Côte d’Ivoire : Le Dictateur et S/Préfet de Nicolas Sarkozy et de la France.

lider-house_abidjanCôte d’Ivoire : Le Dictateur et S/Préfet de Nicolas Sarkozy et de la France. L’imposteur Dramane Ouattara ordonne les interpellations d’opposants:Sangaré, Koulibaly et Boni Claverie embarqués nuitamment.

La nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre. Les leaders du front du refus que sont Sangaré Abou Drahamane, Danièle Boni Claverie et Mamadou Koulibaly ont reçu la visite de corps habillés qui les ont arrêtés et conduits à la préfecture de police.

Dès l’annonce par les réseaux sociaux de ces arrestations en série, la préfecture s’est aussitôt remplie de militants. L’on ne sait rien encore des motifs de cette arrestation. Mais selon toute vraisemblance, ces arrestations ont un lien avec le référendum du dimanche, boycotté par le front du refus. Le régime Ouattara avait indiqué que ce boycott, actif en certains endroits du pays, ne resterait pas impuni. Dont acte !

Pour marquer leur refus total de la nouvelle constitution, ces leaders au nombre desquels, il faut ajouter Koné Boubakardu Fpi, ont programmé un meeting ce samedi à la place Ficgayo. En leur absence, déjà des appels à la mobilisation sont lancés pour que le meeting se tienne malgré tout.

SD à Abidjan

Des leaders de l’opposition interpellés à leurs domiciles par la police, puis relâchés (proches)
Par Ange Tiémoko

Des leaders du Front du refus, une coalition de l’opposition ivoirienne formée contre la nouvelle Constitution révisée à la demande du chef de l’Etat, Alassane Ouattara et adoptée par référendum dimanche à 93%, ont été interpellés puis relâchés dans la nuit de vendredi à samedi, a appris ALERTE INFO.

L’ancien président de l’Assemblée nationale et patron de Liberté et démocratie pour la paix (LIDER), Mamadou Koulibaly et Aboudramane Sangaré, leader d’une fraction du Front populaire ivoirien (FPI) de l’ex-chef de l’Etat, Laurent Gbagbo ont été interpellés vers 22HOO GMT et locale, à leurs domiciles par des éléments du Centre de coordination des décisions opérationnelles (CCDO, Force spéciale de la police nationale), selon leurs proches.

« Ils ont ensuite été conduits à la préfecture de police au Plateau (centre des affaires), interrogés, puis relaxés vers 02H00 », a confirmé une source sécuritaire, sans évoquer les raisons de cette double arrestation.

La porte-parole du Front du refus, Danièle Boni, joint au téléphone par ALERTE INFO, a affirmé samedi n’avoir pas été arrêtée, mais se dit « activement recherchée ».

Jeudi, lors d’une conférence de presse, elle a annoncé « un meeting à la place Ficgayo de Yopougon (ouest Abidjan), pour remercier les militants d’avoir boycottés le référendum constitutionnel » qui a enregistré une participation » de 42%, « en dessous de la moyenne », a t-elle fait remarquer.

Le même jour, « le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon a exhorté toutes les parties ivoiriennes à « régler tous différends par des moyens constitutionnels » et à s’engager dans « un dialogue politique centré sur la tenue d’élections législatives (…) équitables dans les semaines à venir ».

Le projet de Constitution soumis à référendum dimanche a été approuvé à 93,42% contre 6,58% pour le « non » avec un taux de participation de 42,42%, selon la Commission électorale indépendante (CEI) qui a regretté « quelques incidents dans des bureaux de vote à Abidjan et dans certaines villes de l’intérieur ». Des résultats confirmés vendredi par le Conseil constitutionnel.

Le Front du refus et la coalition du NON, deux branches de l’opposition qui avaient appelé au boycott du scrutin, ont accusé la CEI d’avoir « travesti » les résultats et demandé à leurs « militants de rester mobiliser pour les prochains mots d’ordre ».

Ange TIEMOKO avec Rosine KOHET

Alerte info/Connectionivoirienne.net

ConnectionIvoirienne – Titre : AM

 Afrique Monde

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*