Emission “Xew Xewi Rewmi” du mardi 16 Janvier 2018 avec Ahmadou Diop: Le Kamitisme, l’humilité, le patriotisme et l’empathie : quatre notions ignorées par nos bluffeurs comiques ?

Emission “Xew Xewi Rewmi” du mardi 16 Janvier 2018 avec Ahmadou Diop: Le Kamitisme, l’humilité, le patriotisme et l’empathie : quatre notions ignorées par nos bluffeurs comiques ?

Depuis  plus de 6 décennies, aussi extraordinaire que ce puisse paraître,  les politiques générales    des gouvernements  africains des valets  nègres de service, en particulier,  des pays fantoches   appelés scandaleusement francophones,  nous mènent dans l’impasse, plombent  le décollage  du continent  à l’échelle supra nationale.

Mais le comble du comble,  c’est  que l’Afrique, qui est considérée comme  le grenier  du monde,   assure la survie des pays  capitalistes, en leur  donnant  du travail  avec en prime la signature   des accords de défense  bidon, comme gages de fidélités.

En retour,  ces derniers   nous    traitent  comme des moins que rien et  « de pays de merde ».  Une incongruité corrodante, inacceptable.

Ce qui est plus grave encore,  c’est que  Macky Sall et  sa  médaille  Coloniale  à l’Américaine, a  attribué  sans discussion  l’exploitation du pétrole du Sénégal  à la compagnie américaine  Energy kosmos, a eu  l’outrecuidance de Tout comme  la monarchie saoudienne du wahhabisme, Macky Sall   signe lui aussi  l’accord sur une « présence permanente » militaire américaine,  après qu’il eut donné le marché  à l’entreprise  pétrolière américaine, sous le fallacieux de protéger le Sénégal des griffes des djihadistes, présumés, qui  menacent la stabilité du pays. Alors que jusqu’ici, le  ciel  de la Téranga est  totalement dégagé de tout terrorisme   Mon œil ! Mais la réalité est autre.

 Les véritables raisons ne sont pas celles que l’on croit.  En vérité, il a offert  notre pétrole  pour un sou, en contrepartie,  il cherche à pérenniser  l’impunité  de son régime totalitaire, farandole, négationniste, à l’instar des tyrans saoudiens.

  Il  a cimenté  l’accord  sans l’approbation de l’assemblée nationale godillot, qui a fini par le  valider par son abdication totale vis-à-vis du despote.

 Pour autant rien  n’y fait, puisque le Sénégal  fait partie  des pays  africains que Donald Trump,  le  dérangé mental   insulte  en permanence, sans discernement. Les états n’ont pas d’amis mais des intérêts.  Comme représailles et sur des bases voulues,   l’état  du Sénégal doit rompre unilatéralement et en toute indépendance et en toute légitimité le contrat qui le  lie avec  la compagnie pétrolière américaine.  La réponse du berger à la bergère doit être proportionnelle au  degré  l’impunité  de l’auteur des insultes contre l’Afrique.

 Les russes, à ce que je sache,  n’insultent ni les africains, ni les états africains, ni les arabes, ni aucun pays avec ces citoyens.

Or,  c’est toujours  l’inverse, quand il s’agit  des autres  pays  de l’Europe et de l’hémisphère nord,  notamment sous  le magistère dévié  de l’agitateur  américain  en place.

 Au lieu de nous  laisser asservir  par ceux qui nous dévalisent, pille, et qui  se servent de toutes richesses naturelles- ce don de dieu exceptionnel qu’il  nous a donné.

  À  l’instar des pays émergents,  libres, souverains et indépendants, nous devons établir et  agir   ensemble  en toute conscience et en toute indépendance, entre Gagnant -Gagnant  et sur la base  d’un partenariat international, tout azimut, fondée exclusivement une coopération multilatérale, notamment  avec les pays qui ne injurient jamais, telle  que la Russie,  par exemple, qui dispose d’une puissance de feu égalitaire, et  qui  possède  des moyens aériens et terrestres de haute technologie de pointe, et ne trahit  jamais ses engagements et ses mais.

 C’est  le cas de la Chine, qui a appris l’art de perdre, en apprenant sur les autres.  C’est  quoi donc l’art de perdre ?   Dans le passé comme au présent, la chine qui joue aujourd’hui,  la tête haute,  dans la cour des Grands  avec « un grand  G «  en majuscule,  impose  sur place un transfert de technologie, c’est-à-dire l’installation d’usine, à chaque  fois qu’elle signe des contrats  avec ses partenaires occidentaux. Ainsi, elle apprend  en envoyant  ses propres ingénieurs. Lesquels  transmettent le savoir-faire à l’état. Aujourd’hui, qui ose violer son espace aérien et terrestre, sans en subir toutes conséquences indissociables ?

 Alors, dans les années 60, elle n’était   pas reconnue par le conseil de sécurité et en était même la risée.  Tout en faisant  sa révolution culturelle, l’instruction  civique, y compris  l’alphabétisation de masse,    pendant des années,   a fermé ses frontières,   et  vivait  en autarcie  pour mieux rebondir, demain ? Chose promise, chose due.

Les insultes et les éternelles  invectives   permanentes dont nous sommes  les  victimes,  sont la résultante du comportement  indigne de nos minables élites, qui  s’accommodent  piteusement et se complaisent  de leurs  bassesses,  se  prosternent devant ceux qui nous écrabouillent à longueur de journées,   compte tenu de leur immoralité de bas étage,  livrent toutes nos richesses  à ceux qui nous injurient en permanence.

Le monde appartient à ceux qui ont une histoire et la mettant en action  matérielle par la haute technologie de pointe et par guidage laser, partout où ils sont menacés.

A quoi servent les élucubrations  fumeuses et les   incantations stériles du référent nègre de service, pour faire beau et exister,   délègue son envoyé Ministron  des Affaires étrangères à l’Ambassade des Etats-Unis à Dakar , soi-disant, pour lui envoyer une lettre de protestation ?

A quoi bon ?  Alors que  les dirigeants  africains auraient  dû  appeler à l’unanimité , sans voix discordantes    leurs ambassadeurs accrédités aux  Etat unis  en consultation, pour se   faire entendre  et protester   contre  les caricatures   déplacées du  président américain.

 Tous les larbins africains  se dépatouillent, utilisent les mêmes éléments de langage  insolites, pour se dédouaner par des pirouettes de qualité, disent en long sur leurs légèretés inscrites dans leur ADN.

 Évidement, les sorties indignes du président américain,  Donald Trump, continuent de défrayer la chronique   sont en harmonie  avec  les agissements  incessants  du colonialisme en Afrique, présumée la vache à lait,  prouvent que nous n’avons pas des élites à la place qu’il et  à l’endroit, mais  des valets asservis, accroupis ,  à l’envers du décor, qui sont tous presque  sous la coupe réglée de  ceux qui  traitent  notre continent  africain au bas de l’échelle sociale mondiale,  à de pays de  « merde ».

  En Afrique des guignols, les postes de président s’achètent  à coup de Mrds de  FCFA  sur le piano-américano français. je  ne cesse  de le marteler  et continue dans ce sens,  car  le Sénégal est un grand pays historique au point de vue  du savoir pluriel et de la morale éternelle en puissance.  Mais  apparemment les  nègres de service semblent l’ignorer,  copient servilement tout ce qui  vient de l’extérieur, extra africain, comme un modèle.

En Egypte antique,  d’après Cheikh Anta Diop,  le chercheur, égyptologue, le scientifique, linguistique,  les égyptiens ne se faisaient appeler  des noirs,  mais sous le terme de kamit- qui signifie Heum  en wolof. Ainsi, donc,   le premier nom originel  pour qualifier l’africain, porte le nom de kamit.  C’est quoi donc l’antikamitisme ?

Selon  ma définition,  l’antikamitisme  signifie la discrimination, le racisme  et  la propagation  des propos haineux vicieux, pervers  envers  la communauté africaine et de la diaspora à travers le monde, sur des bases fondamentalement  idéologiques,  institutionnalisées,  et légitimées  dans  certains  états  et dans les ouvrages écrits par des  fondamentalistes, racistes, tels que Voltaire,  Gobineau, cuviers, Hegel,  etc.,  à la suite de la traite Nègrière  Européenne  du  13 ème  siècle jusqu’à la fin  du 18 ème  siècle.

Sur cette question, personne  d’autre que Cheikh Anta Diop ne saurait  mieux illustrer et résumer l’aliénation à outrance et la docilité de nos « élites blanches » à peau noires.

«  Comble de cynisme : on présentera la colonisation comme un devoir d’humanité, en invoquant la mission civilisatrice  de l’Occident auquel incombe la charge d’élever l’Africain au niveau des autres hommes.  Désormais, le capitalisme est à l’aise.

Tout au plus reconnaîtra-t-on  au nègre des dons artistiques liés à la sensibilité d’animal inférieur. Telle est l’opinion du Français, Gobineau précurseur  de la philosophie des nazis qui, dans son livre célèbre De l’inégalité des races humaines, décrète que le sens  de l’art est inséparable du sang des nègres ;  mais il réduit à une manifestation inférieure de la nature humaine : en particulier le sens du rythme est lié aux aptitudes  émotionnelles du nègre ».

 Le tonitruant président des Etats-Unis, en l’occurrence,  la personne du clivant Trump,  lequel  parlant  d’Haïti,  du Salvador et de l’Afrique qu’il qualifie « de pays de Merde ». «  Son antikamitisme»  très prononcé constitue un crime contre l’humanité.

  Aujourd’hui, on nous  parle à tambour battant  de Fake news,  mais il faudrait élargir aussi le champ d’action  sans complaisance  contre les auteurs  qui profèrent  des caricatures  à l’encontre des africains, qui sont des kamits bon teint.

 L’Antikamisme   qui est un crime contre l’humanité doit être incorporé dans l’arsenal judiciaire  du droit  international pour  punir  tout auteur  tenant des insanités  à l’encontre de l’africain.

Donald Trump,  un des  partisans  farouches du négationnisme, s’est  donc inspiré des historiens  européens   n’a fait que  reproduire, répéter textuellement les propos antiscientifiques  des falsificateurs historiques. Après avoir  distillé ses propos scandaleux, il  les récuse d’un revers de main, pour venir nous dire qu’on a dénaturé ses  termes.

 L’ancien président du Sénégal, Senghor s’appropria  de la nègritude-  qui est en réalité une imposture politique-  s’en  était servi, pour  codifier le fascisme.

Qui  nous sommes ? Connaissons –nous notre propre histoire  la plus glorieuse  de toute l’humanité, à un moment où les autres civilisations n’existaient pas ?  La civilisation de l’Afrique a bien engendré toutes les autres civilisations.

Si l’africain ne s’était pas déplacé dans le monde, l’humanité serait homogène, disait  le kami, Cheikh Anta Diop, le coriace, le scientifique, hors -pair, la référence par excellence du kamit  en chair et en os.

Le métissage indo européen, a crée la fin  de  la domination  de l’Egypte antique.  Aujourd’hui, au sud  de  l’Iran,  la perse,  vivent des africains, sont  tous venus depuis des siècles de l’Egypte.  Est-ce donc un hasard, une coïncidence ou un accident ?

 Depuis l’émergence des pyramides égyptiens, qui sont les ouvres gigantesques  de nos ancêtres,  les falsificateurs ont développé une  honteuse  campagne,  ne pouvaient pas accepter  l’idée, selon laquelle  que des africains  aux cheveux crépus  ont  édifié  ces ouvres magistrales.

 À lire   les tissuthèques  de  campagnes de matraquage idéologique,  de désinformations, de diabolisations et de déformations massives, vous serez effarés. Et pour cause. Il  n’y  a absolument rien  qui tienne du début jusqu’ici ?

 Alors, la notion de noir est une fabrication   fondamentalement  antikamite, pour dire que tout ce qui  est noir est  par définition, mauvais du pied à la tête.

En terme clair, cela  relève d’un fantasme   et d’un mépris  affiché Antikamitiste   contre  les anciens égyptiens,  qui sont  devenus par nature,  nos ancêtres. Aucun  scientifique, au chercheur sérieux, d’où qu’il puisse venir,  quelque soit son rang,  ne peut  peindre l’africain sous la couleur de noir. les  yeux  bleus, ne viennent pas  de l’Europe,  contrairement aux idées reçues, mais du kamit enveloppé de la   mélanine , qui le protège contre les rayons ultra violet,   porte incontestablement  la marque et la fibre  digitale  de l’africain, bon teint,  le premier être humain, qui apparut pour la première fois sur terre  au kenyan,  a le  même ancêtre en commun ,  a émigré  vers le détroit de Gibraltar,  pour  atterrir en Europe.  La couleur des yeux relève  d’un métissage. Tout le reste  n’est qu’un  mensonge grossier.

C’est une falsification hystérique  pour  hiérarchiser les races, quand bien même la notion de  race n’existe pas  en biologie.  Le  concept de couleur est étroitement lié  à la géographie et au climat. Il n’y a rien d’autre.

Le Kamitisme,  l’humilité, le patriotisme  et l’empathie : quatre notions  ignorées par nos   bluffeurs comiques ? Je le  crois par leurs  mauvaises actions qu’ils posent tous les jours  sur le terrain du crime.

Le machiavel sénégalais, multimilliardaire obscur, qui s’arroge le parangon de la transparence. Qui peut vraiment le croire sans être ridicule ?

 C’est quoi le patriotisme ? C’est  un amour indéfectible à son pays. C’est une abnégation et par extension, un altruisme, une volonté commune de tout peuple, d’un agrégat d’hommes et de femmes, qui interpelle et appelle à la conscience collective.

On ne peut bâtir une nation solide, en faisant abstraction au patriotisme. On ne peut rien construire sans la liberté. C’est une utopie. C’est une question de bon sens.

L’Empathie n’est rien d’autre que de la sympathie, une échelle de valeur, d’estime et de la considération, que l’on éprouve envers  quelqu’un, ou à son peuple.

 Depuis 2012  jusqu’à nos jours, nous assistons aux manquements  à la faillite d’un état  sur tous les plans.  Tout état régalien,  doit assurer   et la garantir la sécurité de ces citoyens et la libre circulation des biens et des personnes.

Pour l’autosuffisance alimentaire,  le niveau optimal de sécurité alimentaire, doit être une des priorités majeures   pour tout état normal, a l’obligation de mettre   le prix sur la santé, qui est de développement.

 Sans  des politiques de santé,  durables, il n’y aura point de survie, ni  d’avenir, encore moins de développent  pérenne, car  sans une éducation politique, culturelle, comme étant la soupape de sécurité,  la dépendance  dynamique, prendra le dessus surtout.

 Nous n’avons  pas  de   véritables dirigeants respectueux,  mais des abrutis gloutonnés  des rapines politiques et    de poste de nominations tan sa Bula Nex  des raccourci politiques, qui se remplissent pleinement poches  et de façon  scandaleuse,  parlent plus qu’ils  n’en font en réalité en terme  d’exemplarité, de droiture , d’empathie et d’humilité.

 Or,  celui qui nous dirige d’une main de fer,  confisque  par devers toutes les libertés de conscience, s’érige en label  de la tyrannie. Une certaine   presse mécanique   reste   au garde-à-vous, s’exécute  ignoblement obéit au doigt et à l’œil du despote.

  Une gouvernance, clientéliste et  Coloniale : construction du centre international  Abdou Diouf à Diamniadio et  d’un Ter inutile et coûteux.

 Une assemblée nationale godillot  s’érige en prestataire de service.  Pis encore,  la gouvernance bancale détourne les deniers de l’état par des moyens peu orthodoxes pour arroser sa clientèle corrompue.  Une justice sélective tenue laisse, qui   agit sur commande d’en haut.  Tous les corps de contrôle  soi-disant institutionnels, sont sous contrôle de l’exécutif.

Placement  de sa famille biologique et d’amis  sont tous devenus immensément riches en un quart de tour et  sous le magistère peu vertueux par ses actes répréhensibles.

Alors que la précarité, le chômage de masse, la pauvreté  chronique, s’aggravent de plus en plus, prennent le large au péril de leurs  vies, meurent sur terre et mers par manque d’espoir.

 Curieusement,  tout cela contraste  avec   la  junte familiale   des nouveaux riches,  qui roulent dans  de gros bolides  attentatoires, ostentatoires  sous le nez et devant la barbe des  citoyens,  lassées  et laissés pour compte sur le quai, tous sont  criblés d’impôts et de taxes.

 Et le comble, c’est  que Mariame Faye, ou  la structure bidon, politique, l’association  Servir Le Sénégal-mon œil ! – plutôt   pour asservir le Sénégal,   qu’elle dirige, organise  son cirque  permanent le 31 décembre 2017,  par sa presse servile, distribue des cadeaux à la mère du nouveau né. D’où viennent  ces mrds de  F CF A ?   Où est  donc  la  CREI ?

 Où sont donc  et  le juge, l’homme au  Culte du Secret de la personnalité  et son Procureur -Alimentaire,  Attaché, Serigne Bassirou Guèye, dans tout cela ?

 Cela veut dire que  nous n’avons  encore  pas des véritables élites, altruistes, dynamiques, exemplaires,  et  dont la vocation  essentielle consiste à redresser les consciences  en lambeau.

 C’est le parti avant la partie en lieu place de la véritable

Décidément, le président de la république devient  un personnage central  étouffe la  et occupe la scène politique.  Un événement  chasse un autre, tourne systématiquement dans le sens  voulu par  lui.  Alors que sa parole  n’est jamais de l’argent comptant. Car  les faits têtus parlent d’eux-mêmes.

Macky Sall : “A présent, le défi qui se pose devant nous, est l’élection présidentielle de février 2019“.

Nous devons prendre   les  paroles  du changeant  comme   avec  des pincettes.  Soyons donc prudents ! L’homme a-t-il donc  publié  le décret  présidentiel  dans le journal officiel pour l’organisation des présidentielles avec une date précise ?

  Est-ce donc  un enfumage  pour nous tromper et  se décharger  et se donner une  conscience  peu convaincante ?

Macky Sall à Amadou Bâ et Cie : “Si je ne suis pas réélu en 2019, vous allez tous disparaître”.

C’est ça le propre de tout   dictateur, oublieux, qui  crache délibérément sur ses promesses électorales pour lesquelles il a été élu à défaut et par dépit dans des conditions exceptionnelles, inédites même.

Mais avant et dans l’hypothèse  où  le tyran perd  le perd le pouvoir,  il  faudrait qu’ils  soient arrêtés, [Amadou Bâ et Cie], pour etre jugés, menottes aux poignets  et  emmenés à Rebeuss presto illico, et  qu’ils restituent  leurs butins.    Qu’ils  disparaissent, s’évanouissent, s’évaporent.  Amine ! Après on les oublie pour les enterrer dans les poubelles de l’histoire.

 En vérité, l’étrange  étrange jusqu’à l’abime,  est disqualifié politiquement et juridiquement par ses parjures  cataclysmiques ?

Le maître des reniements est-il donc  en  transe? Personnellement et solennellement,  je déclare  qu’il est dans cet état  et  à mon  intime conviction.

 Ku dieuf Feign- kuxax Feign : le coupable  personnage, curieux, s’accuse publiquement entre les lignes et dans son for intérieur.  A-t-il  fait preuve de justice  et   de déontologie ? Certainement pas.

 Il doute de  lui-même.   A-t-il quelque chose à se reprocher, qu’il  ait la trouille  et  qu’il  faille  croire garder éternellement  le pouvoir pour continuer son impunité, dont il est l’unique comptable devant l’histoire. Croit-il  que  sa seule  bande d’opportunistes mercenaires,  teigneux,  peuvent le réélire, si toutefois il y aura des élections présidentielles en 2019 ?

  Manifestement,  il  a la psychose de perdre le pouvoir. Voilà un aléatoire qu’il faut  absolument envoyer dans la corde en 2019 ou  avant même  l’éternelle  électorale des braquages permanents Adu Kalpé Keuf.  Que le bon dieu le fasse ! Amine !  Voilà donc  quelqu’un qui a une vision étriquée sur l’état régalien !

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*