Côte d’Ivoire : Ouattara « ne peut plus être à la tête du pays » (opposant)

ouattaraAnaky Kobenan, un ancien membre de la plateforme des houphouétistes, la coalition au pouvoir en Côte d’Ivoire, a estimé jeudi que le chef de l’Etat ivoirien Alassane Ouattara «ne peut plus être à la tête du pays », l’accusant d’avoir « fraudé » sur les résultats de la consultation électorale du référendum de dimanche, lors d’une conférence de presse.

« Il n’a pas seulement menti, mais il a fraudé. Un chef comme ça, on ne peut plus accepter son autorité. Celui-là ne pe ut plus être à la tête de la Côte d’Ivoire et c’est à ça qu’on aboutira », a martelé M. Anaky, lors d’une conférence de presse de l’opposition, qui faisait le bilan de son boycott au scrutin référendaire.

Mardi, la Commission électorale indépendante (Cei), par la voie de son président Youssouf Bakayoko, a proclamé les résultats officiels de la consultation électorale référendaire, qui consacre la troisième République avec une victoire du « oui » à 93,42% et un taux de participation de 42,42%.

Selon lui, « c’est un désaveux » car « au moins 50% des personnes ne se sont pas déplacés ». M. Ouattara devrait surseoir au projet de Constitution.

Dans une déclaration, la porte-parole du « Front du refus et de la Coalition du non », Danièle Boni Claverie, a dénoncé un « flagrant délit de fraudes massives et grossières », avant d’ajouter que la nouvelle Constitution est ainsi «frappée de nullité ».

« Très sûr de lui-même et de sa légitimité populaire, il entendait se faire plébisciter comme un monarque à la tête de la République de Côte d’Ivoire et il a mis dans cette entreprise tous les moyens de l’Etat pour atteindre son objectif », a-t-elle affirmé.

« En dépit de toutes les falsifications enregistrées, M. Alassane Ouattara n’a obtenu de son propre aveu que 42,42% de taux de participation. C’est-à-dire, très en dessous du taux de la Constitution consensuelle d’août 2000», a-t-elle poursuivi.

Elle a rappelé que la Constitution d’août 2000 a été votée à 86,58% (sur deux jours) avec un taux de participation de 56%.

Pour l’opposition, le chef de l’Etat ivoirien a décidé de façon « solitaire ce projet de nouvelle Constitution », souhaitant que le texte soit retiré car « les Ivoiriens ont rejeté la Constitution et 58% des populations ne sont pas d’accord ».

© OEIL D’AFRIQUE

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*