Des sénateurs US stupéfaits de découvrir que les Etats-Unis ont déployé 1000 soldats au Niger

La mort de quatre soldats a ouvert les yeux sur cette mission. Cela soulève également une question : comment notre présence peut-elle être justifiée par une loi adoptée en 2001 ?

La mort de quatre soldats des forces d’opérations spéciales étatsuniennes au Niger a suscité une conversation houleuse sur la façon dont les présidents devraient réconforter les familles.

Mais, discrètement, cela alimente un débat plus difficile que de savoir si un appel téléphonique ou une lettre suffisent à la suite d’une tragédie ; surtout, pourquoi les troupes étatsuniennes étaient-elles présentes dans le pays au départ, et le Congrès a-t-il besoin d’exercer plus d’autorité lorsqu’il s’agit de tels déploiements ?

Beaucoup de législateurs évitent assidûment ces questions. Mais lors des spectacles du dimanche, plusieurs d’entre eux ont été contraints de s’adresser à eux après la mort de quatre soldats dans des circonstances encore mystérieuses près de la petite ville de Tongo Tongo. Au cours de ce processus, deux sénateurs importants ont tacitement admis qu’ils n’avaient même pas connu l’ampleur de la participation étatsunienne au Niger.

Le sénateur Lindsey Graham (R-S. C.), l’un des membres les plus bellicistes de la Chambre, a déclaré à l’animateur Chuck Todd dans Meet the Press qu’il ne savait pas jusqu’à tout récemment qu’un millier de soldats étatsuniens étaient stationnés au Niger.

Graham fait partie de la puissante commission sénatoriale des services armés, chargée de superviser le Pentagone. Et il l’a admis lorsque Todd lui a demandé si le Congrès devait voter sur une Autorisation d’Utilisation de la Force Militaire (AUFM) pour cette mission.

“Les militaires déterminent qui sont les menaces, ils élaborent la politique d’engagement et si nous n’aimons pas ce que font les militaires, nous pouvons financer l’opération “, a dit Graham. “Mais je ne savais pas qu’il y avait un millier de soldats au Niger”

Graham a ajouté que tant que l’activité militaire étatsunienne consiste à contrer “le fondamentalisme islamiste radical et sa diffusion”, le Congrès n’a pas besoin de donner au Pentagone une permission spéciale puisque, à son avis, les AUFM qui ont été adoptées en 2001 étaient suffisantes. Que l’AUFM, qui a traversé le Congrès après les attentats du 11 septembre 2001, a servi de justification légale à de nombreuses campagnes qui allaient au-delà de la lutte contre les talibans en Afghanistan, surtout en Syrie pour cibler l’Etat islamique (EI) et, maintenant, aussi loin que le Niger.

Le sénateur Chuck Schumer (D-N. Y.), le Démocrate le plus puissant de la Chambre, a admis plus tard dans la même émission qu’il était tout aussi ignorant que Graham quant au nombre de soldats étatsuniens au Niger. Quand Todd lui a demandé s’il connaissait déjà les milliers de soldats là-bas, il a répondu que non.

“Et ce que cela signifie, Chuck [Todd], pour l’autorisation de guerre, c’est que je suis d’accord avec le sénateur [Rand] Paul (R-KY) pour dire que nous devrions examiner cela attentivement”, a poursuivi M. Schumer. “Nous sommes dans un monde nouveau et courageux, il n’ y a pas de plans de bataille.”

Paul, qui occupe l’autre extrémité du spectre de la politique étrangère de Graham, soutient depuis longtemps que le Congrès doit avoir un vote sur la question de savoir s’il faut ou non autoriser à nouveau l’engagement militaire étatsunien dans le monde en rapport avec la guerre contre le terrorisme.

“Ce devrait être un simple vote “, a-t-il déclaré en septembre. “C’est comme arracher des dents.”

Mais les Républicains du Kentucky restent minoritaires. Bien qu’un groupe bipartisan de sénateurs ait introduit une version actualisée de l’AUFM pour les opérations de lutte contre le terrorisme, les dirigeants du Congrès ont refusé d’agir. L’administration Obama avait également demandé une mise à jour de l’AUFM. Récemment, le président de la Commission sénatoriale des relations extérieures, Bob Corker (R-Tenn.), a appelé à une ” conversation nationale sobre sur le rôle constitutionnel du Congrès dans l’autorisation du recours à la force militaire “.

Mais l’administration Trump n’a pas demandé de nouveaux pouvoirs de guerre, arguant que les pouvoirs actuels sont suffisants.

Le 30 octobre, le Sec. de la Défense Jim Mattis et le secrétaire d’État Rex Tillerson comparaîtront devant la Commission sénatoriale des relations étrangères sur cette question. Le sénateur Tim Kaine (D-VA), l’un des auteurs de l’AUFM bipartisane, a spécifiquement invoqué les quatre morts au Niger pour plaider en faveur d’un vote.

“Les nombreuses questions entourant la mort de militaires étatsuniens au Niger montrent le besoin urgent d’avoir un débat public sur l’ampleur actuelle de nos opérations militaires à travers le monde”, a déclaré Kaine. “Depuis seize ans, le Congrès est resté largement silencieux sur cette question, permettant aux administrations d’aller à la guerre n’importe où, n’importe quand.”

Si les membres du Congrès doivent voter sur une telle question, beaucoup d’entre eux s’attendent à subir un revers politique. Et les conséquences ne sont pas hypothétiques; il y a un large consensus sur le fait que le vote d’Hillary Clinton en 2002 pour autoriser la guerre en Irak a joué un rôle clé dans sa défaite au primaire présidentiel démocrate de 2008.

Article originel : Senators Stunned to Discover We Have 1,000 Troops in NigerDaily Beast

Traduction SLT

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*