Escroquerie, faux et usage de faux… : Le promoteur Assane Ndiaye et ses complices sous mandat de dépôt

Le promoteur de lutte Assane Ndiaye, le lutteur Mame Balla Cissé, Massamba Ndoye, El Hadji Abdou Cogna Ndoye et Ahmadou Gaye sont désormais dans le collimateur de la justice. Ils ont été déférés dans la matinée d’hier au Parquet, sis au Palais de justice de Dakar.

Le chef de fil de Baol Production et ses supposés complices sont mis en cause dans une affaire d’escroquerie au visa. Une infraction qui a été confirmée par le Parquet de Dakar.

En garde à vue depuis vendredi dernier à la Section de recherches de la gendarmerie de Colobane, le substitut du procureur de la République a requis hier le mandat de dépôt à l’encontre du promoteur de lutte avec frappe et ses amis lutteurs.

Assane Ndiaye et Cie ont ainsi passé leur première nuit à la maison d’arrêt de Rebeuss. Les chefs d’inculpation d’escroquerie, faux et usage de faux en écriture privée de banque, faux et usage de faux dans un document administratif sont retenus contre eux. 

Les mis en causes ont été auparavant présentés au substitut du procureur de la République, après un défèrement au Parquet dans la matinée d’hier. Après quoi, le représentant du ministère public a notifié aux prévenus trois chefs d’inculpation.

Leur dossier déjà enrôlé, le promoteur de lutte Assane Ndiaye et le lutteur Mame Balla Cissé, Massamba Ndoye, El Hadji Abdou Cogna Ndoye et Ahmadou Gaye devront se défendre devant le juge de la deuxième composition du Tribunal des flagrants délits, à l’ouverture du procès prévu demain mercredi, sauf éventuel renvoi.

Le patron de Baol Production est accusé d’avoir utilisé des manœuvres frauduleuses pour aider des jeunes lutteurs à obtenir des visas à l’ambassade des Etats-Unis. L’arrestation des nommés Massamba Ndoye, El Hadji Abdou Cogna Ndoye et Ahmadou Gaye a permis aux gendarmes de mettre la main sur Assane Ndiaye.

En fait, l’enquête des gendarmes de la Section de recherches ne visait pas le patron de Baol Production. C’est à la suite des enquêtes que les pandores se sont rendu compte que Assane Ndiaye était derrière cette affaire de faux et de trafic de visas.

cbdiagne@lequotidien.sn

RECTIFICATIF
Vous l’avez sans doute constaté hier, à propos du papier qui annonçait le défèrement au Parquet du promoteur de lutte Aziz Ndiaye. En réalité, il s’agit du promoteur Assane Ndiaye et non Aziz. Toutes nos excuses à Aziz Ndiaye et à nos lecteurs.  

Assane Ndiaye n’est pas seulement sous le coup d’escroquerie au visa comme l’ont annoncé les médias. L’affaire serait plus grave. Selon Libération, le promoteur de lutte qui disposait de documents du CNG chez lui scannait les cachets pour établir de fausses licences afin de faire voyager des candidats à l’immigration contre versements de fortes sommes. 

Une fois la licence en poche, obtenir le visa devenait facile, il suffisait, pour le faux lutteur, de prétexter un voyage d’entrainement pour préparer un combat et le fameux cachet suivait.  

Le patron de « Baol Production » a pu entretenir ce trafic jusqu’à ce que la Section Recherche de la gendarmerie mette à jour le deal. 

Déférés au parquet, hier, pour faux en écriture privée, association de malfaiteurs et escroquerie, Assane Ndiaye et sa bande seront jugés demain mercredi en flagrant délit.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*