Communique de l’organisation horizon sans frontières sur les accusations du ministère de la justice et du consul général du Sénégal à Madrid.

LE HCR S’INQUIÈTE DE LA SITUATION DES AFRICAINS BLOQUÉS EN LIBYECe  matin sur  la radio internationale BBC   j’ai encore une fois été confronté au porte parole du ministère de la justice sur la convention entre l’Espagne et le Sénégal au sujet des rapatriements abusifs de sénégalais vivant en situations irrégulière en Espagne.

L’état continue  de semer l’amalgame dans l’esprit des sénégalais en parlant de prisonniers qu’il faut rapatrier pour purger  leur peine  au Sénégal alors qu’ on parle du surplus dans les prisons sénégalaises.

Il faut vraiment que ces autorités aient le courage de nous dire la nature du crime de ces sénégalais en question. Ces sénégalais   pour la plupart n’ont commis d’autres crimes que le  simple fait  de rester dans les pays d’accueil en situation irrégulière.

 Le vide juridique et les insuffisances  des  textes et loi    dans la gestion des flux migratoires  expliquent  que dans certains pays, les prisons sont pleines de Sénégalais  qui n’ont commis rien d’autre  que d’y rester   après l’expiration de leur visa ou titre de séjour.

Mais même s’il y’avait d’autres crimes plus graves , ces  êtres  humains  nécessitent l’ assistance juridique  spécifique  dont ils ont besoin  et c’ est pour  cette raison que l’ organisation horizon sans frontières a signe un partenariat avec  un cabinet d’ avocats pour les défendre et non les rapatrier de manière abusive et humiliante au Sénégal .

Encore une fois nous persistons et signons que le Sénégal est entrain de monnayer le rapatriement de ses fils pour des raisons de déficience budgétaire  et   nous disons non et tout le Sénégal sait que leur raisonnement  ne tient pas. Horizon sans frontières n’étant pas politique ne va pas entrain dans ces méthodes politiciennes pour défendre un poste ou des intérêts personnels .Le Sénégal n’a jamais assumé sa mission régalienne dans le dossier migratoire et nous prendrons nos responsabilités.

 Nous allons saisir les institutions internationales en ce qui  concerne le respect des droits des migrants pour dénoncer malheureusement notre propre pays

BOUBACAR SEYE : Président d’horizon sans frontièresCCF19052014_00001 (1)

CCF19052014_00000 (2)

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*