Entretien d'une femme leader : Binta Sagna, une femme de réseau et d'influence

Entretien d’une femme leader : Binta Sagna, une femme de réseau et d’influence 

Binta Sagna avait fait l’objet d’un article il y a quelques années sur notre plateforme, nous revenons sur le parcours de cette femme d’exception, une femme de réseau et une femme d’influence de la diaspora africaine en Europe. Binta Sagna a suivi des études supérieures en Droit en France, puis un cursus supplémentaire à l’Ecole de l’Institut de Recherches Documentaires à Mont Saint Aignan, elle dispose également de diverses certifications techniques relatives au Document Management et au CRM – Customer Relationship Management 

Expérience en tant que femme leader(parcours professionnel, anecdote…) 

Binta Sagna a travaillé quelques années dans le domaine socio-éducatif en France avant de se tourner vers le secteur privé en dehors de la France, elle a quitté la France pour des opportunités à l’étranger : “J’ai du me construire un réseau de confiance avec des moments difficiles loin de sa famille et amis” confie t-elle. 

A l’étranger, elle a occupé des fonctions de gestion et d’encadrement pour un groupe français et dans des sociétés américaines, c’est de ces années en entreprises qu’elle a développé ses connaissances en vente, marketing et communication et surtout en leadership dans un environnement majoritairement masculin, en effet il était rare de voir une femme noire dans ces grandes entreprises et dans son souvenir elle était souvent la seule noire dans les sociétés. “Ces expériences ont été très formatrices pour définir la femme que je suis aujourd’hui, confiante, déterminée et en paix.” 

“De nature communicative, et par mes fréquentations internationales et celles de ma famille, j’ai pu côtoyé divers milieux allant de l’art, la musique, le milieu bancaire, le milieu informatique, les institutions européennes, le monde des affaires, la politique… ce brassage de personnes et de connaissances m’a propulsé sans le savoir et depuis mon plus jeune âge dans les relations publiques ; c’est spontanément que j’ai monté un agence de relations publiques, media et communication. Mon atout réside dans la capacité à monter un projet, communiquer dessus et le médiatiser de par mon réseau de journalistes, presse en Afrique et en Europe, d’où mes déplacements incessants pour tisser des partenariats solides.” 

Le carnet d’adresses est donc la clé ? 

“Dans nos activités le carnet d’adresses est important mais on n’utilise pas toujours nos contacts, et on ne met pas en relation des personnes qu’on a testé et en qui on a confiance, ce serait trop arriviste. Les personnalités nous contactent, ou nous invitent à des événements privés, on peut accéder à certains cercles, et lorsqu’on a besoin de contacter certaines personnes on le fait avec des projets ou des propositions pertinentes. Une autre difficulté est de se faire connaitre sans être partout, il faut bien cibler les événements annuels où on fera un maximum de contacts, c’est généralement entre octobre et mai.” 

Faire des contacts sans être physiquement en contact, c’est possible? 

“On doit s’intéresser à ses contacts, les suivre, les encourager et voir même les aider parfois, et puis de façon pragmatique collecter un maximum d’informations du monde des affaires, du show-biz…ces deux milieux sont intimement liés, et la réalité est infiniment plus complexe. 

Un message à l’endroit des hommes face à la mauvaise interprétation du leadership féminin 

“C’est n’est pas un leadership de compétition mais de collaboration, les hommes nous associent parfois aux projets par besoin ou nécessité et n’aiment pas voir la femme rayonner ; dès ce moment là, ils nous perçoivent comme des ennemies, entrent en rivalité, bien heureusement ces hommes tendent à disparaitre, j’ai confiance en la nouvelle génération. 

Barrack Obama illustre parfaitement le bon exemple il n’a cessé de mettre son épouse en avant non pas parce qu’elle était la First Lady mais parce qu’elle disposait également du leadership pour l’accompagner dans sa mission. 

Concernant le leadership des femmes, nous devons nous unir et appuyer les dispositifs qui permettent à celles-ci de s’émanciper et les rendre plus fortes. J’encourage les hommes mais surtout les femmes à développer leur leadership malgré les obstacles, en leur donnant la possibilité de suivre des formations, d’accéder à certaines ressources matérielles, financières et à certains réseaux, tout en leur offrant l’opportunité d’influencer internationalement et régionalement les politiques mises en place dans leur pays d’accueil ou pays d’origine.”

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*