CSDH – Détournements de fonds publics : Alioune Tine invite le gouvernement à protéger les droits des accusés

Alioune Tine, président  du Comité sénégalais des droits de l’homme (Csdh) présentement en Angola pour les besoins de la 55ème session ordinaire de la Commission africaine des droits de l’Homme et des peuples (Cadp) est revenu sur les grandes lignes du combat du Csdh.

Devant les commissaires, les délégués des Etats et les représentants des institutions nationales des droits de l’Homme et des organisations de la société civile, Alioune Tine a listé les préoccupations du Comité sénégalais des droits de l’Homme (Csdh). Pour lui, «tout n’est pas rose».

Et il encourage le gouvernement sénégalais à «promouvoir davantage la présomption d’innocence en agissant sur les détentions préventives prolongées, à procéder, sans délai, à la construction d’une nouvelle prison à Dakar, à respecter ses obligations internationales autant que faire se peut sur les libertés fondamentales auxquelles le peuple sénégalais reste profondément attaché.» 

Le Csdh salue les efforts de l’Etat sénégalais dans le cadre de la lutte contre l’impunité des crimes économiques et des actes de torture. Concernant la lutte contre l’impunité des crimes économiques, des crimes relatifs à la prédation des ressources nationales et à la corruption, le Comité sénégalais des droits de l’Homme «invite le gouvernement à protéger les droits humains de personnes accusées de détournements de fonds publics à chaque étape de la procédure judiciaire» et «l’encourage également à respecter les instruments juridiques régionaux et internationaux relatifs à un procès équitable.» 

Par ailleurs, Alioune Tine salue les efforts consentis avec la décision du gouvernement de libérer plus de 1000 détenus dans le cadre de l’application des libertés conditionnelles.

L’ancien secrétaire général de la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’homme (Raddho), nommé à la tête de l’institution nationale de promotion et de protection des droits de l’homme depuis le 31 janvier 2013, salue «les efforts du gouvernement sénégalais qui a manifesté sa ferme volonté politique, au plus haut niveau, de renforcer les capacités de l’institution.»

Il rappelle que le Csdh a vécu une «situation d’ostracisme d’Etat et de marginalisation de 2000 à 2012, ce qui a entraîné sa rétrogradation d’une institution de statut A à statut B, avec comme conséquence d’avoir été pratiquement rayé de la mémoire des institutions sénégalaises.» 

Le renouveau du Csdh se mesure à l’aune des mesures concrètes prises, notamment avec «l’augmentation sensible du budget qui reste cependant nettement insuffisant, la dotation d’un nouveau siège fonctionnel et d’un véhicule de service.»

Le Comité sénégalais des droits de l’Homme déroule en ce moment un important programme de promotion et de protection des droits de l’Homme dans lequel on lit : l’organisation en mars 2013 d’un séminaire sous régional sur la sécurité humaine en Afrique de l’Ouest, la tenue d’une table ronde sur les droits des migrants, avec la participation d’organisations de la société civile, d’experts des Nations-Unies et d’organisations des migrants, l‘organisation d’une table ronde sur l’Islam face aux défis de la démocratie et des droits humains, avec la participation de toutes les confréries sénégalaises, de membres du clergé, d’universitaires, de hauts gradés de l’Armée et de membres de la société civile ainsi que la visite de toutes les prisons de la région de Dakar, avec la collaboration de l’Observateur national des lieux de privation de liberté (Onlp). 

  • Écrit par  Nafissatou DIEYE

Stagiaire

In the Spotlight

Macron en Russie pour le match retour face à Poutine

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

Un an après leur première rencontre au château de Versailles, Emmanuel Macron et Vladimir Poutine se retrouvent jeudi près de Saint-Pétersbourg pour un match retour au cours duquel le président russe pourrait capitaliser sur les [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*