ELECTIONS LOCALES DE 2014 Oumar Youm «bannit» les listes indépendantes

Le pouvoir en place aurait-il tiré un trait, en catimini, sur la participation des candidatures indépendantes aux prochaines élections locales ? On pourrait bien le penser, après la sortie du ministre de l’Aménagement du territoire et des collectivités locales, Oumar Youm, lors du vote, samedi dernier, du budget de son département à l’Assemblée nationale. Devant les parlementaires, le ministre a en effet déclaré que le budget des élections de 2014 ayant été déjà bouclé, les candidatures indépendantes peuvent impacter sérieusement sur le coût global de ces joutes.oumar_youm_ministre_2

Tout en faisant remarquer que le gouvernement n’est pas contre la participation des listes indépendantes aux Locales, toute chose qui peut améliorer la démocratie locale, Oumar Youm s’est montré rétif et prévenant sur le surcoût que pourrait entraîner l’inscription des candidatures libres. Et le ministre de l’Aménagement du territoire et des collectivités locales d’affirmer : «Le problème principal réside sur le fait que les prochaines élections locales sont déjà budgétisées pour 2014».

Avant de préciser : «Permettre tout de suite aux listes indépendantes d’y participer nécessite une révision de la bourse qui n’est malheureusement pas extensible ». Continuant son argumentaire, Oumar Youm fera remarquer que la participation des indépendants va entraîner un surcoût en termes d’établissement des bulletins de vote, d’autant plus qu’un véritable mystère plane sur le nombre exact des candidatures indépendantes. « On ne sait pas combien ils (les indépendants) seront.

En réalité, les listes indépendantes peuvent être plus nombreuses que les formations politiques. Il faut oser le dire, on a déjà un problème avec le nombre des partis politiques ». Le ministre ira même plus loin dans son exposé en affirmant que si l’Etat ouvre la voie aux indépendants, cela peut avoir des « allures de foire et ça peut être inquiétant». Il n’empêche qu’Oumar Youm conclura en invitant à poursuivre la réflexion, et tout autant en enfonçant une autre porte. «Les modalités doivent être définies et encadrées, la réflexion approfondie pour permettre aux indépendants qui veulent se lancer dans la compétition électorale de pouvoir payer le prix qu’il faut comme ils le font à l’élection présidentielle ».

Le vote du budget du ministère dirigé par Oumar Youm a été par ailleurs l’occasion d’une véritable passe d’armes sur la participation des candidatures indépendantes aux Locales de 2014. Pour une bonne partie des députés qui se sont prononcés sur la question, il est hors de question d’empêcher la participation des listes indépendantes aux élections locales.

A l’instar de Seynabou Wade (opposition) qui a déclaré que « C’est une injustice de vouloir exclure les indépendants dans la compétition électorale. Des gens qui s’organisent dans leur quartier et qui décident de demander le suffrage de leurs concitoyens, pourquoi leur refuser ce droit ? ». Elène Tine de la majorité présidentielle a fait remarquer pour sa part que « les candidatures indépendantes participent à l’élection présidentielle et aux élections législatives. Pourquoi les interdire de prendre part aux élections locales ? Ce n’est pas juste. Ce sont des acteurs locaux qui veulent porter les doléances au niveau de la base ».

A noter enfin que le budget du ministère de l’Aménagement du territoire et des collectivités locales, adopté à la majorité des députés, a baissé de près de 3 milliards de francs CFA.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*