Démission : Sonko applaudit, mais avertit le Juge Dème

Ousmane Sonko n’est pas longtemps resté aphone sur la démission fracassante du juge Ibrahima Hamidou Déme du Conseil supérieur de la magistrature (Csm). L’ancien inspecteur des Impôts et domaines loue l’acte posé par le magistrat, non sans s’insurger contre l’Omerta que, dit-il, le régime voudrait imposer.

«Le régime “sombre et vicieux” a pensé pouvoir imposer l’omerta dans l’administration par une politique de la terreur, fallacieusement habillée des théories obsolètes des obligations de réserve, de discrétion, de loyauté, du secret professionnel etc. Toutes notions qu’on n’invoque que pour dissimuler la mal gouvernance et les magouilles de toutes sortes au détriment du peuple», déclare-t-il dans une tribune, publiée ce jeudi.

Les défenestrés du régime

En effet, l’ancien agent de la Dgid rappelle qu’en 2015 Mamadou Makhtar Loum a été relevé de ses fonctions d’inspecteur régional du travail «pour avoir refusé d’exécuter un ordre manifestement illégal du ministre Mansour Sy en faveur de Ablaye Sylla, administrateur de AHS et ami de Maréme Faye Sall». Puis, enchaine-t-il, en 2016 Lamine Diop, régisseur de la prison de Rebeuss a subi le même sort pour avoir levé un coin du voile entourant le “protocole de Reubeuss”».

Dans le même veine, «Nafi Ngom Keita suivra, pour avoir défendu avec vigueur les conclusions du rapport de l’Ofnac épinglant, entre autres, les magouilles du Dg du Coud et pour s’être intéressé d’un peu trop au dossier Petro-Tim qui implique le prince Aliou pétrole Sall». Le Président du Pastef n’oubliera pas, dans son listing, de citer sa propre défenestration pour avoir eu «l’outrecuidance de révéler les turpitudes fiscales de l’Assemblée nationale, les contrevérités dans les affaires Petro -Tim, Arcelor Mittal, Envol immobilier, coût du référendum, remises gracieuses etc.».

«Ses plus farouches bourreaux …»

En effet, en listant ces différents cas précis, le leader des Patriotes tient à démonter qu’«à chaque fois, le régime a pensé qu’il fallait taper dur, casser, briser, pour donner en exemple et, ainsi, museler». Mais, c’est «peine perdue», clame-t-il.

Aux yeux d’Ousmane Sonko, le juge Dème apparait aujourd’hui, comme le «rayon de soleil, la lueur d’espoir dans la grisaille judiciaire» qui rappelle qu’il y «aura toujours des hommes et des femmes pour qui la dignité et la patrie passent devant tout». Cependant, l’ancien inspecteur des impôts avertit que dans les jours à venir, le juge Déme «se retrouvera seul face au rouleau compresseur de l’État, malheureusement entre des mains de peu de vertu». C’est pourquoi, demande-t-il au peuple de le soutenir : «Dans l’entreprise de “mise à mort”, ses plus farouches bourreaux seront de la corporation et, certainement même, des amis de longue date. Je ne connais pas l’homme, mais je le devine croyant. C’est au peuple que je m’adresse alors : n’abandonne pas ton digne et dévoué fils seul entre les griffes de la charogne, car bientôt, tu n’auras plus personne pour dire non aux causes de ta misère».

Youssouf SANE

Auteur: Youssouf SANE – Seneweb.com

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*