Côte D'Ivoire Déjà dans la tourmente, Guillaume Soro est rattrapé par l’affaire Michel Gbagbo

soro reflechitLe premier responsable de l’hémicycle ivoirien devra répondre à une convocation de la justice française le 24 novembre prochain, dans l’affaire Michel Gbagbo.

Une nouvelle convocation qui visiblement tombe mal, quand on sait que l’homme est soupçonné dans le coup d’État de septembre dernier au Burkina voisin.

Après le rendez-vous manqué du mois d’octobre passé, le président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Guillaume Soro est de nouveau convoqué par la juridiction française. Cette convocation fait suite à une plainte déposée par le fils de l’ancien président Laurent Gbagbo.

La plainte de Michel Gbagbo contre Guillaume Soro et les “Com’zone” (ex-chefs rebelles), a été déposée par son avocate le 25 juin 2012, alors qu’il était encore incarcéré à Bouna, dans le nord du pays. cette plainte porte sur des faits d’”enlèvement, séquestration, traitements inhumains et dégradants”, sur sa personne.

Cette nouvelle convocation a été confirmée par Me Habiba Toure, l’avocate française de Michel Gbagbo. “Je confirme que la justice française a adressé une nouvelle convocation à Guillaume Soro, pour le 24 novembre”. 

Le président du Parlement ivoirien n’avait pas pu honorer la convocation du mois d’octobre dernier, pour des raisons de compagne électorale.

Cependant, la nouvelle convocation survient alors que Guillaume Soro est nommément cité dans une présumée affaire d’échange téléphonique avec l’ancien diplomate Djibril Bassolé en relation au putsch manqué du 17 septembre au Burkina Faso.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*