Entretien avec George Weah : “Notre mission est de changer la vie des Libériens”

Après deux jours d’attente, le rendez-vous est enfin obtenu. Il est fixé au Peninsula, palace parisien où le nouveau président du Liberia a pris ses quartiers. Après une carrière qui l’a conduit au sommet du football mondial, un titre de ballon d’or, George Weah a réussi une conversion plus qu’inattendu. 

En séjour dans la capitale française, George Weah porte encore la double casquette du champion admiré par tous les amours du sport et celle de président de la République attirant à lui tous les investisseurs à la recherche d’un partenariat avec le Liberia. Weah reste un homme simple. Depuis son arrivée à Paris, il ne refuse qu’une selfie. On a apprécie la scène devant le Plazza Athene où il a séjourné les deux premiers jours. Installé dans sa berline prête à partir pour une rencontre avec les étudiants du CNAM, Weah reconnaît une dame et retarde le départ afin de saluer cette femme en question. Un bonheur pour tous ceux qui étaient dans la rue.

À 51 ans, Weah reste aussi un passionné du sport qui lui a permis d’avoir ce parcours qui fait désormais école dans les centres de formation de football. Assis dans un large canapé blanc en cuir, il nous accueille avec joie et s’excuse du retard. En effet, le rendez-vous était prévu à 15h00, nous avons pu accéder à la suite présidentielle à 17h00. “Je vous prie de nous excuser. Notre agenda est fortement bousculé.” dit le Président Weah. Installés, George Weah nous sonde sur l’issue du prochain match PSG – Real Madrid. Lui reste convaincu des chances de son ancien club de battre le Real et de se qualifier pour les quarts des finales de la champions ligue.

“Notre mission est de changer la vie des Libériens”

George Weah a bien compris les attentes de son peuple. Dans un pays gangrené par la corruption comme l’indique le dernier rapport Doing Business, le nouveau président aura fort à faire pour asenir l’environnement économique de son pays.

“La question fiscale fera l’objet d’une réforme profonde. Nous allons conduire une réforme fiscale appropriée avec un code d’investissement incitatif. Cela permettra de rassurer les investisseurs et d’autres contribuables à évoluer dans un environnement harmonieux des affaires.” Annonce Weah.

Le Président Weah n’oublie pas le principal ; les millions de Libériens qui ont ou pas voté pour lui. “Notre mission est de changer la vie des Libériens. Nous allons travailler dur et nous aurons un bilan à leur présenter à la fin de notre mandat.”

Fier de parler plusieurs langues

Au Liberia, la polémique est bien réel. Plusieurs observateurs s’interrogent sur les raisons qui poussent George Weah à s’exprimer en français alors qu’il est bien plus alaise en anglais, la langue nationale du Liberia.

C’est avec un grand sourire que l’ancien ballon d’or apporte de la lumière à ceux qui n’ont pas compris l’usage d’autres langues. “Le monde est devenu un village. J’ai vécu en France où j’ai appris à parler français. Je suis en visite dans ce pays. Je crois que les Libériens doivent être fiers de voir leur président être capable de s’exprimer dans une autre langue. Et demain, si je vais en Italie, je parlerai italien puisque, j’ai également joué au Milan AC et appris la langue. Je ne vois vraiment pas où est le problème.” Affirme George Weah.

L’aide bilatérale 

En France, George Weah est venu solliciter l’aide de la France et surtout convaincre les entreprises françaises de venir investir massivement au Liberia. Mais ne lui parlez pas “d’aide bilatérale”. Lui préfère parler de coopération bilatérale. “Nous avons eu à ce sujet un entretien fructueux avec mon homologue le président Macron. Il nous faut renforcer et consolider notre coopération bilatérale et je pense que nous sommes sur la bonne voie. Cette coopération sera tournée vers des nombreux secteurs tels que l’éducation, la santé et le sport.” dit le président.

Monnaie unique 2020

Le débat du Fr CFA et de la monnaie unique dans la zone CEDEAO est un dossier brulant. George Weah aura à se positionner sur la question. “Il y a un processus qui a été mis en place au sein de la CEDAO pour la création d’une monnaie commune. Au début de cette semaine les chefs d’État en charge de cette question ont tenu une réunion Accra et comme les décisions au niveau de notre organisation sous-régionale se prennent à l’unanimité, le Liberia adhérent à ce processus.” a timidement répondu Weah.

George Weah semble avoir compris le changement de mentalité politique qui opère sur le continent. L’exigent des peuples est de plus en plus grand. Et il refuse l’idée d’échouer et surtout de vivre loin de son pays après son mandat. “Je veux vivre et finir mes jours au Liberia. Je ne veux pas finir comme ces autres présidents qui fuient leur pays après la présidence.” Conclu t-il.

Roger Musandji

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*