États-Unis: des détenus musulmans contraints de manger du porc pendant le ramadan

L’Association pour les relations américano-islamiques (CAIR) a dénoncé des “punitions cruelles”. Les autorités demandent des “repas adéquats”.

Des prisonniers incarcérés à Anchorage en Alaska (nord-ouest des États-Unis) se disent “affamés” et nourris avec du porc en plein ramadan rapporte une ONG. Les autorités judiciaires d’Alaska ont ordonné jeudi à la direction d’une prison, dans le cadre d’une procédure d’urgence, de fournir des “repas adéquats” à ses prisonniers musulmans.

L’association pour les relations américano-islamiques (CAIR) a précisé dans un communiqué qu’elle avait déposé plainte mardi au tribunal fédéral d’Alaska au nom de deux hommes musulmans incarcérés à Anchorage. La plainte vise des responsables de l’administration pénitentiaire locale ainsi que des surveillants.

L’association dénonçait des règles qui soumettent selon elle les plaignants à des “punitions cruelles et inhabituelles qui limitent la liberté religieuse, discriminent les plaignants sur la base de leur religion”.

“Une envolée des actes de discrimination” sous Trump

Le document affirme que les plaignants se sont vus offrir des repas spéciaux pour le ramadan trop faibles en calories et des sandwichs à la bolognaise contenant du porc, un aliment interdit par l’islam.

L’association demande “un régime nutritionnel équilibré” pour les prisonniers, des changements de pratiques et des dommages et intérêts. L’ONG déplore “une envolée des actes de discrimination envers les musulmans américains et d’autres groupes de minorités (ethniques ou religieuses) depuis l’élection du président Trump”.

Une porte-parole pour le département des prisons d’Alaska (nord-ouest) n’a pas répondu dans l’immédiat aux demandes de commentaires de l’AFP.

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*