Côte d'Ivoire/manifestations : Les conséquences de la corruption et du racket au sommet de l'État

cote d'ivoire manifMon point de vue sur la crise de la CIE. Il n y a pas de crise en réalité.  Absolument  pas. Demandez au tour de vous. Nous avons tous vu nos factures diminuées  plus bas qu’avant l’augmentation. Et C’est normal de recevoir  deux factures car nous avons sauté  un mois ou nous n’avons pas reçu de facture. Alors il serait donc pas sage de la part des gouvernants de ne pas  chercher à  résoudre  seulement ce problème de CIE car le problème est ailleurs et il est profond.

Le PRADO a raté son entrée dans le 2ieme mandat avec son remaniement que le peuple a reçu comme une claque. Le peuple s’attendait à un profond bouleversement, avec l’entrée de personnes loin des calculs politiques et des affaires.

Disons-le tout net cette crise est en réalité l’extériorisation de la frustration que subit le citoyen ivoirien devant la corruption dans tous les compartiments de l’Etat alors que la vie devient chère et difficile. En plus de cela, il faut compter  la montée de  la dette intérieure, la  montée des taxes  douanières, et  les impôts, avec leurs corollaires  de nouvelles décisions  aussi bien quotidienne qu’impopulaire et inutile.  C’est bien de vouloir, mais il faut le faire en combattant la corruption qui nait autour. On ne peut résoudre le problème du chômage sans payez  les PME qui s’endettent à cause du  retard de paiement ayant pour conséquence une augmentation des intérêts des banques,  qui par ricochet absorbent tous les profits.

La douane par exemple,  avec des  décisions  arbitraires  imposent des pénalités injustifiées.  Les taxes douanières ne tiennent pas compte des valeurs d’achat.  Les premiers braqueurs de la nation c’est la douane et cela a des conséquences sur la cherté de la vie ! La douane asphyxie les opérateurs économique qui, sans défense, sont obligés de se plier  à leur rackette.

Les structures portuaires et maritimes décident des taxes qu’ils imposent aux importateurs comme ils le sentent. Il suffit que quelqu’un décide de se faire un fonds de commerce, il impose une nouvelle taxe et cela avec la bénédiction tacite de fonctionnaires du ministère des transports.

S’il est bon de noter une amélioration au niveau des  impôts, même  les procédures sont anormales avec là encore  des pénalités exorbitantes pour les retards de paiement ne tenant pas compte de l’incapacité de l’Etat  à honorer ses engagement vis-à-vis des PME.  Leurs  seuls objectifs  c’est d’atteindre leurs chiffres imposés par le gouvernement  et de les brandir  à la TV…(La douane a fait tel ou tel chiffre, les impôts ont dépassé  leurs objectifs etc. etc. pendant ce temps ceux  qui sont pillés  pour atteindre ces objectifs mettent leur clés sous le paillasson.)

A cela, il faut ajouter de façon ramassée,  le fait que des chauffards tuent impunément, les  microbes  s’en prennent  aux pauvres citoyens sans défense, Webfontaine impose son diktat, Ci-Logistique a pris toute une nation en otage ….

La corruption qu’on croyait aurait diminuée sous le PRADO est plutôt encouragée par des agents de ces différentes structures.  Face à tout cela, le peuple se sent abandonné et orphelin

J’entends que les adversaires du pouvoir tapis dans l’ombre manipulent les mouvements de la CIE. Voici des gens qui refusent de traiter les causes mais veulent juste gérer les effets.

Monsieur le président, REDEVENEZ LE ADO  DE 90  pour mettre au pas tous ces voleurs et corrompus et redonnez la confiance au peuple avec des mesures populaires et vous allez refaire UN avec ce peuple sur qui vous pouvez compter

Monsieur le president les ivoiriens vous aiment et vous demandent de revenir le ADO de 1990.

http://apr-news.fr

In the Spotlight

De nombreux millionnaires parmi les membres du gouvernement

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique a publié vendredi les déclarations de patrimoine des membres du gouvernement. C’est un exercice auquel les hommes politiques sont aujourd’hui habitués, mais toujours à risque pour [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*