ENERGIE SOLAIRE AU SENEGAL L’Allemagne offre une centrale clef en main

centrale_solaire ENERGIE SOLAIRE AU SENEGALUne conférence sous-régionale de deux jours sur la compétitivité de l’énergie solaire en Afrique de l’Ouest, organisée par la société ‘’Solar Plaza’’ s’est ouverte hier, mardi à Dakar. Au cours de la cérémonie, il a été annoncé une centrale solaire clef en main qui sera offerte au Sénégal par l’Allemagne.

Pour l’accès à l’énergie à toutes les couches de la population nationale et à un coût raisonnable, l’Allemagne, dans le cadre de la coopération bilatérale avec le Sénégal, vient de s’engager à lui offrir une centrale clef en main d’une capacité maximale de 10 mégawatt, à injecter dans le réseau de la Senelec. « Le site est déjà identifié au nouveau de Diass et cette offre vient s’ajouter à celle des Emirats Unis d’une centrale de 15 méga watt, lors de la visite du Président Sall en terre Saoudienne».
C’est la révélation faite par Ibrahima Niane, directeur de l’Energie, à l’occasion d’une conférence sous-régionale de deux jours qui s’est ouverte hier, mardi à Dakar, sur la compétitivité de l’énergie solaire en Afrique de l’Ouest, organisée par la société ‘’Solar Plaza’’ et ses partenaires.
Selon M. Niane, «un programme d’électrification rurale vient d’être élaboré pour permettre d’atteindre à l’horizon 2016 un taux d’électrification rurale de 60%. Actuellement nous sommes à 25%. Si l’on mettait en œuvre tous les projets et programmes dont les financements sont mobilisés, on serait à 46% en 2016. Ce qui veut dire que le gap serait de 14%, et ce gap est estimé à 100 milliards dont 40 milliards déjà mobilisés, le reste sera trouvé à travers le partenariat et la coopération bilatérale et multilatérale afin d’atteindre cet objectif fixé par le Président de la République». Toujours selon M. Niane, «Ce programme englobe l’électrification rurale qui va connecter les villages proches du réseau Senelec et le reste des villages éloignés à travers les centrales solaires en cours d’exécution», a t-il poursuivi.
114 MW en solaire
Au sujet de l’électrification rurale, le gouvernement encourage le secteur privé à y investir à travers le Partenariat public-privé (PPP). Et c’est dans ce sens que s’inscrit cette initiative de la société ‘’Solar Plaza’’. «Les énergies renouvelables pourraient apporter une contribution significative à l’atteinte de l’objectif d’indépendance et de sécurité énergétiques en Afrique subsaharienne, car représentant un enjeu considérable dans le secteur de l’électricité», a déclaré El Hadj Mamadou Moussa Thiam, Secrétaire permanent à l’Energie, représentant Mme Maïmouna Ndoye Seck, ministre en charge de l’Energie, à la rencontre.
«Cela explique que la part des énergies renouvelables sera de 20% dans la puissance installée prévue à l’horizon 2017. Sur les 164 MW prévus en 2017, les 114 seront de technologie solaire», a indiqué M. Thiam. Pour lui, «l’atteinte de cet objectif de 20% d’énergie renouvelable pourra ainsi amoindrir le coût d’approvisionnement en électricité et contribuer à la réduction des émissions de CO2». «Cela veut dire que ces types d’énergie, notamment le solaire, s’affirment comme une solution pertinente pour notre pays», a-t-il expliqué.
S’exprimant en marge de cette conférence, El Hadj Demba Sène, directeur du Groupe Nadji.bi, précise que «Le monde comptait, en 2012, près de 1,5 milliard de personnes vivant sans électricité, dont 600 millions en Afrique subsaharienne, soit 68% de la population de ce continent, précisant que parmi ces 600 millions d’Africains qui étaient sans électricité, 37% vivaient dans les zones urbaines, contre 86% en milieu rural. Cette conférence, qui se tient pour la première fois en Afrique, vise à apporter de l’expérience et de l’expertise, tout en aidant à convaincre de la compétitivité du solaire, aussi bien en milieu rural qu’en milieu urbain».
Selon lui, «la meilleure manière d’avoir des produits optimisés et adaptés pour le monde rural, est d’aller vers les populations rurales qui ont, elles-mêmes, proposé le nom de ‘’Nadji bi’’, le groupe éponyme qui fabrique ces produits» «Le Groupe panafricain Nadji bi, un développeur de produits solaires pour l’autoconsommation et l’éclairage, s’investit au niveau des zones rurales en Afrique subsaharienne pour faire bénéficier les populations de façon rapide de l’électricité», a-t-il précisé.

Jean Pierre MALOU

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*