En pleine présidentielle, Benalla dégaine son arme pour un selfie… alors qu’il n’a pas de permis

Surréaliste, la scène se déroule le 28 avril 2017, entre les deux tours de la présidentielle qui a vu Emmanuel Macron l’emporter. Nous sommes à une semaine du second tour, et le candidat est en meeting à Poitiers.
Selon Mediapart [article payant], Alexandre Benalla est alors sollicité pour un selfie. Surprise: sur le cliché, Alexandre Benalla apparaît avec deux autres hommes et l’auteure du selfie… arme à la main.

Mediapart

@Mediapart

En pleine présidentielle, Benalla dégaine son arme pour un selfie

La scène a lieu dans la nuit du 28 avril 2017, au sortir d’un meeting du candidat. Le désormais célèbre ex-collaborateur d’Emmanuel Macron est sollicité pour un selfie dans un restaurant. La photo…

mediapart.fr

Informations sur les Publicités Twitter et confidentialité
Une photo qui pose deux questions: premièrement, Alexandre Benalla n’avait aucune autorisation pour détenir une arme à l’époque.
Deuxièmement, il a toujours assuré n’avoir “jamais” sorti son arme en dehors du QG de campagne du candidat Macron.
Préventivement à toute accusation, Mediapart a fait analyser la photographie: réalisée avec un Iphone SE, elle a bien été prise à la date dite, le 29 avril 2017, à 0h30. Les données du cliché font par ailleurs apparaître les coordonnées GPS correspondant exactement à celles du restaurant “Les Archives”, 14 rue Édouard Grimaux, à Poitiers.
Enfin, Mediapart a soumis la photo à un test “ELA” (Error Level Analysis), afin de démontrer qu’elle n’a pas été truquée.
Or jusqu’ici, la version d’Alexandre Benalla n’avait pas varié: il a reconnu avoir fait la demande “d’acquérir et de détenir des armes dans le QG” d’En Marche! pendant la campagne. Et rappelle que cette demande a été acceptée par la préfecture de police, pour détenir “des armes, des Glock 17 de mémoire, mais dans le QG uniquement”.
Face à deux journalistes du Monde, qui lui demandaient: “N’êtes-vous jamais sorti avec?”, la réponse de Benalla était sans ambiguïté: “Non, jamais. On n’est pas mabouls, il y a un risque pour la réputation du candidat…”
Source: Le Dauphiné

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*