Démission du ministre israélien Avigdor Lieberman

avigorLe chef de la diplomatie israélienne, par ailleurs vice-Premier ministre d’Israël, a officiellement annoncé qu’il quittait ses fonctions au sein du gouvernement, ce vendredi 14 décembre 2012. Le fondateur du parti nationaliste Israel Beytenou (Israël notre maison) est inculpé par la justice pour abus de confiance et fraude. A cinq semaines seulement des élections législatives, cette annonce risque de bouleverser la campagne.

Avec notre correspondant à Jérusalem, Nicolas Falez

Jeudi, la justice israélienne a abandonné les poursuites contre Avigdor Lieberman dans une affaire de corruption présumée, mais l’a inculpé pour une nomination plus que douteuse. Le ministre des Affaires étrangères est soupçonné d’avoir activement promu un ancien ambassadeur israélien en Biélorussie. Le diplomate aurait fourni à Avigdor Lieberman des informations sur une enquête le concernant dans ce pays.

Vingt-quatre heures après son inculpation, le chef de la diplomatie israélienne démissionne, en clamant son innocence et en appelant la justice à se prononcer rapidement sur son cas. C’est le Premier ministre Benyamin Netanyahu qui assurera par intérim les fonctions de ministre des Affaires étrangères jusqu’aux élections du 22 janvier prochain.

Les listes électorales étant déjà officiellement enregistrées, Avigdor Lieberman reste candidat, et il sera réélu député puisqu’il occupe la deuxième place sur la liste commune que son parti, Israel Beytenou, forme avec le Likoud du Premier ministre Benyamin Netanyahu, une liste très marquée à droite qui est donnée en tête de tous les sondages.

 

Un trublion politique

Avigdor Lieberman, né il y a 54 ans en Moldavie, dans l’ex-Union Soviétique, émigre en Israël en 1978. Il émerge sur la scène politique dans les années 90, au sein du Likoud.

A cette époque, l’Etat hébreu vient de connaître un vaste bouleversement démographique, avec l’arrivée de plus d’un million de nouveaux immigrants originaires de l’ex-empire soviétique. C’est à eux qu’Avigdor Lieberman s’adresse lorsqu’il fonde son propre parti de droite Israel Beitenou, «Israel notre maison», ultranationaliste, populiste et laïc qui présente ses premiers candidats aux élections de 1999.

Depuis, cet homme rond et barbu au regard clair s’est installé dans le paysage politique en Israël, occupant des postes ministériels dans diverses coalitions et multipliant les déclarations fracassantes avec comme cible préférée la minorité arabe d’Israël dont Avigdor Lieberman met régulièrement la loyauté en doute.

En 2009, Israel Beitenou obtient 15 sièges de députés à la Knesset, devenant le partenaire privilégié du Likoud dans la coalition de Benyamin Netanyahou. Nommé aux Affaires Etrangères, Avigdor Lieberman n’a jamais renoncé à ses provocations, appelant au départ du président palestinien Mahmoud Abbas ou comparant il y a quelques jours encore l’Union européenne à l’Europe des années 1930 et 40.

 

rfi.fr

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*