” CONVICTION RÉPUBLICAINE” : OU PROFESSION DE FOI D’UN HÂBLEUR CRYPTO FASCISTE ? PAR AHMADOU DIOP.

”Conviction Républicaine, un grand mot vide qui recouvre  la marque du despote timbré.  Après la Fondation  Bidon Servir le Sénégal, pour asservir le Sénégal, place maintenant   à un autre embrouillamini mystificateur,  dénommé ” Conviction Républicaine”, ou  PROFESSION DE FOI  D’UN HÂBLEUR CRYPTO FASCISTE, NEGATIONNSITE ?

Autrement dit, il  n’y  a ni plus ni moins que   d’une  compilation de crimes  d’état  pluriels, économiques,  politiques, financiers que physiques  contre  des étudiants,  sont  lâchement criblés de balles réelles, alors qu’ils   ne réclament  que  leurs droits,  leurs  bourses.  La   soldatesque waffen SS,  très prompte,  qui est  affiliée à  la République  des criminels en bande organisée,  a  belle  et bien la Gâchette facile, tire à vue pour tuer toute capacité de résistance.  C’est bien la  pédagogie mystique du régime apocalyptique  pandémique des offrandes étranges.

Qui  commandera et  « qui  Mangera la Tambouille toxique », si ce n’est  que l’escroc, dévergondé,   distribuera  l’ouvrage maudit  à sa bande de farandoles incultes ?

 Le complexé  dans sa nature de Sous-Homme,  ne se gêne pas outre mesure,  ne lésine pas sur les moyens de l’état,  tente vaille que vaille, à   mettre  en relief tout ce qui  peut glorifier,  renforcer et élever l’homme blanc colonialiste. Car  sa gouvernance calamiteuse,  pandémique se résume exclusivement en copier coller. Nous  en avons eu  plus d’une fois des  preuves additionnels  plus que fournies  qui ne comptent plus, depuis, hélas,  le regrettable  triste soir  historique du 25  mars 2012.  L’amère pilule, ou  «  l’Enzyme Mortelle ».

Citons-nous en quelques uns : L’ASP, agence de proximité de sécurité- ou  l’Engeance Maléfique-la rupture éclopée des  rapines et  le soi-disant Plan Sénégal Emergent,  baptisé   l’appellation inflationniste, sous  l’Acronyme nébuleux PSE\ Emergence Expansionniste dans les faits établis, pour ne citer que ceux là.   La place de l’Europe à Gorée fait penser à celle de l’Europe  à Paris.

L’intégriste Ethnique,  intégralement négationniste, Nihiliste  de la tète aux pieds, est  plus connu sous le  sobriquet quelque peu Glorieux  de Caniche de l’Occident, lequel   en flétrissure, par ses ratonnades et ses  courbettes dégoulinantes à couper le souffle, n’en démord jamais,  s’accroche  plus que jamais,  telle une  huître sur son  rocher, se complait en lèche-bottes par sa lâcheté  révisionniste, par son indignité caustique, prégnante,  qui lui  colle à la peau, se  drape  sous l’habillage d’un prédicateur- en  Faussaire- prédateur-Dictateur-Colonial, s’accommode terriblement  en menteur  lamentable mécréant   professionnel,  digne de son rang, nous insulte en permanence, espère bénéficier  de l’usufruit des dividendes politiques et des largesses  coloniales, mal placées.

 Le nègre de Service pantouflard et du haut de son ignorance qui l’accable, n’en a cure des récriminations,  le patriotisme imaginaire en bandoulière des leurres, la victoire du  prétendu Suffrage universaliste  des cirques électoraux élaborés  se conçoit et se joue  exclusivement et nécessairement  à l’aune et sur le piano-américano français  à coup de MRDS de F CFA- Regardez  mon doigt ! – et ceci sous les défroques dithyrambiques  expansionnistes, inavoués.

L’éternel Vagabond-  Braqueur électoral,  le  pion taciturne, chouchouté,  ne compte point dévier de sa trajectoire totalitaire,  fait les yeux doux  à ses  maîtres  suprémacistes blancs, se frottent les mains  sur toutes les ressources du Sénégal,  sont présumés  faiseurs de roi et d’opinion à la place de tout un peuple , accroupi, méprisé et maîtrisé,  est  apparemment capitulard, se laisse dominer par des chiffonniers  vampires. Il va de soi que toute l’Afrique dite francophone, ligotée,  soit exclue de l’hagiographie mondiale.

Alors, pour ce faire, et arriver à ses fins de sale besogne, le minable bougre de naissance, qui a une conception étrange de la démocratie,  leur  garantit de nouveau des gages supplémentaires  dans le secret des dieux et de façon souterraine, à dessein de rempiler de réitérer, ainsi, ses prouesses abracadabrantesques d’antan, à l’horizon 2019  et  ceci dans les dédales de la magie des mystifications mordantes.

Pour rappel, lorsque  le Référen’Deum et les parodies électoralistes sont passés,  comme une lettre à la poste, comme si rien n’était.

Cerise sur le gâteau,  en sus des  arrestations abusives, arbitraires,  confiscatoires à la démocratie,  tous azimuts, qui  se multiplient à un rythme effréné,  sans que rien ne les arrête,  dans ces conditions,  le vendu, requinqué,  ragaillardi,  fait passer sa loi scélérate sur le parrainage électoral,  malgré une levée de bouclier généralisée. Le personnage curieux  des coups tordus, des faux bonds à répétitions  et des galéjades abyssaux,  fait vent debout envers et  contre tous,  imprime sa marque autoritaire,  gagne par devers  à tous les coups  par  les raccourcis du  label de la tyrannie, que sont les auxiliaires brossés, qui s’exécutent bassement, en  échange des galons  indus  et des milliards de  F CFA, puisés dans la poche du contribuable sénégalais,  qui s’érige en moutonnier docile. .

Macky lance le Tome 1 de son ouvrage « Conviction républicaine ». Mon œil !

 Décidément, le prototype, ou le  socle  absolu  du mal  incarné par  l’inimitable  bestial  menteur, professionnel, de classe exceptionnelle, s’arroge  le négationniste, ségrégationniste, va-t-en-guerre,  digne de son rang, se dégonfle une fois de plus en porte drapeau étendard, fixe le débat, le clôt unilatéralement   et continue de franchir  allégrement de plus en plus   les lignes rouges, malgré ses dérives totalitaires spectaculaires, tente de surmonter un par un  les  paliers supplémentaires,  pour s’offrir  vulgairement  en spectacle,  et se  distingue tristement  à la place publique,  défraie  piteusement  la chronique,  qui devient virale sur la toile de la planète entière,  chaque jour que dieu fait, par  ses escapades et ses échappées torrides, singulières,  dont il a l’unique  secret, comme tout fasciste,  déclaré de la désinvolture, lance encore   avec fracas  l’esclandre de son Tome 1, qu’il  qualifie  honteusement  «  la Conviction républicaine »  pompeuse, pulpeuse et emphatique dans une grandiloquence démesurée des coquilles vides.

 C’est ce que nous  appelons la plate-forme d’un déséquilibré mental, pathogène, qui  est  au plus  haut sommet de l’état sénégalais, brille dans des  compilations de litanies démentielles,  mensongères,  grossières, des leurres inouïes, sont   empilées les unes après les autres. Voilà la Saga de la pestilentielle d’une bande de ribambelle,  funeste,  qui  n’a que trop duré et à laquelle nous avons l’obligation d’y mettre fin, si nous voulons aller de l’avant, à l’instar des grandes Nations, qui jouent, désormais dans la cour des Grands, qui ont des histoires matérielles et  qui le prouvent. par la haute technologie de pointe, dont  ils ont le secret  par leur fibre d’honneur.

 Lesquelles, telles des pluies diluviennes, pleuvent  en cascades,  durant un septennat calamiteux du règne d’un régime  le plus  scandaleux  par ses reniements  les plus saugrenus, les plus cataclysmiques,  tant par  son caractère blasphématoire, qu’immoral, que nous ayons connus jusqu’ici  dans notre histoire.    Cela nous renseigne  éloquemment sur un imposteur infatigable, cynique,  arrogant et suffisant d’un singulier pédigrée, dont la monstruosité  est inégalée sur tout  le reste de l’échiquier politique  sénégalais.

 En vérité, nous avons affaire à un suppôt,  à un  mythomane, pyromane,  cleptomane, chevronné,   déclaré-non éclairé du colonialisme, qui ment plus qu’il   ne respire, comme tout renégat de son espèce,   dépasse même la vitesse du son et de la  lumière réunie.

 L’incapable  menteur  professionnel, profanateur par ses simagrées,   ne peut être  en aucun cas un ensoleillé.  Alors,  des nègres  de ramassis,  désertiques, réquisitionnés,  tous tondus et  alignés,  sont  payés  par  les deniers  publics,  se chargent  d’écrire à la place du médiocre, illuminé  et labellisent les pires  méthodes  de la Stasi. La gouvernance boiteuse, réprime touts azimuts  et  tue  dans l’œuf toute adversité politique.  Pour le régime colonial, boucanier, prend  des mesures   liberticides, qui ruissèlent plus que les lacs , toute opposition réelle,  est  de facto  bannie,  devient automatiquement , un Casus Belli mortifère.

Lorsque la corruption, les concussions,  avec en prime,  les charrettes de  détournements des fonds publics,   les transvasements,  les  cueillettes de jour comme de nuit,  en cascades,  constituent un gagne-pain , auxquels s’ajoutent  le summum de l’abondance nauséabonde,  à savoir, la transhumance  et les chantages permanents, en sus des  éternels braquages électoraux en continu,  et surtout  le dernier cri,  qu’il considère  « Conviction  république », ne sont qu’un écran de fumée grossier.

 Le  prétendu tome 1 –   un  tissuthèque de  verbatim   creux , a tendance à  arrondir les angles et cintrer les coins, le tout pour  faire  beau et pour  amuser la galerie, à dessein  de croire  nous  entuber  et nous rouler dans la farine durablement.

 Charles Ntchororé, le capitaine d’origine gabonaise, qui commanda le contingent des Tirailleurs  sénégalais, en transit à Dakar au camp de Thiaroye, après son arrestation, fut fusillé, le 1décembre 1944, pour avoir refusé la désolidarisation avec  les soldats sénégalais. Ces derniers  furent tous massacrés à la même date,  et dans  la même nuit, pour avoir réclamé les mêmes droits  que leurs collègues de la métropole. D’où le célèbre film «  Thiaroye 44 » de  Sembène Ousmane, le pionnier du cinéma africain, qui  mourut  à  Dakar en juin 2007, à l’âge de 84 ans.

Le pion a estimé que les tirailleurs sénégalais avaient bénéficié d’un traitement enviable de la part de la France coloniale. Le chef de la République Ethnique familiale,  estampillé le  pantin de service de la ringardise, est devenu par  définition,  la courroie de la  transmission   des hashtags convulsifs à la renverse.  Rien  qu’un catalogue d’inepties et de mensonges   à dormir debout.    Les  Boulettes   fumantes  du  référent nègre de service  s’amoncellent à l’infini et à la pelle, au point nous perdons notre COCC BARMA.

  Le  pitre  despote Mercenaire en place nous rappelle  de Senghor, «   l’émotion est  nègre et la raison  hellène »- qui disait que «  la colonisation est un mal nécessaire » contre laquelle   Cheikh  Anta Diop,  le génie, hors-pair, le kamit-panafricain,  s’élevait avec toute la rigueur nécessaire.   Il s’agit tout simplement d’une imitation désolante  de la part  du tonitrunant, pirate, Macky Sall, l’inguérissable mascotte de la fourberie. Le traitre n’est pas à son coup d’essai, pour avoir déclaré, je le cite : «   le  retrait des troupes et  des basses militaires françaises était quelque peu un nationalisme mal placé », y ajouta cei , enfonce le clou : «  le F CFA-ou le nazisme monétaire,  est une bonne  monnaie    à garder ».

le larbin de naissance en chair et en os  se déculotte  affreusement en porte- parole de la charogne,  symbolise le  négationnisme sensationnel  colonial-  ce qui en dit long que toute sa magistrature biscornue  du début jusqu’ici, met à nu  ses propres contradictions cousues de fil  blanc –  qu’il appelle avec désinvolture-  «  Conviction Républicaine »-Trompe- l’œil,  tombe lamentablement  peu à peu   en château  de carte au fur et à mesure que les jours , les mois et les années passent d’un magistère de piètre qualité , et à l’approche des  parodies présidentielles 2019-«  Adoti kalpé –Foxarci – këf-Tolenti- nangoti ».

Gorée  place de l’Europe : mimétisme de   Macky Sall, Fraba Guignol, pro  colonial, est   sur les traces de son maître spirituel,  en l’occurrence,  Senghor. « L’émotion  est nègre et la raison hellène » (Léopold Sédar Senghor) ». Cheikh Anta Diop  décrypta Senghor comme étant  un codificateur du fascisme.

Macky Sall : «La Charte des Assises nationales n’est ni la Bible ni le Coran».  L’apostat, teigneux,  le lâche,  ignore totalement la notion d’état régalien. Chassez le naturel il revient toujours au galop. Circulez, il n’y a rien à voir !  C’est ça l’amplitude  scandaleuse d’un déloyal, non repenti,  qui le prouve,  fait feu de tout bois, et qui crache volontairement sur ses promesses électorales,  pour lesquelles il a été élu exceptionnellement et dans des conditions inédites.

Comment signer  à  la fois la charte  et           avoir des réserves sur la question vitale, qui engage  notre avenir ?  De deux choses, soit, on signe, soit on ne signe pas.

L’esquille de l’argent russe, ou le complot  – ou  l’affaire scabreuse Jackpot père- Lamine Diack et fils- Massata Diack,  qui éclabousse, accable le référent de la Françafrique,  Macky Sall,  l’éternel Casseur du Siècle au Sénégal,  ou l’affairiste, Pétain-antikamit, le chapardeur, a  bien reçu la bagatelle de plus d’un million 500.000 Euros, lors des  comédies électorales  de 2012.

Malgré la venue du juge français,  Renaud Van Ruymbeke à Dakar,  le coupable-  l’ennemi, désigné  public  Numéro 1 au Sénégal, le plus mouillé de la traque des biens mal acquis,  a bien quelque chose à se reprocher,  kidnappe contre vents et marées  le  fiston,  encellulé à rebeuss, ne veut pas livrer «  le Colis  encombrant » à Paris.  La Chappe de plomb reste sous la gorge du juge Français.  Et pour cause.  En Afrique  des  imposteurs- faquins  larbins alliés,  ont le vent en poupe, sont plus que bénis. Et les sentinelles panafricaines trépassent et trinquent, sont sciemment  laissées sur le quai. Alors,  l’auteur présumé de «  Conviction républicaine » de l’immoralité  absconse,  constitue  à nos yeux un amas de mensonges purulents. Un euphémisme qui ne se discute plus dans notre pays, le Sénégal, qui perd ses valeurs et sa tradition et sa civilisation d’antan.

In the Spotlight

Six indices économiques annonçant la récession

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

Par Robert Bibeau. Le PIB par habitant aux États-Unis La tendance générale de l’économie capitaliste est à la baisse du taux moyen de profit, qui s’exprime notamment par une tendance à la baisse du taux de [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*