DE 46% D’ACTIONS DANS LE CAPITAL DE LA SAR L’Etat refile les 36%

Société africaine de raffinage (Sar)L’Etat du Sénégal va rétrocéder les  parts d’actions au niveau de la Société africaine de raffinage (Sar) qu’il avait rachetés auprès des sociétés privées pour relancer ladite Sar. C’est l’annonce faite avant-hier mercredi, à Dakar, par le ministre de l’Energie, Maïmouna Ndoye Seck, en marge de la rencontre de partage sur la situation et les perspectives du secteur de l’énergie avec les partenaires techniques et financiers, représentants du gouvernement, organisations patronales, associations de consommateurs et représentants des sociétés sous-tutelle du département. 

Dans le souci de relancer la Société africaine de raffinage (Sar) qui éprouvait d’énormes difficultés avec des risques de perturbation dans l’approvisionnement du pays en produits pétroliers, l’Etat du Sénégal s’était engagé à trouver une solution conjoncturelle à ce problème, en rachetant les actions de certaines sociétés privées. 
 
Aujourd’hui, il «est dans l’optique de les revendre puisqu’en les rachetant il n’avait pas ambition de les garder éternellement», a annoncé le ministre de l’Energie Maîmouna Ndoye Seck mercredi dernier, à Dakar, en marge de la rencontre de partage sur la situation et les perspectives du secteur de l’énergie avec les partenaires techniques et financiers, représentants du gouvernement, organisations patronales, associations de consommateurs et représentants des sociétés sous-tutelle du département.  De l’avis du ministre, l’ «Etat n’a pas vocation de gérer une raffinerie.  
 
A un moment, il a fallu que l’Etat du Sénégal agisse en rachetant les parts d’actions aux mains des sociétés privées afin de prémunir l’entreprise de tout péril», a-t-elle expliqué. «Ces actions vont être rétrocédées à ceux qui sont intéressés à rentrer dans le capital de la Sar». “Nous sommes entrain de mettre en œuvre le rachat de ces actions. Nous avons reçu plusieurs manifestations d’intérêt. Nous sommes en négociation avec les intéressés. Et sur ce, la consultance n’est pas à exclure pour choisir les sociétés qui auront proposé les meilleures offres», a précisé Mme Seck, chef du département de l’Energie. Toutefois, elle a indiqué qu’ « aucune décision n’est à présent prise allant dans le sens de décliner les attributaires, les modalités, la date d’échéance». 
 
Pour rappel, l’actionnariat de la Sar est composé de Saudi Binladin Group (34%) ; Total (20%) et Petrosen (46%) représentant l’Etat.  L’Etat du Sénégal  a toujours souhaité garder seulement 10%  d’actions dans le capital de Sar et le reste aux privés, c’est dans cette optique que s‘inscrit cette mesure  de rétribution.

Jean Pierre MALOU

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*