Conscience patriotique pour le changement

Conscience Patriotique pour le ChangementXAM SA REW – BËG SA REW – JARIÑ SA REW

Conscience patriotique pour le changement, ce cri du cœur, est le fruit d’une longue réflexion partagée murement pensée, sort des chantiers battus et propose « du sang neuf » pour changer radicalement le visage d’un système mafieux, dans lequel, le président de la république détient par devers tous les pouvoirs : il cumule à la fois le pouvoir exécutif, le pouvoir législatif et le pouvoir judiciaire. En vérité, le poste de président de la république et de première dame, est une monarchie déguisée.

Autrement, le chef de l’Etat décide tout in fine, a non seulement un rôle exorbitant sur toutes les décisions nationales, que lui confère notre moribonde constitution taillée sur mesure pour un seul homme, au point qu’il est, dans les faits, un personnage central incontournable par sa stature, sans lequel rien n’est possible. Une indignité.

En lieu d’un président de la république, élu par le suffrage universel direct, le pouvoir exécutif, incarné par le premier magistrat de la république l’exerce, en réalité, apparaît nettement, comme un étrange monarque de droit divin, qui a droit de vie ou de mort sur l’ensemble des citoyens qui ont fait de lui ce qu’il est. Comment peut-on élire un président de la république et en étant ses sujets domptables, crevables et corvéables à merci ? Cela n’est pas notre vision de la démocratie.

Nous continuons de le dénoncer publiquement, sans retenue aucune, et le marteler, de façon que notre discours soit audible, entendue massivement par l’ensemble des sénégalais. C’est une question de rigueur et de nationalisme patriotique bien placés.

Un archaïsme obsolète, humiliant, inacceptable qu’il faut absolument corriger les tares; si nous voulons tendre vers une société idéale pour une justice sociale égalitaire pour tous devant la loi, et non pas une société à deux vitesses scandaleusement effrayantes.

Nous sommes des soldats de conscience et des citoyens libres d’esprit, imbus des valeurs traditionnelles de notre culture de civilisation, pour instaurer une société égalitaire plus juste et non une société à deux vitesses dans laquelle les uns s’enrichissent ostensiblement et librement que leur confère leur posture de circonstance, tandis que le reste, majoritairement écrasé, lassé et laissé pour compte, tire le diable par la queue.

Le comble du comble des combines et des combinaisons politiques des alliances contre nature de sortes des élections locales nous ont donnés la mesure des odeurs de mauvaises cuisines d’un échec total du politiquement incapable, sauve les meubles par la petite porte, ce qu’il est convenu d’appeler avec euphémisme,, les pires méthodes fascistes de la Stasi, survenues à St louis, pour mettre à la chaise, le candidat du népotisme, Mansour Faye, ce faquin de classe exceptionnelle, en lieu et place du vrai vainqueur des urnes tangibles.

Cette justice présumée libre, apparentée à la démocratie, sur les plis de la tyrannie et l’arbitraire, prend cause et fait du tyran Macky Sall, dont la trajectoire totalitaire n’échappe plus à personne. Des incongruités qui créent nos éternelles déconvenues.

Pour toutes ces raisons, face à une abondance politico–médiatique, inflationniste, opulente et très loquace, nous n’avons d’autre choix que d’opter pour la légitime défense, afin de restaurer la démocratie et créer les conditions d’un Sénégal émergent.

Pour cela, il nous faut à tout prix mettre à la tête de ce pays des véritables sentinelles libres, patriotiques, nationalistes à l’endroit même contre l’envers du décor, quoique cela puisse nous coûter.

Ahmadou Diop, coordonnateur Conscience patriotique pour le changement
« XAM SA REW – BËG SA REW – JARIÑ SA REW »

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*