CONTRE LES ATTEINTES A L'EQUILIBRE DES FAMILLES ET DE LA SOCIETE Le Cnra invite au respect des cahiers de charges

Babacar Toure Conseil national de régulation de l’audiovisuel (Cnra)Face aux dysfonctionnements et manquements, notamment les émissions de voyance à caractère médical, la médiatisation de dossiers judiciaires, la légèreté du traitement des questions relatives à la diversité culturelle, relevés dans le paysage audiovisuel sénégalais, le Conseil national de Régulation de l’audiovisuel (Cnra) invite les éditeurs de programmes audiovisuels à se conformer aux cahiers des charges pour éviter certaines dérives portant atteinte à l’équilibre des familles et de la société. L’instance de Régulation l’a fait savoir hier vendredi, dans son avis trimestriel couvrant la période janvier-février et mars 2014, parvenu à notre rédaction.

Le Conseil national de Régulation de l’audiovisuel (Cnra) a rendu public son avis trimestriel hier, vendredi 9 mai 2014, au terme d’une séance  de l’Assemblée du collège des Conseillers qui s’est tenue jeudi dernier.
En constatant, après analyse, des dysfonctionnements et manquements récurrents dans l’espace médiatique sénégalais, le Cnra a recommandé aux éditeurs de programmes de se conformer aux cahiers des charges auxquels ils ont souscrits. Dans ce premier avis trimestriel de l’année 2014 (janvier-février-mars), l’instance de régulation dans sa mission de contrôle de l’application de la réglementation sur l’audiovisuel, estime que « l’argent dans les spectacles, la  publicité médicale, la violence en politique et dans le sport, les jeux par serveurs et SMS, le non-respect de la diversité culturelle altèrent les programmes des radios et télévisions ».
C’est ainsi que le régulateur a souligné que la programmation audiovisuelle doit se garder de servir de support à des pratiques qui portent atteinte à l’équilibre des familles et de la société.
Tout en rappelant que la régulation aujourd’hui, est une œuvre collective qui interpelle les différentes composantes de la société, l’instance dirigée par Babacar Touré, président du Cnra, a relevé que les « programmes audiovisuels doivent répondre aux préoccupations exprimées dans le cahier des charges en ce qui concerne l’obligation de préservation du jeune public, en veillant surtout à ne pas les exposer à des  contenus nuisibles à leur épanouissement mental et psychologique».
Dérives 
Pour le Cnra, les éditeurs de programmes sont loin de respecter les dispositions des cahiers de charges et conventions régissant le secteur. Force est de constater que les émissions de voyance, avec l’utilisation de serveur surtaxé sans indication de coûts à l’écran, la récurrence des jeux avec des serveurs, les émissions à caractère médical, la médiatisation de dossiers judiciaires, la violence lors des « face à face » d’avant  combats de lutteurs, des reportages sur les matches de football, entre autres dérives, continuent d’occuper le petit écran.
A cela s’ajoutent le traitement, à la limite de la légèreté, de questions relatives à la diversité culturelle, les émissions marquées par les danses obscènes qui occupent l’antenne à longueur de journée et les corps mutilés et/ou en décomposition reprises des reportages réalisés par des chaînes étrangères dans des zones de conflits (Centrafrique, Irak, Syrie, Afghanistan).
Appelant à la vigilance de tous les acteurs concernés, le Cnra invite les responsables à s’inscrire dans le respect des règles éthiques et déontologiques qui gouvernent l’exercice de leur profession.

Ibrahima Baldé

In the Spotlight

Boris Johnson rétablit le subventionnement d’Al-Qaïda via le CSSF

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

Le ministère britannique des Affaires étrangères a discrètement rétablit le subventionnement d’Adam Smith International (ASI), interrompu depuis deux mois. En décembre 2017, l’émission Panorama (BBC) avait montré qu’ASI, soutenu par le gouvernement de Sa Majesté pour former [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*