De Bambaly à Anfield : Ému, Sadio Mané se confesse devant Diomansy Kamara

Invité de Canal + et de son aîné Diomansy Kamara, Sadio Mané est revenu sur ses débuts en tant que footballeur. Son rêve d’enfant devenu aujourd’hui réalité, Sadio Mané a dû conjuguer avec les aléas de la vie pour en arriver là.

« Des sacrifices il faut en faire », comme pour montrer la lourdeur et la difficulté de la tache pour un africain, issu d’un petit village, de donner corps à ses aspirations. Sadio Mané en a vu de toutes les couleurs avant de devenir roi chez les Rouges de Liverpool.

Interrogé par Diomansy Kamara sur son ascension, le jeune joueur formé à Génération Foot s’est rappelé, ému, de ses débuts. « Mes parents ne voulaient pas entendre parler de football mais moi c’était ce que je voulais faire et ce n’était pas évident », révèle-t-il.

Enfant de Bambaly (Sédhiou dans le sud du pays) Sadio Mané, comme beaucoup d’autres enfants du pays, a commencé à taper sur le cuir dans les terrains sablonneux de son petit village. Passionné et surtout talentueux, il a été rapidement enrôlé par l’académie Génération Foot où il passera l’essentiel de sa formation avant de s’envoler pour Metz et la France.

« Depuis que je suis né, le football a toujours été ce que je voulais faire. C’était la seule chose que je connaissais et j me suis dit qu’il fallait tout faire pour réussir. Il faut faire des sacrifices, il faut mettre le prix que ça coûte et c’est le travail. Il faut travailler plus que les autres. Me voyant travailler dur pour mon rêve, mes parents m’ont alors soutenu », confesse le génie de Liverpool présentement écarté des terrains pour une blessure au niveau des adducteurs.

Depuis, Sadio Mané a fait la France (Metz), l’Autriche (Red Bull Salzburg) et l’Angleterre (Southampton et actuellement Liverpool) pour plus de 100 buts inscrits à seulement 25 ans. La marque des grands !

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*