Elections du 13 octobre : Ouattara réquisitionne les fonctionnaires

ivoiresoir.net

Pour les élections locales du 13 octobre 2018, le président Alassane Ouattara a signé six décrets en vue de la réquisition des fonctionnaires. Extrait du communiqué du conseil des ministres. 

Le chef de l’Etat a signé des décrets « fixant la durée de la campagne électorale pour l’élection des conseillers régionaux et des conseillers municipaux, portant réquisition des fonctionnaires, agents de l’Etat et assimilés en vue de l’élection des conseillers régionaux et des conseillers municipaux, portant définition des spécifications techniques des matériels et documents électoraux et déterminant le nombre des affiches et bulletins de vote pour l’élection des Conseillers régionaux et des Conseillers municipaux, portant organisation et fonctionnement des bureaux de vote en vue de l’élection des Conseillers régionaux et des Conseillers municipaux, fixant les conditions d’établissement de la liste des imprimeurs agréés pour l’impression des documents électoraux et fixant le nombre de lieux et bureaux de vote pour les élections des Conseillers régionaux et des Conseillers municipaux ».

Selon le communiqué, « ces différentes mesures s’inscrivent dans le cadre de l’élection des Conseillers régionaux et des Conseillers municipaux, fixée au samedi 13 octobre 2018. Ainsi, en application de la législation électorale nationale et sur proposition de la Commission Electorale Indépendante (CEI), la durée de la campagne électorale pour les élections des Conseillers régionaux et des Conseillers municipaux est fixée à quatorze (14) jours. La campagne électorale est ouverte le vendredi 28 septembre 2018 à zéro heure zéro minute et close le jeudi 11 octobre 2018 à vingt-quatre heures ».

Menaces et intimidations de candidats : Félicien Sékongo met en garde

Ivoirevsoir.net vous propose la Déclaration du MVCI relative aux dérives antidémocratiques liées aux élections locales. 

Une nation consciente s’inspire de ses expériences du passé pour éviter les fautes et les erreurs qui l’ont conduite au pire.

Au seuil de nouvelles élections le 13 octobre 2018, au niveau fort heureusement local, il nous faut nous souvenir des malheureux faits du passé et comprendre que nous avons intérêt à éviter les dérives qui avaient provoqué les crises que notre pays avait connues.
Malheureusement, il semble que les tenants du pouvoir font tout pour nous imposer de revivre ce passé douloureux quand bien même les blessures dudit passé sont encore béantes et que nous peinons à réussir leurs cicatrisations.
De l’insouciance ou du mépris vis-à-vis du peuple !

En effet, il nous revient de façon récurrente que certaines personnes désireuses de se présenter légitimement et de droit aux élections locales à venir, font l’objet d’intimidations abjectes, de menaces verbales et physiques. Il leur est imposé de s’abstenir de se porter candidat pour les uns, ou d’accepter le parrainage du parti au pouvoir pour les autres. A cet effet, des tracasseries économiques, des poursuites judiciaires aux mobiles taillés sur mesure, les menaces de mort sont d’usage. Il n’est pas à exclure que la CEI soit instruite d’invalider des candidatures.

« La nouvelle CEI devra être contrôlée par un organisme indépendant »

Le MVCI fait observer que ces pratiques constituent une violation flagrante de notre constitution qui consacre la démocratie et son corollaire d’État de droit. Il est tout de même inadmissible et inacceptable que des politiques usent de pareilles méthodes avilissantes pour eux, et dégradantes de l’image du pays.

Le MVCI en appelle à la vigilance de la communauté internationale et considère qu’il est impératif que les organismes de contrôle et du respect des droits politiques des citoyens agissent pour mettre un terme à ces attitudes antidémocratiques et anticonstitutionnelles. Il est plus que nécessaire d’intervenir pour éviter à la Côte d’Ivoire, une autre crise.
Rappelons qu’une mauvaise gestion de ces élections locales posera inévitablement les bases conflictuelles de la présidentielle de 2020.
Osons le respect des principes démocratiques pour ne pas en rajouter à l’ « abasie » de notre nation.

Agir pour le Peuple, notre Devoir
Abidjan, 5 Septembre 2018
La Cellule Politique

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*