Congo : le FROCAD et l’IDC en coalition pour «vaincre» Sassou Nguesso

sassou nguessoL’opposition congolaise s’organise dans la perspective de l’élection présidentielle du 20 mars prochain. Dans ce sens, une « charte de l’opposition pour la victoire à l’élection présidentielle de 2016 » a été signée mardi par le Front pour le respect de l’ordre constitutionnel et l’alternance démocratique (Frocad) et l’Initiative pour la démocratie au Congo (IDC).

La Charte de l’opposition pour la victoire à l’élection présidentielle de 2016 signée par le FROCAD et l’IDC va permettre à ses deux regroupements de se soutenir mutuellement avant, pendant et après le scrutin du 20 mars prochain, a expliqué Charles Zacharie Bowao, le coordonnateur de cette plateforme Frocad-IDC.

Lors de la signature de la Charte, Charles Zacharie Bowao a déclaré que «devant l’échantillon des Congolaises et Congolais présents en ce lieu, vous avez posé un acte solennel, et qui fera date, celui d’engager notre pays dans la voie de l’alternance démocratique et pacifique».

Il s’exprimait en présence des cinq candidats de cette opposition à savoir André Okombi Salissa, Claudine Munari, Pascal Tsaty-Mabiala, Guy Brice Parfait Kolélas et le général Jean-Marie Michel Mokoko.

«Vous incarnez collectivement cette dynamique novatrice de changement. Incarnez-là fièrement et en toute responsabilité», a déclaré l’ancien ministre de la défense de Denis Sassou Nguesso.

Bowao a précisé que la dynamique que portent ces cinq candidats, est celle de la vraie opposition politique, en phase avec la majorité républicaine qui a dit non au référendum du 25 octobre 2015.

«Le peuple est prêt pour l’alternance démocratique et pacifique. Il vient de le prouver en participant à la révision des listes électorales», a-t-il dit.

Par ailleurs, la plateforme demande au gouvernement la tenue d’une réunion de mise au point des conditions devant permettre une élection crédible et apaisée. La réunion devra se tenir avant le début de la campagne électorale.

«Nous irons à l’élection présidentielle du 20 mars 2016, non pour consacrer la confiscation du pouvoir, mais pour mettre un terme à cette crise de légitimité historique des institutions de la République», a conclu Zacharie Bowao, le coordonnateur de l’IDC- Frocad.

© OEIL D’AFRIQUE

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*