Escroquerie au foncier : 60 millions réclamés au clerc Abdel Kader Dia

Condamné à 6 mois avec sursis et à payer 60 millions de francs Cfa, le Parquet a requis la confirmation contre le clerc Abdel Kar Dia. Il sera édifié sur son sort le 23 juillet.

Le clerc Abdel Kader Dia a été condamné en première instance à 6 mois assortis de sursis et à payer la somme de 60 millions de francs Cfa à titre de dommages et intérêts. Une peine qu’il n’a pas appréciée.

Le prévenu a interjeté appel, selon son avocat pour que le droit soit dit. Le prévenu habitait au Point E dans la maison appartenant à son père.

Après le décès de ce dernier, la maison était mise en location au prix de 1,5 million de francs. Son employeur, M. Rashko, lui a suggéré de construire un immeuble avec des appartements, qu’il peut donner en location.

Trouvant la proposition intéressante, M. Dia a été d’accord de réaliser ce projet. Il a rasé toute la maison, après avoir remis au notaire Rashko, la somme de 116 millions de francs pour la construction de l’immeuble. Malheu­reu­se­ment pour lui, l’huissier n’a pas fait les travaux. Avec cette somme, il n’a dépensé que 20 millions de francs. 

Les travaux qui ont à peine démarré, n’ont pas été achevés et le reste de l’argent pas restitué. Il s’est trouvé qu’avant le démarrage des travaux de construction, un panneau publicitaire a été mis en place pour annoncer la vente des appartements. Tony Trabelski, qui est intéressé par cette annonce, avait remis en 2005, la somme de 54 millions de francs pour l’acquisition de trois appartements. Les années passent, mais l’immeuble ne sort pas de terre. 

Après plusieurs années d’attente, la partie civile a porté plainte contre Abdel Kader pour escroquerie au foncier. Selon l’avocat de la défense, ce n’est pas son client, qui discutait les prix des appartements, mais le notaire Tony Rashko. Mieux, poursuit Me Diaw, toutes les sommes versées à Abdel Kader Dia ont été remises à Rashko. Ce qui l’amène à dire que son client a été abusé par son patron. Et malgré tout, il avait décidé de payer les dettes. Mais, ces cohéritiers qui ne pouvaient plus attendre la réalisation de ce projet, ont décidé de vendre le terrain et de se partager l’argent. 

En première instance, rappelle l’avocat, le Parquet n’avait pas requis contre M. Rashko, poursuivi pour abus de confiance, qui sera finalement renvoyé des fins de la poursuite par le Doyen des juges. Pour Me Diaw, il n’y a pas d’escroquerie en ce sens que son client n’a pas fait usage de faux nom. Le terrain appartenait à son père et le projet n’était pas fictif précise-t-il, avant de plaider l’infirmation et de débouter la partie civile de sa demande. 

De l’avis du Parquet général, Tony Rashko est un tiers certificateur. C’est Abdel Kader qui a signé le contrat de réservation des 3 appartements. Pour lui, la remise a été faite de manière frauduleuse et M. Dia avait mis en place une société immobilière qui n’est, dit-il, qu’une coquille vide destinée à escroquer les gens.  Pis, il recevait les clients dans un cabinet de notaire où il a avait mis un panneau publicitaire. L’avocat général a requis la confirmation. C’est l’avis de l’avocat de la partie civile. 
La décision sera rendue le 23 juillet. 

  • Écrit par  Justin GOMIS

justin@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*