DAKAR : 145 CAS DE NOYADES EN SIX MOIS LES MAITRES-NAGEURS INDEXENT LA MAIRIE

Noyadeplage-noyades VacanceLes maîtres-nageurs reprochent à la mairie de Dakar de ne plus se soucier du sort de ces personnes qui viennent à la plage pour se détendre.  Ce sont les maitres-nageurs des 5 plages visitées hier, lundi 4 août, qui se prononcent ainsi sur le cas de 145 noyades enregistrés ces 6 derniers mois. Ce chiffre est donné par Dame Gaye, directeur de la Protection Civile. C’était lors de la cérémonie de lancement de la campagne de sensibilisation sur les risques de noyades, édition 2014 qui a eu lieu le samedi 02 août.

Suite à la révélation faite par  Dame Gaye, directeur de la Protection Civile le Samedi 02 août dernier au cours de la Cérémonie de lancement de la campagne de sensibilisation sur les risques de noyades, édition 2014, avec 145 noyades enregistrés ces 6 derniers mois, les maîtres-nageurs de la plage Plongeoir de Fann Hock, de Hanse, de Ngor, du Virage et de la Bceao, ont indexé la mairie de ne pas mettre suffisant de moyens pour éviter ce désastre.Selon le jeune Abakar Prospère diplômé en sauvetage et entraineur de nage, « on déplore ici le manque de personnel et de matériels et c’est à la mairie de s’occuper de tout ça, mais elle ne le fait pas, prétextant un problème de budget ». Et d’ajouter : «Ici rien ne va. Nous sauvons des gens victimes de noyade sans la moindre aide, alors qu’on devrait être embauché et équipé par la Marie », a ajouté le jeune diplômé.

 
C’est la même réaction du côté de la Plage de Hanse Bernard, du Virage et de la Bceao. «Vous savez ici on accueille  plus de 100 personnes durant les week-ends, alors qu’on est au nombre de trois sauveteurs et un seul Maitre-nageur.  Ce n’est pas possible que ces trois personnes assurent la sécurité de tant de visiteurs de plage». Il ajoute : «depuis le départ de l’ancien Maire, Pape Diop, rien ne va plus. La mairie refuse de prendre ses responsabilités, il n’embauche pas assez de personnel,  alors qu’on est nombreux à avoir nos diplômes de nageur ».
 
Même son de cloche à la plage du Virage interdite à la baignade. «Cette plage est interdite, malheureusement les gens la fréquentent, malgré les risques. Nous sommes alors obligés de les secourir parce que ce sont des Sénégalais comme nous tous et la mairie doit de nous fournir les moyens qu’il faut pour assurer la vie de ces pauvres gens », dira le maitre-nageur, Babacar Samba. Le maitre-nageur de la plage Bceao Ibrahima Fall abonde dans le même sens : «Les gens ne respectent pas les zones de baignade interdites et à cela s’ajoute le manque de matériels et de personnels. Une situation qui explique les cas de noyades ».
 
Par ailleurs, le porte-parole de l’association des maitres-nageurs de Dakar, Ibrahima Fall, a demandé aux autorités de s’activer davantage pour sensibiliser les personnes qui viennent à la plage afin de diminuer les dégâts. Tandis que certains  attribuent la cause des noyades au manque de personnels, de matériels, et de non respect de la zone de baignade, d’autres déplorent l’insécurité. A la plage de Ngor, c’est l’insécurité. «Nous avons besoin de matériels de premier soin, mais aussi assez plus de personnel pour pouvoir secourir le maximum des personnes en danger. Il y a des cas d’agression ici et la mairie ne réagit pas », a signalé le maitre-nageur Assane Samb entouré de ses collègues maitres-nageurs.
 
Nos tentatives de joindre les autorités de la ville de Dakar, notamment la directrice du développement urbain, Mme Khady Fall, sont restées vaines.

Djibril KAYENTAO

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*