Etat de déliquescence de l’APR-France: Mamadou Talla et Amadou Diallo pointés du doigt

Une délégation des Sénégalais de l’Extérieur (DSE) au bord de l’éclatement, une Coordination des Cadres Républicains (CCR) en proie à des difficultés internes, un mouvement des femmes en prise à des dissensions internes, des sections en profonde léthargie, des militants profondément découragés… Voilà l’état actuel de l’APR-France. De l’aveu de plusieurs responsables de la DSE et de la CCR, le parti de Macky Sall n’a plus pignon sur rue, et très peu sont ceux qui osent s’aventurer à parler du parti ou de Macky Sall dans beaucoup de milieux en France tant le rejet du président de la République est à son summum.
A en croire ces responsables de l’APR-France, qui ont tous formellement requis l’anonymat, c’est conscient de cet état de fait que le président de la République a diligenté tout récemment Cheikh Kanté et Amadou Samba Kane, respectivement Directeur Général du port Autonome de Dakar et Directeur Général de la LONASE. Objectif : remobiliser les militants. Mais cette venue de Dakar des deux responsables de l’APR a suscitée plus de crise au sein de l’APR-France qu’elle en a résolue. Les responsables de la DSE qui n’ont guère apprécié que la redynamisation du parti soit confiée à des personnes extérieures de la structure ont tous brillé par leur absence aux meetings de Kanté, tenu à Mantes-la-Jolie, et à celui de Kane, tenu à Evreux en Normandie.
Comme si Dieu avait partiellement exaucé leurs prières le meeting de Kane n’a pas du tout connu le succès de mobilisation escompté malgré les importantes sommes d’argent distribuées, par contre celui de Kanté a drainé du monde. Au fond, explique un responsable de la DSE, les deux meetings sont un échec au regard de la profondeur des frustrations dans la quasi-totalité des sections dont certaines en Normandie par exemple n’ont même pas daigné se déplacer au meeting d’Evreux. Le mal, poursuit le responsable de la DSE, est d’autant plus profond que les causes du rejet de Macky Sall est à chercher dans l’entourage même de Macky Sall.
Ils sont nombreux à pointer du doigt le consul général du Sénégal à Paris, Amadou Diallo, et le ministre de l’Enseignement professionnel et de l’artisanat Mamadou Talla. Ces deux anciens responsables de la DSE continuent toujours, comme à l’époque de leur super puissance, de contrôler la DSE, la CCR, les sections et le mouvement des femmes en y maintenant leurs puissants réseaux. Une situation qui ne changera pas car pour rien au monde ces deux responsables en question ne comptent lâcher ce qui fait leur force et motif auprès de Macky Sall.
Si la dynamique actuelle perdure, et il est très fort probable qu’elle ne va pas changer, les probabilités d’élimination de Macky Sall dès le premier tour de l’élection présidentielle de 2019 sont fortes car, de l’aveu de plusieurs responsables de la DSE et de la CCR, c’est un vote sanction massif qui attend le président de la République.

Abdoulaye Mbodji

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*