Des dizaines de morts dans un accident causé par des mines anti chars en Gambie

A Soviet TM-46 anti-personnel mine.
A Soviet TM-46 anti-personnel mine.

C’est une information qui fait froid dans le dos qui nous parvenue de la Gambie. A en croire de nombreuses sources, un accident causé par une ou des mines auraient fait de nombreuses victimes parmi les soldats ouest africains. Pour l’armée sénégalaise, ce n’est que de la propagande.

C’est un accident d’une rare violence qui se serait produit, ce jeudi, en Gambie. A en croire des sources de Kewoulo.info, « c’est un convoi militaire des forces de la CEDEAO qui tentait de rentrer en Casamance, depuis le Fogny, qui est tombé sur une ou des mines anti chars. »

Et l’explosion aurait tué de nombreuses personnes parmi les militaires ouest africains. Sauvés du carnage, deux soldats qui auraient essayé de se sauver auraient été capturés et seraient, actuellement, détenus par des combattants du MFDC.

De nombreux témoins contactés par Kewoulo.info en Gambie ont confirmé l’information en déclarant que « c’est un traquenard tendu par des rebelles casamançais qui auraient été fatal aux soldats. »

Très remontés contre le Sénégal qui est accusé d’avoir monté toute cette opération d’infiltration de la Casamance, à partir de Kanilaï, de nombreux témoins gambiens sont révoltés qu’on veuille enterrer les corps en Gambie.

Si dans le flots de témoignages obtenus par Kewoulo.info, il est impossible, pour notre part, de confirmer le véritable bilan ni la nationalité exacte des victimes, nos témoins ont tous déclaré que l’accident a laissé peu de chance aux soldats ouest-africains.

Du coté de l’armée sénégalaise, le colonel Abdoul Ndiaye, chef de la Dirpa, a déclaré avoir eu écho de cette information. « Mais, après vérification, il s’avère que c’est une tentative de désinformation. C’est de la propagande. Le chef des opérations en Gambie que j’ai interpellé, hier et ce matin, m’a dit qu’aucun accident n’est survenu dans la zone. » A déclaré le chef des relations publiques de l’armée sénégalaise.

Aussi, alors que nos sources gambiennes accusent le Sénégal de vouloir taire la mort de soldats ouest-africains et de vouloir les enterrer, en catimini, en Gambie, le colonel Abdoul Ndiaye « ne (voit) pas pourquoi l’armée sénégalaise cacherait la mort, ne serait-ce que, d’une seule personne. »

Cet « accident » ou « cette tentative de propagande » intervient dans un contexte de rapports conflictuels entre les soldats ouest-africains et les populations du Fogny restées fidèles à l’ancien « dictateur du développement » de la Gambie. A maintes reprises, les soldats fidèles à Yahya Jammeh -qui sont retranchés à Kanilaï- se sont opposés aux visites inopinées des soldats de la CEDEAO dirigés par le Sénégal, à la recherche de caches d’armes.

Aussi, l’incident/propagande se produit au moment où 3 des frères du président Yahya Jammeh ont été interpellés et entendus par la police gambienne, soupçonnés qu’ils sont d’avoir vendu du bétail appartenant à la ferme du Babiili Mansa. S’ils avaient été relâchés à l’issu de leur première interrogatoire, l’un des frères Jammeh est actuellement entendu à Bakao, par la police gambienne.

Et dans le Fogny, il se murmure que son arrestation pourrait mettre le feu aux poudres. De nombreux fidèles de His Excellency Yahya Jammeh, en entente avec le MDFC, étant décidés à faire front commun face à l’armée sénégalaise.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*