DEMISSIONS DES CADRES DE REWMI : Thierno Bocoum s’ajoute à la longue liste

DEMISSIONS DES CADRES DE REWMI : Thierno Bocoum s’ajoute à la longue liste

C’est pratiquement toute la garde rapprochée de Idrissa Seck qui quitte le parti Rewmi. De ce parti créé en 2016, il ne reste pratiquement plus que le député et vice-président du parti, Déthié Fall.

Encore un responsable de Rewmi qui quitte le navire, diront les mauvaises langues. L’ancien député et ancien chargé de la communication et des jeunes du parti Rewmi a démissionné hier. «Suite à une longue réflexion, je vous annonce que j’ai décidé, par convenance personnelle, de mettre fin à mes activités au sein de la formation politique, le Rewmi», écrit Thierno Bocoum qui vient ainsi allonger la longue liste des responsables de haut rang qui ont tourné le dos à Idrissa Seck.

Avec cette démission, c’est pratiquement toute la garde rapprochée du président du conseil départemental de Thiès qui prend le large. De ce parti créé en 2016, il ne reste plus que le député et vice-président du parti, Déthié Fall.

Le premier responsable de haut rang à quitter le parti est Youssou Diagne, président éphémère de l’Assemblée nationale. Il a été suivi par Pape Diouf et Oumar Guèye. Ces deux lieutenants de Idrissa Seck avaient le choix entre retourner dans les rigueurs de l’opposition avec leur mentor ou rester sous les lambris dorés du gouvernement. Mais, ces deux qu’on croyait liés à l’ancien Premier ministre à jamais n’ont pas mis du temps à cogiter. Ils ont préféré rester dans le gouvernement de Macky Sall avec des fortunes diverses puisque Oumar Guèye est resté ministre.

Par contre, Pape Diouf a été par la suite chassé du gouvernement. En contrepartie, il assure désormais la présidence du Conseil d’administration de la Société nationale de recouvrement (Snr) Ces deux hommes ont balisé le chemin à un autre fidèle, Oumar Sarr. Le député a claqué la porte de Rewmi en pleine session à l’Assemblée nationale, lors de la précédente législature. Ce qui avait privé Rewmi de groupe parlementaire.

Mieux en juin 2015, le député Oumar Sarr avec un groupe de Rewmistes décident d’enlever Idrissa Seck de la direction du parti pour disent-ils, refonder le parti sur de nouvelles bases et le remettre sur les rails.

«La manière dont il gère Rewmi n’est pas digne du parti», disait Oumar Sarr, accusant l’ancien Premier ministre de promouvoir une gestion patrimoniale.

Il n’est pas connu du grand public, Ousmane Thiongane qui fut responsable de la communication du parti jusqu’à l’élection présidentielle de 2012 a lui aussi rompu avec Idrissa Seck. C’est le cas également de la notaire Nafissatou Cissé et du premier Administrateur du Fonds national de promotion de la jeunesse (Fnpj) et ex-maire de Dieuppeul-Derklé, Waly Fall.

Tous ces ex Rewmistes qui ont tourné le dos à Idrissa Seck ont rejoint le camp du président de la République. Il reste maintenant à voir si Thierno Bocoum les suivra. «Mon combat politique, j’ai décidé de le poursuivre autrement, avec des compatriotes du Sénégal et de la diaspora. Mon combat sera exclusivement axé sur la défense des intérêts du peuple sénégalais, gravement menacés aujourd’hui par la mauvaise gestion du régime de Macky Sall», dit-il.

Rewmi perd ses responsables alors que l’élection présidentielle se tient dans moins de 16 mois. Ce qui constitue un sérieux handicap pour Idrissa Seck dont 2019 sera sans doute sa dernière compétition. Cependant, comparaison n’est pas raison, ainsi en 1999, Abdoulaye Wade avait perdu pratiquement tous ses lieutenants qui avaient rejoint le camp socialiste. Pourtant, il avait remporté le scrutin présidentiel haut la main.

Charles Gaïky DIENE

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*