ELIGIBILITE OU NON DE LA LISTE NON PARITAIRE DE TOUBA La Cena, ballottée entre loi et…cohésion sociale

doudou Ndir-khalife sidy moctar mbackeL’invalidation on non de la liste non paritaire déposée par la mouvance présidentielle à Touba n’est pas loin… d’indisposer la Commission électorale nationale autonome (Cena) dirigée par le magistrat Doudou Ndir. Après avoir affiché fermement sa disposition à faire respecter le Code électoral et la loi sur la parité, l’organe de contrôle et de supervision du processus électoral envisage aujourd’hui de mener « dans les meilleurs délais » des discussions avec les autorités publiques et les acteurs politiques sur la parité afin de « trouver une solution qui respecte la cohésion sociale, mais aussi pour que la loi électorale soit appliquée ».

Dans un communiqué en date d’hier, jeudi 15 mai, la Cena rappelle de fait  tout le processus qui a conduit à une telle posture. Un processus qui va de la publication officielle de la liste Benno Bokk Yaakaar de Touba Mosquée, incriminée pour  non respect flagrant de la parité à son auto-saisine de ce cas de violation manifeste de la  loi électorale, en passant par la délégation envoyée auprès du Khalife Général des Mourides, Serigne Cheikh Sidy Moukhtar.
L’organe dirigé par Doudou Ndir dit avoir fini par  relever, ainsi que l’établit son communiqué, « l’acuité de la problématique de l’application en général de la parité dans les listes d’investiture et surtout le fait que le contrôleur de la Cena avait visé le récépissé de dépôt de la liste en lice à Touba Mosquée ».
Il n’empêche qu’après en avoir délibéré, la Cena s’est dite disposée à mettre en action les décisions de l’Assemblée générale conformément à la loi (L.5, L.6 et L.13) « dans les meilleurs délais ». Entretemps, elle envisage de mener une série d’actions dont des discussions avec les autorités publiques et les acteurs politiques sur le sujet pour « trouver une solution qui respecte la cohésion sociale, mais aussi pour que la loi électorale soit appliquée ».
Qui plus est, Doudou Ndir et cie entendent proposer des recommandations afin de trouver une solution à ce cas particulier et à tout autre cas de cette nature qui se poserait. Rappelant pour finir que c’est sur la base d’un consensus des acteurs politiques que le Code électoral du Sénégal a été adopté et que les progrès qu’il a enregistrés depuis lors sont le fruit du même consensus, l’organe de contrôle et de supervision du processus électoral se propose de mener une réflexion sur le cas particulier de Touba. Dans cet ordre d’idées, la Cena compte faire une recommandation à ce sujet dans le Rapport qu’elle dressera après les élections municipales et départementales du 29 juin 2014.

Moctar DIENG

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*