Des militants du FPI, en France, contestent Affi Nguessan comme chef du parti de Gbagbo

Pascal-Affi-N’guessan-587x345_cDes militants du Front populaire ivoirien (Fpi), en France, qui contestent Affi Nguessan comme chef du parti de l’ancien président Laurent Gbagbo, se disent opposés à ce que le président officiel de la formation politique tienne des conférences au nom du parti lors de son séjour européen, dans une déclaration.

M. “Affi ne saurait animer une conférence de presse au nom du FPI à Paris” car il « a été exclu du rang de ses militants depuis le congrès de Mama le 30 avril 2015 » et « ce congrès lui a interdit par ailleurs de faire usage des attributs du FPI et du nom du président Laurent Gbagbo », indique la note signée de Hortense Adé Assalé, « représentante du FPI en France ».

Une invitation a été lancée par madame Gouza Rosine Nahounou, indiquant que M. « Pascal Affi N’Guessan et la délégation qui l’accompagne animeront une conférence de presse à Paris le 24 juin 2016 de 9h à 10h », souligne le texte.

Au cours de cette conférence M. Affi devrait aborder les thèmes suivants : « Les actions entreprises par le FPI sur la scène nationale et internationale en faveur de la Côte d’Ivoire et de la réconciliation, les moyens pour aider au rétablissement du dialogue politique et social, la révision de la constitution, les élections législatives, l’insécurité et le terrorisme ».

Madame Gouza Rosine Nahounou, qui co-anime la conférence de presse, est « militante du Rassemblement «Bleu marine» affilié au Front National français dirigé par Madame Marine Le Pen », mentionne la déclaration, qui « dénonce aussi la complicité entre Affi N’guessan et l’extrême droite française ».

Pour le FPI-France, le « président délégué » du parti est Akoun Laurent, qui vient d’effectuer un séjour de deux mois environ en Europe, où il a rencontré l’ex-chef d’Etat Laurent Gbagbo à deux reprises à La Haye, et animé deux conférences publiques à Paris le 4 juin et à Lyon le 11 juin 2016.

« Le FPI tient-il à attirer la vigilance de l’opinion nationale et internationale sur toute forme d’usurpation de ses attributs par monsieur Pascal Affi N’Guessan », poursuit la déclaration.

Deux camps au sein du parti de M. Gbagbo se disputent le contrôle de la présidence du Fpi, l’un conduit par Aboudramane Sangaré, co-fondateur de la formation politique et l’autre par l’ex-Premier Affi Nguessan, officiellement reconnu comme président et chef de file de l’opposition ivoirienne.

Erick de Baru
Abidjan – © OEIL D’AFRIQUE

In the Spotlight

Oussou, aurait-il raté son entrée au Palais ?

by James Dillinger in ACTUALITE 0

Le Ministre Ousmane Ngom aurait raté son examen d’entrée au Palais royal, pour aujourd’hui essayer de recoller les morceaux avec Karim, fils de son ancien père putatif ? Ça peut-être le cas en tout cas. [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*