Côte d’Ivoire: l’acquittement de Simone Gbagbo cassé par la Cour suprême

Rebondissement dans le procès de Simone Gbagbo pour crime contre l’humanité. L’épouse de l’ex-chef d’Etat ivoirien qui avait été acquittée en 2017 va devoir retourner devant une cour d’assises. La Cour suprême d’Abidjan a cassé ce jugement ce vendredi 27 juillet.

Déjà condamnée en 2015 à 20 ans de réclusion pour atteinte à la sûreté de l’Etat, Simone Gbagbo avait été acquittée lors de son second procès en assises pour cette fois « crime contre l’humanité ».

A l’image de son époux à la CPI, on la soupçonnait d’être à l’origine d’un certain nombre d’épisodes sanglants de la crise postélectorale, comme le bombardement du marché d’Abobo ou le mitraillage des manifestants pro-Ouattara devant la RTI.

Mais au terme d’un interminable procès, les jurés ont, semble-t-il, été peu convaincus de l’implication de l’ex-dame de fer de Côte d’Ivoire au regard de la faiblesse des témoignages et des preuves apportées par l’accusation.

L’acquittement prononcé le 28 mars 2017, la partie civile a aussitôt déclaré qu’elle allait se pourvoir en cassation. La Cour suprême lui donnant raison – sans que l’on ne connaisse pour le moment les motifs de cette décision – un nouveau procès de Simone Gbagbo pourrait avoir lieu dans les prochains mois.

L’acquittement est prononcé au grand dam de la partie civile qui introduit donc ce recours auprès de la Cour suprême qui l’a exaucé. Maître Soungalo Coulibaly, avocat de la partie civile.
Par RFI
Par Frédéric Garat

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*