Côte d’Ivoire: «Le FCFA est une monnaie africaine gérée par des africains», selon le gouverneur de la BCEAO

capturefcfa-300x184Le gouverneur de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) dans une interview accordée au media «Jeune Afrique », a indiqué que contrairement à l’information qui se rapporte que le Trésor français garderait une forme de contrôle sur la monnaie, qu’il n’en était de rien.

Selon Tiémoko Meyliet Koné, le FCFA est une monnaie gérée par des africains et d’inviter à ne pas confondre la gestion de la monnaie et celle des accords de coopération entre l’UEMOA et la France.

« Le franc CFA est une monnaie africaine, gérée par des Africains. Il faut arrêter de voir les relations entre la France et les pays de l’UEMOA comme celles d’un colonisateur avec ses colonisés. Les Africains ne devraient plus nourrir ce genre de complexe. De même, il ne faut pas confondre la gestion de la monnaie et celle des accords de coopération entre notre zone et l’Hexagone »,a-t-il indiqué et d’expliquer.

« La France assure la convertibilité illimitée du franc CFA. En contrepartie, une partie [50 %] des réserves de change des banques centrales de la zone franc est déposée sur un compte auprès du Trésor français. Il est évident que la France cherchera à s’assurer que les mécanismes mis en place dans ce cadre sont respectés.

Dans le même temps, les Africains doivent gérer leur monnaie de manière qu’elle permette à leurs économies de prospérer. Nous sommes, et cela est clair pour tout le monde, dans une relation de partenariat, où chacun veille à défendre ses intérêts tout en honorant ses engagements. Nous ne demandons ni l’avis ni l’onction de la France quand nous décidons de mener des réformes.

Et, lorsque nous estimons qu’il faut revoir les termes de la coopération, nous en discutons avec nos partenaires. Par exemple, aujourd’hui, alors que le yuan fait son entrée dans le panier de devises constituant le DTS [droit de tirage spécial, actif de réserve international du FMI pour compléter les réserves de change de ses pays membres], nous sommes en discussion avec la partie française pour en estimer les répercussions sur la gestion du compte d’opérations. Les accords qui nous lient à la France sont très évolutifs contrairement à ce que prétendent certains détracteurs. »

Voilà une déclaration qui va relancer une fois de plus le débat sur l’épineuse question de la monnaie du FCFA dénoncée par des économistes africains.

Koaci

http://www.cameroonvoice.com/news/article-news-27644.html

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*