Des ados trouvent des prostitués avec 100 Franc sur internet

«J’ai à peine 16 ans… Quand j’ai envie de femme, je vais sur le site N*****.com, juste avec un pass internet de 100 Fcfa».

C’est un témoignage qui en dit long et c’est d’un adolescent sénégalais. Ce qui est effrayant c’est de savoir que lui et bon nombre de jeunes ont recours à cette “facile et discrète” stratégie. La pratique est même devenue banale.

Senflash a visité pas moins de trois sites (avec un “bon” trafic), qui proposent des filles de joie au Sénégal. L’un d’eux est même classé, par Alexa, au rang de 183ème site le plus visité chez nous. Ces plateformes de la tentation proposent des “vendeuses” partout à travers le Sénégal. Elles sont accessibles à toutes perso qui s’aventurent. Il suffit tout simplement de se munir d’un pass internet de 100 Fcfa par exemple, saisir leur adresse web et une panoplie de «filles» défile à l’infini devant son écran. Pire, l’usage d’un simple filtre de recherche permet d’afficher les «vendeuses» qui sont à proximité. Et elles sont répertoriées selon leur région, département ou quartier.

Senflash a essayé de vérifier la fiabilité des annonces contenues sur ces sites. Elles sont mises à jour au quotidien. Sur les publications, les annonceuses placent des photos, accompagnées de commentaires salaces. Des mots et expressions que la décence ne permet pas de recopier… C’est comme dans les milieux interlopes, chaque fille dit être la “meilleure” partenaire. Elles exposent tout ! “Photos réelles”, “identité professionnelle”, “adresse”, “spécialité”, “tarif”, “contact”, etc.

Et leurs numéros de téléphone fonctionnent bel et bien. Soit ça sonne dans le vide ou la “nymphe” répond promptement. Pour les prix, il est possible de marchander les sommes “dérisoires” qui sont proposées. Ce qu’il faut également préciser c’est que ces plateformes contiennent aussi des annonces d’hommes qui proposent des “services” aux femmes.

Ce qui fait peur dans cette histoire, c’est que ces sites d’annonces sont ouverts au grand public. Au-delà de ce fait, ils ont un bon référencement dans les moteurs de recherche. Ce témoignage le prouve : «C’est par hasard que j’ai découvert un de ces sites… J’étais à la recherche d’une imprimerie à Dakar et les résultats de recherche ont affiché un site qui proposent des filles de joie. Quand j’ai cliqué sur le lien, je suis resté bouche béé devant ce que je voyais…”
In the Spotlight

UN RÉSEAU DE TRAFIC DE COCAÏNE DÉMANTELÉ

by James Dillinger in Justice/Tribunal 0

Les éléments de la police des Parcelles assainies ont démantelé un vaste réseau de trafic de cocaïne à la Sicap Liberté VI. Selon Témoin qui donne l’information, ce réseau était tenu par les nommés E. [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*