ENGAGEMENT – Affaire de l’ex-Président tchadien : Les avocats des victimes de Habré maintiennent la pression

Les avocats des «victimes» de Hissein Habré ont repris leur plume pour clouer au pilori l’ex-chef de l’Etat tchadien et ses conseils. Pour eux, Hissein Habré, à l’instar d’autres dictateurs rattrapés par la justice avant lui, attaque le Tribunal, dénigre les survivants de son régime et tente de s’ériger lui-même en victime.

C’est une guerre médiatique. Entre les conseils de Hissein Habré et des victimes de son régime, les attaques et les réactions se succèdent sur la place publique, en attendant les joutes du prétoire. Dans un communiqué de presse publié hier, les collectifs des avocats des victimes de Hissein Habré ont répondu aux accusations des défenseurs de l’ancien Président. Dans un exercice de droit de réponse du berger à la bergère, le groupe de Me Jacqueline Moudeina a réaffirmé sa volonté de lutter pour que cette affaire aille jusqu’à son terme. 

Pour les avocats des victimes de Hissein Habré, le procès prévu de l’ancien Président tchadien servira de leçon à toutes les personnes impliquées dans des affaires de crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Et du fait que le gouvernement tchadien n’a accordé aux victimes, ni réparation, ni reconnaissance d’un statut de victime, ils n’entendent pas du tout baisser les bras : «Nous, avec les membres de la société civile et d’organisations de défense des droits de l’Homme, sommes pleinement engagés dans la lutte contre l’impunité.

Le procès de Hissein Habré sera un avertissement envoyé à tous les puissants et gouvernants d’Afrique, y compris à Idriss Déby Itno», peut-on lire dans le communiqué rendu public. «L’affaire Habré est le fruit de la conjugaison des efforts de survivants d’un régime brutal et de défenseurs des droits de l’Homme, décidés à ne pas courber l’échine. Le régime Habré a volé à ces victimes, ces rescapés, leur dignité, mais pas leur soif de justice et leur idéal d’équité», poursuit le communiqué signé par Me Jacqueline Moudeina. 
 
«Hissein Habré ne répond jamais aux accusations portées contre lui»
 
Dans le même communiqué, le collectif des avocats des victimes a répondu aux nombreuses accusations portées par les avocats de l’ancien Président tchadien sur les Chambres africaines extraordinaires et sur Idriss Deby. «Hissein Habré, à l’instar d’autres dictateurs rattrapés par la justice avant lui, attaque le Tribunal, dénigre les survivants de son régime et tente de s’ériger lui-même en victime (…). Il ne répond jamais aux accusations portées contre lui», dénonce Me Moudeina, agacée par l’attitude silencieuse de l’ex-Président tchadien devant les juges des Chambres africaines extraordinaires. Ils ont porté plainte contre les Cae pour diffamation et injures après la publication d’une lettre ouverte d’une victime présumée qui répondait à une tribune de l’épouse de Habré. 

Pour le collectif des victimes, les accusations portées par les avocats de Hissein Habré devant les Cae et l’actuel Président tchadien  sont sans fondements : «Cette affirmation sans fondement est insultante pour les victimes, les survivants et les militants des droits de l’Homme qui les assistent.» Pour ceux-ci, les défenseurs de Habré tentent de déplacer le débat et de se dérober devant des preuves accablantes de milliers d’assassinats et de torture systématique commise pendant le régime de leur client.

Se prononçant sur le port du turban demandé par l’accusé, le collectif considère cela comme une distraction : «Qu’est-ce que ‘’l’affaire du turban’’ où Hissein Habré a décidé de changer son kufi de toujours, pour comparaître devant les juges la bouche couverte, sinon une nouvelle tentative de distraire l’opinion ?», s’interroge les défenseurs des présumées victimes.  

Le groupe défendu par Me Mou­deina s’est aussi prononcé sur la retransmission en direct du procès que dénonçaient Me El Hadji Diouf et le Conseil national de régulation de l’audiovisuel (Cnra) : «Leur objection à la retransmission des audiences est tout aussi révélatrice.

Les défenseurs de Habré ne veulent manifestement pas que les opinions sénégalaise et africaine  puissent voir la solidité des preuves qui seront présentées lors du procès». Il faut rappeler que Hissein Habré, en détention, est inculpé pour crimes de guerre, crimes contre l’humanité et tortures. 

  • Écrit par  Guevanis DOH

Stagiaire

In the Spotlight

Boris Johnson rétablit le subventionnement d’Al-Qaïda via le CSSF

by Seutou Lat Dior in A LA UNE 0

Le ministère britannique des Affaires étrangères a discrètement rétablit le subventionnement d’Adam Smith International (ASI), interrompu depuis deux mois. En décembre 2017, l’émission Panorama (BBC) avait montré qu’ASI, soutenu par le gouvernement de Sa Majesté pour former [...]

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*