États-Unis : les meurtres récents d'Afro-Américains par la police qualifiés de racistes par des experts indépendants de l'ONU

fergusion-protest8 juillet 2016 – Le Président du Groupe d’experts des Nations Unies sur les personnes d’ascendance africaine, Ricardo A. Sunga III, a condamné vendredi les meurtres de deux Afro-Américains par la police, survenus cette semaine aux Etats-Unis dans des incidents séparés et révélateurs, selon lui, « d’un niveau élevé de racisme structurel et institutionnel ».

« Le Groupe d’experts est indigné et condamne fortement les nouvelles exécutions de deux hommes afro-américains par la police », a déclaré M. Ricardo A. Sunga III dans une déclaration de presse.

« Ces meurtres, qui ont été filmés, ne peuvent pas être ignorés. Nous appelons à l’ouverture d’enquêtes rapides et indépendantes pour faire en sorte que les auteurs soient poursuivis et punis », a-t-il ajouté.

Cette déclaration est intervenue suite à l’annonce, cette semaine, des décès de Philando Castile, au Minnesota, et d’Alton Sterling, en Louisiane, tous deux abattus par des policiers, ainsi que du meurtre, jeudi soir, de cinq officiers de police, tués par balles dans le centre-ville de Dallas, au Texas.

Le Président du Groupe d’experts a déclaré que l’usage excessif de la force par la police contre des Afro-Américains aux États-Unis était « fréquent », ajoutant que les Afro-Américains seraient plus de deux fois plus susceptibles d’essuyer des tirs de balles par la police que les personnes de race blanche.

« Le Groupe de travail surveille la situation et a exprimé à plusieurs reprises sa préoccupation au gouvernement des États-Unis concernant les meurtres d’Afro-Américains par la police, et a appelé à ce que justice soit rendue », a déclaré M. Ricardo A. Sunga III. Il s’est dit convaincu que la racine du problème réside dans le manque de responsabilité des auteurs de ces meurtres, en dépit des preuves disponibles.

Le Président du Groupe d’experts a déclaré que ces meurtres démontrent également « un niveau élevé de racisme structurel et institutionnel ». « Les États-Unis sont loin de reconnaître des droits identiques pour tous leurs citoyens », a-t-il dit, ajoutant que les mesures pour lutter contre les crimes racistes motivés par des préjugés sont insuffisantes et ont échoué à mettre un terme à ces tueries.

« Il est désormais temps pour le gouvernement américain d’affirmer fermement que la vie des Noirs a de la valeur et de faire de la prévention d’autres meurtres une priorité nationale », a-t-il dit.

Il a également condamné les meurtres de policiers à Dallas, survenus jeudi lors d’une manifestation pour dénoncer les violences policières, notamment les meurtres de MM. Castile et Sterling.

Dans un communiqué de presse publié vendredi par son porte-parole, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a également condamné le meurtre des officiers de police de Dallas.

Selon la presse, un tireur isolé a tué cinq policiers et blessé sept autres lors du rassemblement de jeudi soir à Dallas. Le sniper a été tué et trois autres personnes seraient actuellement en garde à vue.

Le chef de l’ONU a adressé ses condoléances aux familles et aux collègues des victimes, ainsi qu’au département de police de la capitale texane.

« Rien ne justifie une telle violence. Les responsables ont aggravé la souffrance que beaucoup aux États-Unis ressentaient déjà après le meurtre de deux hommes afro-américains [cette semaine]. Ces meurtres doivent faire l’objet d’enquêtes approfondies et impartiales », a déclaré M. Ban, ajoutant que ces incidents ont mis une fois de plus l’accent sur la nécessité de lutter contre la discrimination raciale de manière globale.

http://www.un.org/apps/newsFr/storyF.asp?NewsID=37630#.V4GQwCMrJ-m

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*