Evacuation sanitaire de Bibo Bourgi : Alioune Ndao lève la barrière

ALIOUNE NDAO Procureur spécial près la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei)L’état de santé de Bibo Bourgi a fini par convaincre Papa Alioune Ndao et ses collègues de ne pas s’opposer à son évacuation en Europe. Mais la décision appartient au président de la Crei, qui se prononce en début de semaine prochaine.
Après l’intervention du chef de l’Etat en sa faveur (voir Le Quotidien n°3444 du mercredi 23 juillet), Bibo Bourgi finira sans doute par obtenir son évacuation médicale. Le Quo­tidien a appris que le Parquet spécial a fait une réquisition dans laquelle il a fait comprendre qu’il ne s’opposait plus du tout à ce que M. Ibrahima Aboukhalil Bourgi, dit Bibo, puisse se rendre en France pour se faire soigner.

La balle est maintenant dans le camp de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei), dont le président, le magistrat Henri Gré­goi­re Diop, se donne jusqu’au lundi prochain, au plus tôt, pour décider de la suite à donner à cette réquisition. Les proches de Bibo Bourgi espèrent tout simplement que la Crei ne prendra pas tout son temps avant de trancher, au regard de l’état de santé fortement dégradée de l’homme d’affaires.

Pour rappel, Ibrahim Bibo Bour­gi souffre d’insuffisance rénale, et on lui a également diagnostiqué des problèmes de cœur, pour lesquels il a subi plusieurs fois des pontages coronariens. Son état de santé avait contraint la Crei à lui accorder une liberté provisoire, mais il n’a pu être autorisé à aller se soigner en Europe. Des interventions chirurgicales ont été réalisées à Dakar, notamment à l’Hôpital général de Grand Yoff (Hoggy ex-Cto), mais elles ne se sont pas déroulées aussi bien que souhaité, à tel point que les gens se sont rendu compte qu’au lieu de s’améliorer, la santé de Bourgi s’est encore plus dégradée. Cela avait contraint, comme on l’a dit, le chef de l’Etat à prendre position dans ce dossier, pour demander à la justice de faire montre de clémence.

Il faut souligner que la justice poursuit Bibo Bourgi, au même titre que Karim Wade, dans le cadre de la lutte contre l’enrichissement illicite, pour des intérêts illicites dans des entreprises comme Dp World, Ahs, ainsi que dans des structures financières et immobilières.

mgueye@lequotidien.sn

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.


*