Côte d’ivoire : c’est l’heure du partage du magot entre Blair, Sarkozi et Carter III

La crise poste électorale en Côte d’Ivoire qui a vu la victoire aux combats de l’armée d’Alassane Ouattara commence à révéler quelques effets des alliances secrets entre ce dernier et ses principaux alliés. Le français Sarkozy, l’anglais Tony Blair et l’américain Philip Carter III seraient déjà en train de réclamer et de recevoir leur part du pactole.

Le très cher ami du président ivoirien, Nicolas Sarkozy, ancien président de la république française, pour avoir aidé Alassane Ouattara à accéder au pouvoir en évinçant par la force, Laurent Gbagbo qui revendiquait aussi la victoire à l’élection présidentielle de 2010, aurait commencé à avoir sa récompense selon ‘’la lettre du continent’’.

L’ancien chef d’Etat a décroché d’importants contrats en Côte d’Ivoire en tant qu’Administrateur du groupe Accor et interviendrait en tant que facilitateur auprès du Qatar pour des investissements en Côte d’Ivoire.

 Pour sa part, l’ancien premier ministre britannique Tony Blair est lui aussi venu en  Côte d’Ivoire le 13 novembre pour récupérer des contrats du Programme national de développement (PND) en faveur de sa structure Tony Blair Institue for global change.

L’autre personnalité qui doit recevoir sa part du gâteau est l’ancien ambassadeur des États-Unis en Côte d’Ivoire, Philip Carter III, qui viserait des contrats dans le domaine de la sécurité.

Une situation qui dénote des conditions dans lesquelles le président Alassane Ouattara a obtenu l’appui et l’aide de ces personnalités occidentales dans son combat militaire contre Laurent Gbagbo.

 

 beninwebtv.com

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*