États-Unis: le gouvernement réclame à Facebook les données d’opposants

L’association américaine de défense des libertités civiles ACLU a déposé un recours pour contrer cette demande, jugée excessive.

L’association américaine de défense des libertés American Civil Liberties Union (ACLU) a présenté jeudi un recours pour empêcher la Maison Blanche d’obtenir des données privées. Celles-ci concernent potentiellement des milliers d’utilisateurs de Facebook hostiles au président américain Donald Trump.

Trois opposants politiques sont visés. Le gouvernement veut accéder à leurs données, y compris les messages privés.

 En février, après l’investiture de Donald Trump le 20 janvier, le gouvernement américain avait en effet réclamé à Facebook des données concernant trois utilisateurs considérés, selon lui, comme des activistes opposés au nouveau président. La page de l’un de ces utilisateurs, baptisée “DisruptJ20”, abrite par exemple des discussions sur des manifestations contre l’investiture.

Des demandes jugées “excessives” par l’ACLU

 Les trois utilisateurs concernés n’ont pas été mis au courant de ces demandes au départ car elles étaient accompagnées d’une consigne de silence. Contestée par Facebook, cette consigne a fini par être annulée par le gouvernement mi-septembre en appel.

L’ACLU a déposé devant un tribunal de Washington une requête visant à annuler ces demandes ou les restreindre, arguant de leur caractère “excessif” et assurant qu’elles violent le quatrième amendement de la Constitution interdisant les perquisitions abusives.

Les avocats de la Maison Blanche ont également présenté une demande similaire à l’hébergeur DreamHost, également bloquée en justice actuellement.

Par LEXPRESS.fr avec AFP

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*