Enquête sur Idrissa Seck à Thiès

Enquête sur Idrissa Seck à Thiès

Celui qui s’est autoproclamé maître de Thiès, est en passe de devenir l’ombre de lui-même dans la cité du rail, tant ses résultats sont en forte baisse dans la commune qu’il gagne depuis plus de quinze ans, y régnant sans partage. Mais les prochaines élections législatives pourraient sonner la perte de cette forteresse jadis jugée imprenable.

Signes des temps, Idrissa Seck a perdu lors des dernières élections du référendum le département de Thiès, alors que toute l’opposition locale avec le Rewmi en ligne de front avait battu campagne pour le non. Il a perdu le département avec un écart de 1290 voix, alors que, deux ans auparavant, il était le vainqueur sur Bennoo Bokk Yakaar avec une différence de 10 000 voix aux élections locales. Ce net recul a été causé principalement par le départ de plusieurs maires vers  la coalition présidentielle.

«Il a perdu tous les maires qu’il avait au niveau du département, c’est pourquoi lors du dernier référendum, il a perdu, à la surprise générale le département, bien qu’il avait gagné la commune ».

Au niveau de la ville de Thiès, les choses ne sont pas également des meilleures. Dans la commune de Thiès Est où il faisait le plein, il a gagné le référendum avec 3489 voix d’écarts alors qu’en 2014 lors des locales, il avait fait le plein avec plus de 7000 voix d’écarts.

«C’est la chute du score dans la commune de Thiès-Est qui a précipité le déclin lors du référendum et les choses devraient aller de mal en pis car Siré Dia, la tête de liste de Bennoo, a été investi dans cette commune ». C’est ici également que deux des grands souteneurs de Macky Sall dans la ville de Thiès milite, Maodo Malick Mbaye et El Malick Seck qui à eux deux totalisent 7000 voix lors du dernier scrutin des locales.
«Deux des centres de vote les plus influents de la commune de Thiès-Est, Moda Kâne et Keur Serigne Ablaye Yakhine vont accueillir le vote des membres de la coalition et la lutte sera très âpre pour Rewmi pour conserver ses centres ».
Des centres clés que Seck remportaient avec une différence de 1000 voix, lors du dernier référendum, il n’a obtenu que 200 voix de plus par rapport au camp du Oui. «Son pire score dans ces centres », dit un de ses responsables.

A la commune de Thiès-Nord, il avait devancé le camp du Non de 1485 voix, une zone qu’il remportait avec plus de 3000 voix lors des scrutins précédents. Mais c’est dans la commune de Thiès-Ouest que Seck risque de connaître une défaite certaine, sa propre commune d’ailleurs. Ici, il n’avait devancé le camp du non que de 815 voix. Deux ans plutôt, la différence était de 1200 voix.

«Dans cette commune, même son centre de vote, de Malick Kairé Diaw ne tient plus, Idrissa Seck ne l’avait gagné que de 100 voix lors des dernières élections pour le référendum ». Un centre qui est surveillé comme du lait sur le feu par la coalition au pouvoir.
D’ailleurs, ici, le souteneur de Macky Sall dans la ville, El Malick Seck y a entrepris depuis plusieurs mois des travaux de rénovation qui ont fait tâche d’huile dans le quartier Randoulène. «En ancien élève de l’établissement, El Malick a voulu apporter son soutien pour refaire l’école, les populations ont apprécié. Idrissa Seck avait été sollicité en son temps, mais il n’avait pas réagi ».
Egalement, les dernières tensions entre Idrissa Seck avec Talla Sylla ont fini de jeter dans les bras de l’actuel maire de Thiès des anciens souteneurs de Seck, telle l’ex-maire, Maimouna Dieng et d’autres conseillers de Rewmi. «Même s’il n’est pas une foudre de guerre, Talla Sylla va handicaper Idrissa Seck d’une petite partie de ses souteneurs et vu le déclin des résultats, tout responsable perdu pourrait être cruel lors des prochaines élections ».

Un autre problème que le Rewmi devra affronter, c’est l’unité du camp présidentiel. «Aux dernières locales, il y avait beaucoup de listes parallèles. Cette fois, il y a une seule liste, celle de Bennoo et l’investiture de Dia paraît favorable aux attentes ».

Alors qu’il gagnait la ville de Thiès avec une moyenne de 65 % du score, les locales de 2014 ont démontré que Idrissa Seck n’a obtenu que 40% du score des suffrages exprimés dans la ville. Le reste était entre les mains des nombreuses listes de la coalition présidentielle et de quelques indépendants qui ont rejoint pour la plupart Bennoo.

Malgré tous ces chiffres, Rewmi continue à croire qu’il a la main sur Thiès. «Nous sommes toujours les plus forts ». Les responsables de Rewmi disent avoir inscrit de nouveaux électeurs et vont gagner la bataille de Thiès. Ce que réfute le camp du pouvoir.

«Tous les responsables se sont investis lors des opérations d’inscriptions sur les listes électorales. 70% des nouveaux électeurs sont des militants de la mouvance présidentielle ».

Il faut dire que de manière méthodique, les responsables de Bennoo ont encadré les inscriptions de leurs électeurs, ont aidé des milliers de jeunes à trouver des certificats de résidence et se sont impliqués personnellement, organisant même parfois des caravanes de sensibilisation pour inciter les populations à aller s’inscrire. «Nous n’avons pas vu les responsables de Rewmi lors de ces opérations d’inscription ».

En tout cas, les prochaines élections vont réserver des surprises dans la ville de Thiès et seront déterminantes pour l’avenir politique d’Idrissa Seck.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*