Disparition d’un tanker avec 17 marins géorgiens à bord au Gabon

Un tanker battant pavillon panaméen est porté disparu depuis une semaine au large du Gabon, a appris mardi l’AFP de sources militaires en Afrique centrale, le gouvernement géorgien affirmant que 17 de ses ressortissants, tous marins, se trouvaient à bord.
Ce tanker de 121 m de long, le Pantelena, “a disparu des écrans” depuis le 14 août et se situait “entre les eaux du Gabon et de Sao Tome et Principe”, selon une des sources militaires régionales.
A Tbilissi, le ministère des Affaires étrangères a précisé qu’il y avait 17 marins géorgiens à bord.

Le navire, construit en 2006 et d’une capacité de 7.000 tonnes, appartient à la société grecque Lotus Shipping qui a lancé une opération de recherches, conjointement avec “les forces maritimes régionales et du Royaume Uni (UKMTO), et en coordination avec les autorités géorgiennes” selon le communiqué de Tbilissi.
Le Pantelena “a coupé le système de balise qui émet sa position”, selon une source militaire régionale. précisant que “la première chose que font les pirates quand ils abordent un bateau, c’est couper cette balise”.
“Nous avons reçu un message de détresse sur la radio et nous avons alerté la marine gabonaise”, a indiqué sous couvert de l’anonymat un membre de l’équipage d’un navire naviguant entre Libreville et Port-Gentil, la capitale économique gabonaise.

“Nous avons reçu une alerte de la part d’un navire assurant la liaison avec Port-Gentil concernant le Pantelena, mais nous n’avons pas eu assez d’informations pour une intervention”, a déclaré un membre de la marine gabonaise à l’AFP, précisant que “la sécurité maritime a été renforcée au niveau de Port-Gentil”.
La marine de Sao Tome et Principe, archipel au large du Gabon, a également lancé des recherches depuis la disparition du tanker à l’aide d’un patrouilleur composé de 30 membres d’équipage portugais et santoméens, a indiqué à l’AFP le commandant des garde-côtes, Joao Idalécio.
Le Golfe de Guinée est devenu un épicentre de la piraterie maritime, selon le Bureau maritime international.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*