutionnisme social. Or selon ce paradigme, le progrès historique est linéaire et cumulatif. Autrement dit, une fois entrée dans un processus de progrès, une société ne peut plus reculer, ne peut pas régresser.

Or la seule observation des faits historique nous démontre le contraire. Elle nous montre que toutes les civilisations sont mortelles. Elles finissent toujours pour une raison ou pour une autre par décliner. Cela a été le cas des Égyptiens, des Mayas, des Aztèques, des Perses, des Grecs, des Romains, des Arabes, des Espagnols et des Portugais avant qu’ils ne rejoignent l’Union Européenne. Récemment cela a été le cas de l’URSS et on voit déjà que la civilisation occidentale qui ne domine réellement le monde que depuis 2 siècles, montre déjà des signes d’essoufflement et crée des facteurs qui la mettent en péril (pollution écologique, bombe nucléaire, risque industrielle, risque numérique par un bug général sur l’ensemble des données mis en mémoire).

 Concernant l’Egypte antique quelles ont été les causes de son déclin?

On trouve la réponse à cette question dans l’œuvre de Cheikh Anta Diop. C’est pourquoi les Africains doivent lire directement les livres de Diop. Ils doivent connaître Diop non pas par l’intermédiaire des livres d’autres auteurs, mais en lisant soi même tous les livres fondamentaux de Diop (Nations nègres, L’Unité culturelle, l’Afrique précoloniale, Antériorité, Civilisation ou barbarie, les fondements …).

Selon Diop le déclin de l’Égypte antique est la conséquence d’une occupation étrangère prolongée. Pendant deux mille ans l’Égypte a su sauvegarder son indépendance nationale. C’est un record car aucun autre peuple au monde n’a su faire mieux. Mais à partir du 1er millénaire avant JC, l’environnement extérieure de l’Égypte est devenu ultra agressif et l’Égypte va finalement être occupée de façon durable par l’étranger.

 Cela commence à la période dite de la basse époque:

  • Vers -945 à -722, une dynastie libyenne s’installe en Égypte avec pour capitale Bubastis;
  • Vers -730, une dynastie nubienne conduite par Piankhi libère l’Égypte de la domination libyenne;
  • Vers -671 à -663, Les Assyriens envahissent la Basse-Égypte et pillent Thèbes;
  • En -664 à -610, l’Egypte se libère de l’occupation assyrienne;
  • Vers -526 Les Perses envahissent l’Égypte: la domination perse est terrible et horrible Les Égyptiens font l’objet de persécutions atroces. Une grande partie de l’élite égyptienne part se réfugier hors d’Égypte. C’est dans cette période que commence l’émigration des Égyptiens et des Nubiens vers l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique centrale. Les Djeli (griots) mandingues se souviennent bien du souverain perse qui a été selon eux le plus horrible. Ils disent qu’il s’appelait Pathe Lamin. Et effectivement nous dit Moussa Lam, à cette époque régnait en Égypte un souverain perse dont le nom en hiéroglyphe s’écrit PTLMN;
  • Vers -404 les Égyptiens parviennent à se libérer de l’envahisseur Perse;
  • Mais en -345, les Perses reconquiert l’Égypte: le dernier pharaon, Nectanebo II, part se réfugier en Haute-Égypte d’abord puis en Nubie. Il amène avec lui une partie de l’élite. Les Perses continuent à persécuter les Égyptiens. Une grande partie de l’élite égyptienne part se réfugier hors d’Égypte. A partir de là, les Égyptiens perdent définitivement leur indépendance;
  • En -331, les grecs envahissent l’Égypte et chassent les Perses. Les Grecs vont régner en Égypte jusqu’en -30 avant JC;
  • En -30 avant JC les Romains envahissent l’Égypte. A cette époque une grande partie de la population égyptienne a déjà émigrée vers l’intérieure de l’Afrique. Les Égyptiens qui sont restés sur place sont devenus des villageois qui savent à peine construire des barques. C’est normal car depuis des siècles ils avaient perdu le contrôle des ressorts de l’historicité. A savoir le contrôle de l’appareil d’Etat, celui de l’appareil économique, celui du système d’enseignement, etc… Bref le déclin politique, culturel et scientifique de l’Égypte antique est un fait sous l’occupation romaine.

Voilà. Il ne faut pas chercher ailleurs les causes du déclin de l’Égypte ancienne. L’occupation étrangère prolongée, la persécution d’une partie de l’élite par les souverains étrangers (surtout les souverains perses), l’émigration forcée d’une partie de l’élite vers l’intérieure de l’Afrique sont les seules causes du déclin de l’Égypte antique.

Mais n’oublions jamais. L’Egypte a dominé le monde et sauvegardée son indépendance pendant 2000 ans. Aucune civilisation n’a encore réussi cette prouesse.

Jose Do-Nascimento

…………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

Le Franc CFA et L’Afrique: Vers quelle catastrophe allons nous ?

Dans une thèse de doctorat soutenue en 2003, un auteur africain s’interrogeait sur le devenir de l’Afrique et de ses monnaies d’emprunt. Le Franc CFA, le Franc Congolais, le Franc Rwandais, l’Escudo angolais, le Shilling, le dollar, etc. Toutes les monnaie venues dans les tiroirs-caisses du colon furent passées en revue. Voici un extrait de cette thèse:

« En choisissant de dévaluer le Franc métropolitain et de créer un Franc Cfa surévalué (1945), la France n’offrait pas meilleure compétitivité internationale aux produits de son empire colonial. On est donc en droit de soutenir qu’elle était dans une logique protectionniste, avec pour objectif la reconquête des parts de marché perdues pendant la guerre. A notre avis, loin de répondre à une exigence de développement du marché intérieur des colonies, l’institution de cet instrument d’échange s’inscrivait plutôt dans la logique de la politique de «mise en valeur» qui comprenait deux volets: la mise sur pied des conditions d’une extraction optimale des ressources coloniales et leur commercialisation sur le marché métropolitain d’une part, et de l’autre de la maximisation des gains de productivité sur la commercialisation des produits manufacturés à vendre sur le marché colonial»( 1).

Le point de vue que livre le Prof. Nicolas AGBAHOU dans la vidéo ci-après apporte davantage de précision sur le role pernicieux des monnaies d’emprunt en Afrique au sud du Sahara. L’économiste d’interesse plus préciséement au Franc Cfa, la monnaie utilisée dans les ex-colonies francises. Écoutons-le.

In the Spotlight

Vente de migrants en Libye : Le président nigérien réagit

by James Dillinger in A LA UNE 0

Le sommet se tiendra en Côte d’Ivoire les 29 et 30 novembre. Selon l’Agence France Presse, le chef de l’Etat nigérien a personnellement demandé à son homologue ivoirien Alassane Ouattara que la question soit évoquée [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*